Essai : Pirelli Zero Race TT

Malgré la percée du tubeless, le futur de l'après boyaux pourrait bien être un simple pneu !
Publié le 14/08/2023 06:50 -
4083 lectures
  • Au sommet des classements de rendement se trouvent les pneus "TT" (Pour Time Trial ou Contre La Montre). Ils n'ont, en soit, rien de magique ni de secret. Ils utilisent les mêmes ingrédients que les pneus normaux, mais sacrifient à la performance des grammes de matière, d'épaisseur de gomme et de protection. Ils sont donc plus légers, moins durables, et avant tout plus souples.

    Le nouveau mythe de l'ère post-boyau... la combinaison pneu TT + chambres TPU est désormais la solution des grands jours, y compris sur le Tour et pas seulement en contre la montre.

     

    Souplesse, poids et marketing...

    Donc présentés comme ça, ils semblent les pneus typiques de ceux qui ne les paient pas, et sans doute pas un bon rapport ni qualité/prix, ni même performance/prix... En plus d'avoir le meilleur roulement, ils sont aussi les plus légers, parfois de beaucoup par rapport à la version "course".

    On parle de pneus autour de 180g, quand les versions course sont souvent autour de 230-250g, et les tubeless aux alentour des 280-300g.

    Souple comme un serpent, et si facile à monter !

     

    Un débat vieux comme le monde pensez vous, sauf que le monde change, et avec les nouvelles chambres à air de type TPU (Thermoplastic Polyuréthan), comme les Tubolito, les Smartube de Prirelli ou Aerothan de Schwalbe (et d'autres), l'équation aussi. Ces chambres à air qui pèsent de 20 à 40g, largement moins que la première dose de liquide préventif pour tubeless, et permettent d'imaginer monter un ensemble pneu + chambre à peine au-dessus des 200g... soit le poids d'un très très bon boyau... en 22 ou 23mm.

     

     

    Les Pirelli Zero Race TT

    Logiquement markétés pour le contre la montre et le triathlon, les Zero Race TT, constituent l'offre la plus efficace de la gamme Pirelli.

    Ils existent en 26 et 28mm (notre choix).

    Annoncés à respectivement 200 et 215g, les nôtres sont pesés à 218 et 223g. Un bon point... même si cette dernière version s'est donc "nettement" alourdie, les anciens TT de la maison étant affichés autour des 180g.

     

    Avant de rouler, nous constatons un deuxième très bon point : le volume. La taille est généreuse, et les étiquettes n'ont pas "glissée" pour gagner du poids.

    Le 28mm mesure plus de 27mm sur nos vieilles roues Dura-Ace (15mm interne !), et nul doute que la taille réelle sur des jantes de 18-20mm interne sera plus proche des 29-30mm.

    Un paramètre à considérer pour la bonne adéquation aérodynamique, tout particulièrement si l'optique est effectivement le Chrono.

     

    Mais de notre côté, c'est surtout le rendement et la légèreté qui nous a motivé à tester cette solution. Avec les chambres TPU de 41g (les modèles plus légers à 20-30g sont exclusivement réservés au freinage disque), nous atteignons donc un poids total de 260g. A titre de comparaison, le P-Zero race TLR (tubeless) est annoncé à 295g (toujours en 28mm, mais sans compter préventif), et le boyau Pirelli "P Zero Velo Tub" est lui affiché à 335g.

     

    On peut tout à fait penser que ces différences sont négligeables... sauf si on les met en regard du prix dépensé. Ici, des tarifs similaires...mais si vous essayez de réaliser le même gain sur une jante carbone, une différence de 40, 60 ou 100g se chiffrent en centaines d'euros.

     

    Une autre manière de dire que même s'ils sont vendus à 55€ le pneu (prix du net), ces P Zero Race TT sont presque une affaire dans ce contexte général !

    Pirelli annonce la couleur ! Plutôt que de jouer sur le flou, Pirelli annonce le bon poids et la vraie" taille, pour chaque taille de jante. Des valeurs que nous avons pu vérifier lors de nos essais.

     

    Le terrain

    Nous avons donc utilisé ces pneus dans une configuration ultra légère, et pour l'heure, roulé presque 800 km, dont 2 courses de montagne, la Fausto Coppi, une cyclo d'altitude, et la traditionnelle grimpée de Chamrousse, course de côte du circuit isérois.

    Si les grimpées voient encore défiler bon nombre de boyaux, les pneus de type TT s'y sont aussi bien répandus. Au jeu rudimentaire de la montée sèche, le rendement et le poids sont bien sûr sensibles et prépondérant, et les "TT" nous ont vraiment fait une bonne impression surtout en cette taille de 28mm qui permet d'affronter des montées en bitume granuleux.

     

    On ne dira pas qu'on roule 1 ou 2km/h plus vite qu'avec, par exemple, des Conti GP5000, mais nul doute qu'on roule un poil plus vite, et avec un toucher plus agréable, notamment quand les routes sont dégradées.

     

    Et justement, les TT nous ont plutôt surpris sur les petites routes de montagne. Par leur rendement, mais par leur résistance. Bon ce n'est pas un essai randomisé, mais aucune crevaison jusque là ! La Fausto Coppi comprenait une descente de presque 2000 mètres de dénivelé, avec un nombre incalculable de nids de poule, freinages, relances et les TT ne nous ont pas paru moins sûrs que n'importe quel autre pneu plus courant. D'ailleurs, cette souplesse est si marquée que nous avons été amené a gonfler plus que d'habitude, notamment à l'avant où, en danseuse, le pneu travaille un peu plus que d'ordinaire.

     

    Nous les avons tout de même remisé en prévision des prochaines courses, mais nul doute qu'ils reverront du goudron bien rugueux et des descentes chaotiques, puisqu'ils y ont excellé.

    Alors même si l'espérance de vie n'est pas dans la feuille de route des TT, c'est en tout cas mieux qu'espéré.

    Signe d'une grande souplesse : même après 800 km, là où de nombreux pneus ont tendances à devenir "carrés", les TT gardent un profil bien rond, et une bande de roulement très propre.

     

    Alors ?

    Tout pneu, même de gravel, peut crever au premier jour. Il faut donc ne jamais négliger une part de chance, mais les Zero Race TT semblent en donner plus qu'on aurait imaginé !

    Il est vrai que les 220g réel pour des pneus de plus de 28mm est une sacré performance, mais loin des records d'autres marques, y compris des versions précédentes de Pirelli qui étaient annoncées à 180g, et même 165g au début (en taille 23mm).

    Ce qui nous amène à envisager ce TT comme un pneu de performance polyvalent, qui trouvera sa place plus largement que seulement sur des roues pleines.

     

    Ajoutons tout de même que nous ne l'avons pas essayé sous la pluie... mais ça serait quand même pousser la chance un peu loin !

     

    Le prix est élevé, plus élevé qu'un pneu route de référence, et la durabilité forcément limitée... mais finalement meilleure qu'un boyau. Alors dans le grand schéma, le Pirelli TT est finalement un gain marginal relativement abordable, un luxe accessible que nous conseillerions à tout cycliste à la recherche de performance.

     

    Ne notre côté, nous les préservons pour la saison de course de côte, où, chaussés sur nos vieilles C24, ils présentent une alternative économique et légère. Dans un monde de jantes à disque tubeless à plus de 2000€ ou de vieux cercles carbones et de boyaux de 22mm, les P Zero Race TT en 28mm sont un compromis plus que raisonnable !

     

     

     

    Les chiffres

    Tailles : 26 ou 28mm (testés)

    Poids VdR : 218g et 223g en 28mm

    Prix constaté : 55 €

    Le témoin d'usure, toujours bien visible après 800 km.

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 0 Commentaire


  • Pour commenter, vous devez être identifié(e)

    Déjà inscrit ?

    Nouveau chez nous ?