Essai : Cannondale SuperSix EVO CX

Nous avons testé le nouveau Cross de Cannondale tout l'hiver durant. Un essai grandeur nature qui a relevé le caractère de ce vélo destiné aux sous-bois.
Publié le 21/01/2022 08:00 -
3750 vues - 0 commentaire
  • Avant tout, ce Cannondale est une réussite esthétique. Sur le terrain, il est aussi diablement efficace. 

     

     

    Le SuperSix EVO est l’évolution du Super X. C’est une plateforme étudiée spécialement pour le cyclo-cross et le gravel que les Américains ont voulu mettre au point pour écumer les chemins et les sous-bois. Un deux en un décliné en deux montages CX ou SE sur la base du même cadre, retrouvez tous les détails du duo ICI.  

     

    De notre côté, nous avons jeté notre dévolu sur le modèle destiné au « cross ». Une discipline que nous aimons pratiquer lors en automne et en hiver. Esthétique impeccable pour notre « cannon ». Des beaux dégradés de violet, de noir et de gris l’embellissent. Quelques détails sympas comme la croix sur la fourche, ou les éclaboussures de peinture dans des zones protégées (à l’intérieur de la fourche ou des bases) complètent l’ensemble. Au niveau de l’équipement, c’est une base adaptée pour le cyclo-cross même s’il est difficile de parler d’une configuration race ready. Chez Cannondale, on le sait, les pratiquants ont bien souvent leurs paires de roues qu’ils montent sur les vélos roulés en course. C’est cependant avec cette paire de DT Swiss que nous avons testé notre SuperSix. On retrouve une transmission et des freins Sram Force 1. Sans les soucis d’approvisionnement que le monde du vélo connaît actuellement, un ensemble Shimano aurait sûrement été privilégié par la marque américaine. 

     

    Les Américains ont choisi de monter des roues en alu. Elles constituent une bonne base facilement améliorable cependant. 

     

     

    Premier roulage en mode gravel pour prendre la mesure de notre boule de nerf. Car c’est bien ce qui ressort rapidement, le SuperSix est compact et rigide. Ceux qui ne veulent pas faire don de leurs watts seront ravis. Le rayon de braquage est aussi adapté aux virolos et aux épingles, ça tourne facilement entre les arbres et on retrouve vite de la vitesse dans les bouts droits. Il est toujours aussi satisfaisant de se défaire facilement des pentes plus difficiles à appréhender avec un VTT. Notre premier galop d’essai est plutôt probant et on se languit de se lancer sur notre première course avec notre SuperSix.

     

    Le dégagement est important pour supporter les conditions très boueuses. Les Vittoria Terreno mix conviennent aux conditions délicates et tolèrent aussi des pressions très basses ( 1.2 /1.3).

     

     

    Rendez-vous est pris sur les épreuves d’Île-de-France pour mettre notre bike à l’épreuve. Sur un cyclo-cross, la relation avec son vélo est ultra importante. Le pilotage est très instinctif, il faut savoir s’adapter très rapidement à tous les changements de la piste mais aussi aux joutes avec les autres pilotes. À ce petit jeu-là, notre SupexSix est parfaitement adapté. Quelque que soit la situation, il ne fait pas défaut à son pilote et sait s’accommoder au fil des tours aux différentes situations. Lorsqu’il faut le porter, ce qui fait partie intégrante de la discipline, ce Cannon sait aussi se faire discret. Pas de problème pour le poser sur l’épaule et courir, il est bien équilibré et ne gêne pas énormément. 

     

    La transmission Sram Force 1 fonctionne convenablement mais la montée des vitesses n'est pas toujours très précise. 

     

    Les finitions sont soignées. Les gaines sont ici bien protégées. 

     

    La tige de selle est maison, elle est signée Hollowgram. Elle est descendue involontairement lors d'une course. Un peu de pâte de serrage a résolu le problème. 

     

    Cannondale monte ses propres plateaux, les manivelles aluminium sont aussi maisons. C'est original et surtout bien étanche, le boîtier conserve une belle fluidité au fil des lavages.  

     

    Attention à ne trop pousser ses freinages, ces freins Sram ne sont pas les plus puissants du marché. La consommation de plaquettes est elle aussi assez importante si on reste sur des modèles Sram. 

     

     

    Même dans des conditions très difficiles, notre Supersix Evo CX nous a permis de terminer la course sans problèmes. 

     

    Bien rincé après le passage sur la ligne, on a pas ménagé nos efforts pour ce test avec plusieurs gagnes et quelques podiums dans la musette. 

     

     

    Pour conclure, on peut dire que ce Supersix Evo est un vélo de cyclo-cross qui a tout pour s'imposer dans les sous-bois. Le châssis est sain et équilibré et paré pour affronter les conditions les plus difficiles. La rigidité du cadre n'est pas excessive et donne justement une élasticité appréciable dans les passages vraiment techniques. Seule la transmission Sram Force 1 nécessite un temps d'adaptation. Pour descendre les vitesses, la manette claque bien et permet d'effectuer rapidement les changements de rapport. Pour un départ rapide c'est très efficace. Lorsqu'il faut remonter sur la cassette, il faut appuyer plus fort sur la manette et aller plus loin vers l'intérieur. C'est moins précis et il est difficile de doser avec justesse ces variations. Parfois, on passe deux vitesses au lieu d'une. Cela pose parfois problème car en cyclo-cross, il faut être capable de changer de vitesse très rapidement car les parcours ne sont pas constants. Au niveau du freinage, on retrouve aussi du Sram Force 1 qui est cette fois plus convaincant. Sans être ultra-puissants, ces freins ralentissent convenablement dans la majorité des cas. 

    Avec une transmission plus efficace et des roues carbones montées avec boyaux, le Supersix Evo sera sûrement une des machines les plus performantes du plateau. Plusieurs pilotes comme l'Américaine Clara Honsinger (voir notre news sur la manche de coupe du monde de Overjise) le font déjà briller sur le théâtre des compétitions internationales. 

     

     Clara Honsiger en action sur son SuperSix Evo CX 

    Le SuperSix Evo dans une autre couleur, toujours emmené par l'Américaine. 

     

     

    Fiche technique : 

     

    Cadre : Carbone

    Fourche : Carbone 

    Pneus : Vittoria Terreno Mix 700x33

    Roues : DT Swiss R470

    Freins : Sram Force 1 

    Disques : 160/140 mm

    Transmission : Sram Force 1 11/36, 11 vitesses 

    Manivelles : Cannondale 1, plateau 40 

    Prix : 4 499 €

    Contact : www.cannondale.com

     

     

    Géométrie en taille 54 (en mm) : 

     

    Longueur tube tige de selle : 524 

    Longueur tube horizontal : 537  

    Angle de direction : 71.0°

    Angle tige de selle : 73.1°

    Standover : 802

    Longueur douille de direction : 132

    Empattement : 102.0

    Front Center : 60.7

    Longueur des bases : 422

    Stack : 555

    Reach : 378

     

    Le Belge Vincent Baestaens du team Deschacht Hens Maes CX Team sur un Super Six Evo configuration Coupe du Monde. 

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :