Chiru Alpin : un nom prédestiné !

Amateur d’aventures et toujours prêt à relever des défis, Pierre-Arnaud Le Magnan dessine ses vélos en fonction des périples qu’il va accomplir ou de ses souhaits les plus fous. Avec un gravel baptisé Alpin, il n’y a aucun doute à avoir. Ce cadre en titane a été pensé pour parcourir les montagnes en passant par les sommets, sans jamais les contourner.
Publié le 09/10/2023 06:30 -
3621 lectures

 

Texte : Amaël Donnet

Photos : Amaël Donnet, Marcellin Millet & Vincent Becqué

 

Un look unique !

Cet Alpin possède un look atypique, tous les tubes en titane sont soit cintrés, soit courbés… Rien n’est droit ! Les tubes sont à épaisseurs variables ou à double épaisseurs, ils sont tirés de l’alliage classique Grade 9 (3Al/2.5V). Les haubans et les bases sont ovalisés, les bases et le tube supérieur sont cintrés. Les haubans rejoignent le triangle avant sur le tube supérieur. Le tube de selle se montre extrêmement court et le «sloping» est prononcé, la sortie de la tige de selle sera longue. Ces choix ont été dictés afin d’apporter une certaine souplesse verticale au cadre.

 

Pour éviter de se retrouver face à un châssis "shamallow", afin de brider latéralement et axialement le boîtier de pédalier, le tube diagonal adopte plusieurs facettes planes. Il est à épaisseur constante, sa mise en forme a été effectuée par hydroformage. L’allure de ce Chiuru ne laissera personne indifférent, on adore ou on déteste. Comme tout bon aventurier des temps modernes, des inserts permettent de fixer un garde-boue, un porte-bagages, une petite sacoche de cadre et d’emporter quatre bidons de grande contenance. On installera un boîtier fileté sur cet Alpin et la patte de dérailleur adopte le standard toujours plus répandu Sram UDH. L’Alpin est compatible avec des pneus d’une section maximale de 700X55 ou 650X2.20. Toutes les particularités techniques se trouvent sur le site Chiru https://www.chirubikes.com/kit-cadre/alpin/ .

 

Avec ses soudures globalement régulières et fines, et son marquage réalisé au laser, on peut dire que les finitions sont plutôt bonnes.

 

Rien n’est droit sur ce gravel, cela lui confère un charme tout particulier et une identité forte à ce gravel.

 

L’Alpin pèse 1'750 grammes en taille M, il est vendu en kit cadre au prix de 2'710 €. À ce prix, il est possible de rajouter de nombreuses options telles que :

  • Une fourche CEC en titane, longueur 430mm, 825 €
  • Patte de dérailleur supplémentaire, 20 € / pièce
  • Boîtier de pédalier T47 Token, 89 €
  • Tige de selle CEC en carbone, 165 €
  • Tige de selle CEC en titane, 229 €
  • Potence CEC en titane, 219 €
  • Cintre CEC en carbone, 208 €
  • Porte-bidon CEC en titane, 69 € / pièce

 

Du côté des géométries

L’Alpin se décline en trois tailles, la géométrie s’accorde avec des fourches rigides d’une longueur de 430mm ou avec une fourche possédant un débattement maximum de 50mm. Sans être extrême, la géométrie n’en reste pas moins radicale. Cet Alpin n’a pas été dessiné pour les balades dominicales. Tant mieux, ce n’est non plus pas notre tasse de thé… !

 

 

Nous ne l’avons pas ménagé !

Entre la Pass’Portes Gravel , des sorties alpines, plus ou moins longues, de jour comme de nuit, il en a vu de la montagne cet Alpin. Nous ne l’avons pas ménagé ! Cela nous a permis de bien appréhender ce gravel et d’affiner notre position sur la pratique du gravel dite «engagée».

 

La position relevée et l’angle de direction relativement ouvert, de 67.7 à 68.3° selon la taille du cadre, rendent ce vélo très rassurant dans la pente ainsi que sur les parties techniques. Le revers de la médaille se trouve dans le fait qu’il faut bien charger la roue avant pour virer «rond» dans les descentes bitumées. Le vélo reste une affaire de compromis, on ne peut pas gagner sur tous les plans ! Entre stabilité et maniabilité, en restant dans le cadre de la pratique à laquelle se destine ce gravel, Pierre-Arnaud a trouvé un bel équilibre. La stabilité est bonne et cet Alpin possède la maniabilité suffisante pour tourner dans un mouchoir de poche. Il convient cependant de rester le maître à bord et de ne pas s’endormir à son guidon. La potence en titane CEC nous surpris… En bien ! Elle n’est pas trop souple, nous n’avons ressenti aucune sensation de flou, le pilotage reste précis.

 

La souplesse verticale du cadre, conjuguée à la flexibilité de la longue tige de selle en titane, font de l’Alpin un modèle de confort. Le design alambiqué du cadre augmente les qualités intrinsèques de ce matériau magique. Le titane, tout comme l’acier, filtre parfaitement les vibrations et les petits chocs. Ce comportement est réellement appréciable sur les sentiers cassants et sur les routes 4X4 dégradées. Mais ne rêvons pas, ce n’est ni un softail, ni un tout suspendu ! Et quid de la fourche ? Patience, nous allons revenir sur ce point dans le chapitre suivant.

Nous pensions que ce Chiru allait être dur emmener en bosse et que son orientation empêchait toutes velléités sportives. Si on excepte les bouts rapides à plat, là l’aérodynamisme en prend un coup avec sa douille de direction bien longue, ce gravel répond bien au pédalage et il ne s’écroule pas dans les relances puissantes. Le bridage latéral du boîtier de pédaliers et des bases en font un pédaleur fort honorable. Certes, il marque le pas vis-à-vis d’un pur sportif tel le BMC Kaius , mais il n’est de loin pas ridicule.

Dotés de nombreuses qualités et de très peu de défaut, on citera juste des haubans un peu trop écartés (nous avons assez souvent tapé nos chaussures contre les haubans), cet Alpin ne rate pas sa cible !

 

Ce n’est la réplique modernisée de John Tomac !

Avec ce type de vélo, on se rapproche du VTT plus que jamais, on pourrait penser avoir affaire à une version modernisée des VTT de John Tomac . Bien que pourvu parfois d’une tige de selle ajustable et d’une fourche, pour le moment le gravel «engagé» ne singe pas (encore) le VTT. Les développeurs ont créé ces gravel comme une catégorie à part et pour un usage ultra polyvalent. Les géométries sont spécifiques, le train roulant favorise toujours le rendement sur le gravier ou le bitume, de plus les suspensions se montrent très (trop) linéaires. Que cela soit une Fox, une SR Suntour ou une RockShox, elles gomment les petits chocs à merveille, mais elles sont rapidement dépassées dans le cassant et dans la pente. On se demande même si elles ont un réel intérêt pour ceux qui engagent fort, à contrario elles feront le bonheur de ceux qui recherchent un  maximum de confort sur les chemins 4X4 pas trop techniques. À choisir, sur cet Alpin nous aurions préféré installer une tige de selle ajustable (quitte a perdre le confort de la tige de selle en titane), ranger la fourche Fox et la remplacer par un modèle en titane CEC . Certains gravel sont radicaux, mais les utilisateurs recherchent d’autre chose en gravel engagé que sur un VTT de trail ou d’enduro, la pratique de l’une ou l’autre discipline sont complémentaires. Il faut les essayer pour bien saisir le truc et se montrer ouvert d’esprit. Au final, peu importe, libre à chacun de suivre ou pas les tendances et de s’équiper du vélo qui lui paraît être le plus approprié. Les étiquettes sont faites pour être décollées et les codes sont à briser !

 

Curriculum Vitae Chiru Alpin

  • Cadre titane Grade 9
  • Direction intégrée
  • Cintre : CEC, carbone
  • Potence CEC, titane
  • Groupe Shimano GRX RX810
  • Roues Shimano GRX, jantes en carbone
  • Pneus Hutchinson Touareg/ Overide ou Touareg/Touareg selon les conditions de roulage
  • Tige de selle CEC, en titane
  • Selle Pro Stealth, rails en acier
  • Tailles S, M & L
  • 2’710 euros (kit cadre)
  • 9’940g avec pédales Shimano XTR et support de GPS


Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 0 Commentaire


  • Pour commenter, vous devez être identifié(e)

    Déjà inscrit ?

    Nouveau chez nous ?