Essai : surchaussures Spatz GRAVLR

Une bénédiction pour les amoureux du cyclisme hivernal
Publié le 01/12/2022 19:17 -
2184 lectures
  • Avec les premières neiges tombées dans les Alpes, il est temps pour nous de ressortir l'artillerie lourde... et aussi de finir cet essai longtemps remis à plus tard, pour cause de non distribution en France, (distribution maintenant assurée par Alternativsport), de printemps trop clément, puis "d'année la plus chaude de tous les temps". Autant d'obstacles qui ne nous mettaient pas dans les bonnes dispositions, et l'ambiance nécessaire à un tel produit.

    C'est vrai que vu le prix des sur-chaussures Spatz, il faut vraiment être soumis à une belle série de semaines pourries pour se décider à accéder au Graal du cyclisme hivernal.

     

    Les Spatz pourraient changer votre vision de ce que sont des conditions acceptables pour rouler

     

     

    Un Graal imaginé par quelqu'un qui a payé un lourd tribu aux divinités des pieds mouillés, des orteils gelés et des sorties misérables : Tom Barras, ancien pro, originaire du Yorkshire. Alors qu'il alors qu'il aurait finalement pu raccrocher le vélo, le sentiment du devoir accompli, Tom, au contraire, a eu une idée géniale, pour continuer à honorer la grande tradition du cyclisme hivernal anglais. Las des traditionnelles sur-chaussures, qu'il a du probablement toutes essayer, toutes détruites et toutes jetées, Tom a entrepris de créer lui-même la sur-chaussure ultime.

     

    La première évidence était l'emploi du néoprène pour son isolation, sa solidité et bien sur son étanchéité. L'idée de génie est venu dans le design en botte, couvrant toute la jambe. On imagine que la mise en œuvre, la tenue sur la jambe et l'ajustement des volumes n'ont pas été une mince affaire, mais voilà, aujourd'hui un produit totalement au point et disponible sur le marché.

     

    Une construction soignée, étanchéifiée à tous les étages, avec des joints tout autour de la chaussure.

     

     

    La gamme SPATZ

     

    La gamme Spatz comprend pas moins de 5 sur-chaussures, qui au premier coup d’œil semblent très similaires.

    En réalité, une première offre est légèrement moins haute et moins isolée. Ce sont les "Legalz", car conformes au réglement UCI (et au besoin re-coupable pour être parfaitement conforme en hauteur, pour ceux qui sont amené à faire des courses UCI en conditions hivernales)

     

    Mais les véritables Spatz, ce sont les 'Roadman3', 'Pro2' et ces 'GRAVL'. (respectivement 109,99€, 124,99€ et 144,99€)

    Nous avons reçu en test ces dernières, qui présentent des caractéristiques communes aux deux premières, mais aussi quelques adaptation destinées au Gravel.

     

    Même les chevaux islandais restent dubitatifs sur le style de chevalier sur 2 roues...

     

     

    Elles ont en commun, la hauteur, le néoprene en 3mm, la doublure interne en polaire qui permet d'augmenter l'isolation, mais surtout de réguler la condensation.

    Le modèle GRAVL, est aussi le plus cher de la gamme (144,99€) et y ajoute :

    • un volume plus généreux pour accueillir les semelles à crampons qui équipent les chaussures de VTT
    • un zip qui facilite grandement l'enfilage
    • des renforts en kevlar tout autour du pied pour améliorer la longévité de l'ensemble en usage gravel/vtt.

     

    Elles existent en 3 tailles S : 38-42, M : 43-45 et L : 46-49.

    Nous avons testé les M sur des chaussures de VTT en 43

     

     

     

    Un velcro maintient solidement l'ensemble tout en étant protégé de kevlar pour la marche

     

     

     

    Enfilage

    L'enfilage est très simple si l'on s'y prend bien ! Comme pour les Velotoze, il faut enfiler la sur-chaussure avant la chaussure.

    Une fois les chaussures en place, on vient redescendre la sur-chaussure en coiffant l'avant, puis en fermant la patte velcro sous le pied.

    Il n'y a plus qu'à fermer le zip.

     

     

     

     

    Roulage : protection en souplesse

    La sensation d'isolation et de protection est immédiate. Que ce soit en route ou tout-terrain, flaques, pluies torrentielles et températures négatives ne sont plus qu'un détail de la journée !

     

    Par rapport à des sur-chaussures classiques, les GRAVL apportent une meilleure protection, et une meilleure durabilité, notamment du zip qui, placé sur le côté ne reçoit pas le spray de la roue arrière.

    Les renforts kevlar sont certainement efficaces, mais un peu volumineux aussi, et risquent de venir frotter les manivelles : un petit ajustement de cales peut être à prévoir.

     

    L'autre avantage flagrant pour ceux qui roulent beaucoup en sur-chaussures, c'est une certaine souplesse de la cheville. Une souplesse relative, bien sur, peut être due au volume du modèle "Gravel", mais en tout cas bien perceptible.

     

     

     

     

    Bilan

    Les Spatz GRAVL sont sans discussion un produit hautement spécialisé, affreusement cher, et dont tout le monde n'a pas besoin. En revanche, elles sont certainement les sur-chaussures les plus abouties, les plus efficaces et les plus solides au monde... et restent moins chères qu'un abonnement annuel à Zwift !

    2 écoles, ou 2 époques... ce qui est sur, c'est que le grand Roger De Vlaeminck n'a pas gagné 3 fois Paris-Roubaix en s’entraînant dans une salle climatisée !

    A chacun ses priorités hivernales.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement