Bike Check : le Sour PurpleHaze d’Olivier Tostain

Quand la passion du VTT et de la Route acceptent de se rejoindre pour donner naissance à un beau Gravel atypique venu d’Allemagne et monté dans le nord.
Publié le 10/04/2020 09:00 - par
4179 vues - 0 commentaire
  • Olivier nous présente son vélo et la philosophie qui l'a vu naître :

    J’ai longtemps résisté à la tentation marketing du Gravel, me convainquant que ces nouveaux jouets étaient l’apanage des cow-boys des grandes plaines fendues de longues pistes non revêtues.

    Déjà pourvu d’un vélo de route à tout faire,  d’un VTT hardtail en acier déjà emmené sur plusieurs aventures bikepacking, il fallait résister à l’envahisseur en se disant : si ce ne passe plus en vélo de route, alors autant faire du vrai VTT ! « old-school rules ».

    Mais quand on est un peu trop mordu, le « n+1 bike » n’est jamais loin, et c’est mon inscription à la Malteni Bootleggers UltraCX qui va enclencher le processus. Cette course Gravel commence à avoir une belle réputation dans le petit monde ultra et off-road. Le nord c’est aussi là que je roule la majeure partie de l’année, majoritairement sur la route et en fixe. Les semaines qui vont suivre vont me confirmer que le « Gravel » a un grand intérêt,  le terrain de jeu ne va faire que s’agrandir, avec une sacrée dose de fun et de bains de boue, le nord, la Californie : même combat. Retour à l’adolescence, marrades avec mon frère d’aventure Max assurées. 

    Les grandes lignes du montage et le cahier des charges sont facilement définis : ce ne sera pas un vélo de route bodybuildé, il faudra donc du dégagement pour passer du 50c ou 2’1’.  Le vélo devra pouvoir rouler fort sur tous les terrains, du roulant au plus technique, supporter un peu de charge le cas échéant. Ce sera un vélo pour se rouler dans la boue, sauter, monter descendre et s’amuser !

    Un cadre simple en acier, un boîtier de pédalier fileté, des axes traversants, je commande rapidement mon Sour PurpleHaze ​​​​​​ en Allemagne. Les gars sont dispos et sympas, à l’écoute, c’est parti.

     

    Les discussions avec l’équipe de Guibole & Guidon, en voisins et amis, peuvent commencer. Nous nous appelons plusieurs fois, Lionel et Victor apportent quelques conseils avisés et nous trouvons rapidement de quoi monter  un vélo cohérent et homogène, avec quelques belles pièces issues du catalogue Mohawks Cycles.

    Le cadre sera complété par la fourche Enve G-Series, choisie pour son grand dégagement (et pour le prestige ? Possible !). Pour la transmission, on fait confiance au groupe Shimano GRX 800 de Shimano en version mono, avec une petite subtilité : le pédalier Shimano Dura-Ace 9100 affublé d’une couronne Absolut Black ovale, le petit côté tuning du montage… La cassette et les disques sont issus de la gamme XT.

     

    Le choix des roues est l’occasion de tester les nouvelles DT Swiss GR1600 en 700c. Possesseur d’une paire de M1700 sur mon VTT, qui me donne entière satisfaction, je pars en confiance et retrouve des moyeux que je connais bien.

    Ces roues viennent s’intercaler dans la gamme qui a été présentée dans l’article récent, entre l’entrée de gamme G1800 et la sublime GRC1400. Une largeur interne de 24mm, tubeless évidemment, le moyeu arrière tourne sur la roue libre Ratchet System maison et rayonnés en straight-pull. Une belle paire de roues alu que je n’aurais pas peur de brusquer. Associées aux Panaracer Gravelking SK+, qui forment un superbe ballon sur cette jante large, je suis chaussé pour l’aventure.

    Côté poste de pilotage, c’est l’Amérique : un jeu de direction Chris-King assorti vient parfaitement compléter le vélo. Il est surmonté d’une potence Enve Road en 85mm et d’un cintre Easton EA70 AX.

    La selle est une Power de chez Spé, elle est reliée au cadre par une tige de selle PMP titane, une jolie pièce à l’épreuve du temps.


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :