Lumos Ultra : pour voir et être vu !

Quand l’obscurité prend ses quartiers, les cyclistes sont en danger. Ceci est valable pour les longues nuits hivernales ainsi que pour les sorties estivales qui se prolongent à l’infini ou presque. Le casque Lumos Ultra intègre un éclairage complet ainsi que des clignotants. Voir et être vu, c’est vital !
Publié le 12/05/2022 09:38 -
1101 lectures - 0 commentaire
  • Texte et photo : Amaël Donnet

     

    Notre modèle d’essai, le Lumos Ultra, est un casque urbain doté d’une certaine polyvalence d’utilisation. La construction est classique, les finitions sont globalement correctes. Toutefois certains ajustements pourraient être mieux réalisés. Au niveau technique, nous retrouvons l’essentiel, comme le serrage occipital et de nombreux canaux d’aération. Ce casque vendu 119.95 euros existe également en version Mips (149.95 euros), en option, il est possible d’équiper ce casque avec une visière pare-soleil. Comptez un surcoût d’une quinzaine d’euros.

    L’intérêt principal de ce casque, outre sa polyvalence, se situe cependant au niveau de sa technologie embarquée. La structure du casque intègre un éclairage complet et des clignotants. Une commande, à placer sur le cintre, ou une Apple Watch permettent d’indiquer vos changements de direction et de gérer l’éclairage selon les modes suivants : éclairage continu, éclairage flash rapide et lent. Le réglage de l’intensité s’ajuste à travers l’application dédiée Lumos. Cette dernière délivre également différentes indications telles que l’état de la batterie ou la sonorité prévenant des modes utilisés. La recharge de la batterie de 1’100 mAh s’effectue à travers une prise USB-C. La marque annonce une autonomie allant de 4 à 10h selon les modes utilisés, une recharge complète dure trois heures.

     
     

    Nous avons essayé ce casque sur route, pour nos trajets quotidiens, en gravel et même sur une épreuve de cyclo-cross nocturne. Le surpoids vis-à-vis d’un casque traditionnel se fait ressentir au moment de poser le casque sur la tête. Une fois parti sur son vélo, on oublie très rapidement ce poids. Le confort s’avère bon, tout comme le maintien. Les réglages sont efficients. Dans le cadre d’un usage vélotaf et tranquille, l’éclairage intégré suffira. Mais dès que la vitesse augmente ou que les parcours deviennent chaotiques, un éclairage supplémentaire sera obligatoire, car la portée de l’éclairage avant s’avère limitée. C’est assez logique, la structure d’un casque ne supporterait pas une chauffe trop importante causée par un éclairage très puissant. En portant ce casque notre visibilité s’améliore et le fait de pouvoir indiquer aisément ses changements de direction est très appréciable en milieu urbain. C’est aussi parfait pour prolonger ses sorties sur route ou en gravel sans devoir penser à emporter un éclairage. Nos mesures concernant l’autonomie sont plus basses que celles annoncées par le constructeur. Cela reste cependant largement suffisant. Par exemple en ayant utilisé l’intensité d’éclairage la plus forte et après avoirs mis à jour le micrologiciel du casque, il nous restait une diode sur quatre après 2h30 d’utilisation en continu.

     

     

     

    Tarif : 119.95 euros

    Poids : 392 grammes

     

    Petit CV

    • Disponible en cinq coloris (noir, blanc, jaune, rouge et bleu/blanc)
    • Uniquement disponible pour le moment en taille M/L (54-61cm)
    • 30 LED (blanc) sur l’avant, 64 LED (rouge/orange) à l’arrière
    • 11 canaux d’aération
    • Conforme à la norme EN 1078
    • Étanchéité IXP6 (résistance à la pluie et aux éclaboussures, ne doit pas être immergé)
    • Batterie lithium polymère 1'100 mAh
    • Connexion Bluetooth 4.0
    • Existe en version Mips, en option il est possible d’installer une visière et d’opter pour une signalisation de freinage (feux arrière)

    Galerie

  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :