GPS Stages Dash, à la hauteur de la concurrence ?

Stages n'est pas la première marque qui vient à l'esprit lorsque l'on veut acquérir un GPS vélo. La famille des Dash a pourtant des atouts, mais aussi des imperfections.
Publié le 11/06/2020 08:00 - par
2314 vues - 0 commentaire
  • Il n'y a pas que Garmin, Wahoo ou Bryton dans la vie. Chez VDR, vous le savez on aime bien découvrir et vous faire découvrir du matériel alternatif. Le test de ce Dash L50 s'inscrit dans cette démarche tout comme celui du Lezyne et celui du Karoo par Nicolas. Des appareils qui tentent de se différentier sur un marché très concurrentiel, voyons ensemble les atouts et les faiblesses de notre client du jour. 

     

    Démarrons ce test à présent 

     

    Les points positifs

    • L'écran couleur EverBrite, voilà enfin un vrai écran couleur comparativement à la concurrence. Ici Stages propose de la brillance, des couleurs vives et un éclairage parfait. Un vrai bonheur de jour comme de nuit. Le Dash propose une grande variété de couleurs, du bleu, du vert, du violet, du rouge. 
    • Une autonomie de tout premier ordre, 14 heures théoriques selon la marque, l'une des meilleures du marché. Ce point positif va de pair avec l'écran couleur, on peut vraiment régler la luminosité proche du maximum sans pour autant craindre pour la consommation d'énergie.  
    • La taille de l'écran, le Dash L50 est large c'est vrai. Au début on le trouve énorme, mais force est de constater que l'on y prend goût. C'est bien utile en navigation et pour la bonne lecture des informations. Attention les champs de données sont extrêmement nombreux, au-delà de six champs la lecture n'est pas des plus facile. Par contre si vous avez besoin de champs XXL, le Dash L50 offre probablement la meilleure visibilité du marché grâce à sa taille et à sa brillance. 
    • Les deux positionnements possibles de l'appareil avec le même support. La position paysage est la plus logique selon nous, les quatre boutons tombent ainsi bien sous les doigts. La seconde position, portrait peut-être utile pour libérer de la place sur le poste de pilotage ou simplement permettre une organisation différente des écrans. Concernant les supports, Stages livre un support avant avec le Dash L50 mais il en existe des différents (prix de vente à partir de 9.90 € jusqu'à 49.90 €). De quoi installer convenablement son appareil pour toutes les pratiques et tous les vélos. 

     

    À gauche le mode paysage et à droite le mode portrait.

     

    • Pour certains et dans certains cas il s'agit d'un avantage donc on le met ici, mais cette spécificité à sa place également dans les points négatifs. Le Dash a encore besoin d'un câble micro USB pour se brancher et faire le lien avec une application comme Strava ou Komot. Un passage obligé pour télécharger sa sortie ou récupérer un parcours planifié sur l'ordinateur. L'ANT+ permet une communication entre le Dash et l'application Stages Links. 
    • L'affichage à l'écran lors de la sortie de points remarquables sur la carte. La carte OSM (OpenStreetMap) est enrichie de pictogrammes, une croix rouge viendra indiquer la présence d'un hôpital ou d'une clinique. On n'en a pas eu besoin lors de notre test, l'utilité nous semble plus intéressante lors d'un voyage à vélo. 
    • Présence de séance d'entraînement directement dans l'appareil, c'est pratique et rapidement mis en œuvre lorsque l'on veut faire un test FTP (Functional Threshold Power) par exemple. 
    • Le Dash L50 est prévu pour fonctionner avec les capteurs de puissance du même nom. On vous a proposé un test récemment sur VDR, l'avantage d'utiliser la solution complète Stages permet une analyse pointue des données. Il faut être un mordu, mais les possibilités sont immenses que ce soit pour le suivi ou pour la création de séances individualisées. 

     

    La roue des couleurs de zone de FC permet en un clin de d'oeil de savoir où on en est. Une roue identique est également disponible pour la puissance. 

     

    Les points négatifs

    • Pas de connexion Wifi mais uniquement de l'ANT+ (pour les accessoires) et Bluetooth (pour l'application). Le Dash a encore besoin d'un câble micro USB si vous voulez télécharger votre sortie sur Strava. 
    • Pas de recalcule de la navigation en d'erreur du pilote et pas de guidage pour rejoindre le début du parcours. En vélo de route cela ne pose pas souvent de problème, car la trace est claire, en Gravel personnellement s'en est plus un. C'est un retour en arrière lorsque l'on a pris l'habitude d'utiliser un GPS comme le Wahoo Roam. 
    • Moins intuitif à l'usage, la synchronisation entre l'application et l'appareil est longue. Il faut un peu de patiente et de pratique pour jongler entre l'ordinateur, le téléphone et le GPS. La configuration des écrans par exemple est vraiment plus simple sur l'ordinateur mais le transfert vers l'appareil est une galère. Du coup on utilise l'application pour se créer de beaux écrans personnalisés mais là aussi c'est long et le transfert n'est pas systématique. Dernière option, faire la personnalisation directement sur l'appareil, là cela fonctionne instantanément, mais c'est peu confortable. Certains Champs de données sont mal traduits en français, il n'est donc pas facile de trouver son bonheur. Sur certains points c'est très bien comme pour le démarrage grâce à un QR Code sur l'écran du Dash à scanner avec son smartphone mais globalement c'est trop complexe pour Monsieur tout le monde. 
    • Présence de cinq boutons seulement, on se retrouve parfois à faire plus de clics que sur un autre appareil. Le meilleur exemple est lorsque l'on veut zoomer sur la carte, avec le Dash c'est deux clics minimum. Sur un Wahoo Roam c'est un clic sur le côté. Il manque un bouton ou deux au Dash, en utilisant on doit souvent d'abord cliquer pour entrer dans un menu et ensuite faire son choix. Quand on roule, à la longue c'est un peu pénible surtout qu'au début on faire des erreurs de manipulation. 
    • Le site Stages-Link est payant (18 € par mois) après une courte période d'essai, dommage car c'est un bon outil pour la collecte des données et l'analyse de la performance. Bien sûr si vous avez une version payante de Strava, cela n'est pas nécessaire d'avoir la version payante de Stages-Link.  

     

    Le zoom ou le déplacement sur la carte sont possibles mais réclame un peu de dextérité. 

     

    En conclusion 

    Stages propose un bon produit, vous l'avez lu il dispose de points forts, mais aussi de points faibles. Si ses points forts sont des priorités pour vous foncer le Dash L5O est fait pour vous. Si parmi les points faibles que nous avons listés, il y a des priorités pour vous, alors le marché du GPS pourra vous offrir de meilleurs compromis. C'est vrai que les Dash ne sont pas les appareils les plus modernes actuellement, ils pêchent  principalement par leur manque de connectivité et leur complexité générale. La nouvelle génération de Dash (qui arrivera bien un jour) devra surtout apporter des améliorations sur ces deux points. Affaire à suivre ...

     

     


     

    Fiche technique du Dash L50

    • Écran 2.75'' (ou 68 mm mesurée en diagonale) haute résolution EverBrite avec rétroéclairage, luminosité réglable ou automatique, mode nuit
    • Deux positionnements possibles : paysage (horizontal) ou portrait (vertical)
    • 16 champs de données par écran
    • Cartes OSM (OpenStreetMap) Européennes préchargées, pays supplémentaires disponibles en téléchargement gratuit
    • Navigation Turn-by-Turn pour suivre des traces aux formats de fichiers .FIT, .GPX ou.TCX
    • Affichage de points d'intérêt : magasins de vélos, cafés, pubs, stations-service et aires de repos
    • Personnalisation et réglage sur l'appareil, via une application ou sur site web
    • Connexion : USB, Bluetooth et ANT+ pour les accessoires
    • Satellites : GPS et QZSS avec connexion rapide SBAS (WAAS, EGNOS, MSAS et GAGAN) 
    • Dimensions : 85 mm de large x 73 mm de haut x 20 mm de profondeur (position paysage) 
    • Accessoires : support avant en aluminium pour cintre de 31.8 mm, leash, câble USB
    • Autonomie : 14 heures de fonctionnement en temps réel avec rétroéclairage à 30 % de luminosité de l'écran 
    • Compatible Garmin Varia Radar 
    • Poids VDR : 126 grammes pour le GPS et 24 grammes pour le support 
    • Prix : 299 €

     

    Lien web : www.stagescycling.eu

     

    Impossible de nier être passer aux toilettes durant votre sortie avec l'affichage des points remarquables. 


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :