Bora Ultra WTO : le nouveau fleuron de Campa

Cette nouvelle génération de Bora Ultra présente beaucoup d'innovations, mais aussi deux engagements forts : ni patin, ni boyaux ! Pionnier du carbone en 1994, Campa n'en n'est pas à sa première décision radicale, et contre toute attente va cette fois fortement peser pour faire rouler les équipes Pro en tubeless, avec pour seule boussole l'efficacité !
Publié le 21/04/2021 14:30 - par
1479 vues - 0 commentaire
  • Oui, c'est certainement le plus gros choc pour les aficionados : cette nouvelle génération "WTO" ne sera pas déclinée en freinage patin.

    En réalité c'était quasi entendu, tant le peloton pro a aujourd'hui (presque) intégralement basculé au disque. Ce qui était moins prévisible était l'abandon du boyau... qui lui, est encore loin d'être acté dans les faits !

    Le carbone à son sommet. L'intérieur comme l'extérieur de la jante bénéficient des 25 années de fabrication maison, une expérience que peu de marques peuvent revendiquer

     

     

    Le profil WTO dans grandes lignes...

    Avant d'entrer dans le vif du sujet, passons par la case marketing. Présentées l'an dernier les Bora dans leur version d'accès "non Ultra" avaient déjà adopté le traitement ""WTO" (pour Wind Tunnel Optimized").

    Ce profil moderne était présenté pour améliorer l'aérodynamisme... ou plus vraisemblablement pour le conserver, après un élargissement des jantes qui devenait indispensable dans un marché en plein essor latéral !

    C'est donc la même démarche qui a été appliquée à la gamme la plus premium que sont les Bora Ultra, une démarche plus difficile sur cette gamme où le poids avait toujours été très agressif face aux produits concurrents.

     

    Une évolution maîtrisée

    Elargir sans alourdir, tout en se privant des jantes à boyaux, intrinsèquement plus légères, relevait donc d'un défi conséquent, sur lequel Campa a choisi de travailler en prenant tout le temps nécessaire.

    Un temps de développement de nouvelles technologies certes, un temps Covid subi, et aussi un temps de maturation du marché bien pesé qui a fortement évolué dans les 2-3 dernières saisons et qui voit aujourd'hui de grandes marques abandonner totalement le freinage patin, tout du moins sur le haut de gamme.

    Le profil WTO est donc la réponse de Campa au marché, mais avec une certaine mesure. Si le profil est plus large que la gamme Ultra précédente, passant de 24,2 à 26,1mm de largeur externe, il ne va pas aussi loin que d'autres.  Campagnolo, assume une évolution plus "équilibrée", où l'aéro ne l'emporte pas sur d'autres paramètres et dont la finalité ne se situe pas dans une soufflerie.

     

    Une gamme repensée

     

    Les nouvelles Bora Ultra balayent donc la gamme des deux Bora Ultra 35 et Ultra 50 à patins de 2017, et les remplacent par 3 trois hauteurs pour faire fasse aux usages les plus usuels : 33, 45 et 60mm. Si le nombre de versions diminue donc (plus de boyaux), l'offre elle s'étoffe pour répondre à un marché plus mature, où la dimension "intermédiaire" de 45mm manquait clairement à la gamme précédente.

     

     

     

     

     

    Les nouveautés :

    Du Tubeless sinon rien !

    Une monte optimisée pour le tubeless. Selon les tests réalisés par Campa (mais que tout le monde connait depuis longtemps), à montage équivalent, un pneu Tubeless consomme 8,9W, quand un ensemble pneu+chambre en absorbe 10W et qu'un boyau englouti 13,6W

    Pour faciliter l'expérience, la jante n'est pas percée, et ne nécessite donc pas de scotch. Le montage chambre reste possible, mais le tubeless représente évidemment la solution la plus performante, en tout cas pour une poignée de pneus haut de gamme qui n'ont plus de concurrence sur les tests de rendement.

     

    Une nouvelle méthode de construction du carbone

    Paramètres très important mais toujours inexplicables, Campa a amélioré son process de fabrication, ainsi que sa qualité de finition, diminuant ainsi la matière utilisée.

    Entre secret industriel et discours marketing, difficile d'en expliquer plus... Mais on ne peut que constater la finition magnifique du produit, qui prouve a minima une sacré maitrise. Par ailleurs Campa assure qu'en dépit des gains réalisés, aucun compromis n'a été effectué sur la fiabilité attendu d'un produit de ce prix.

    Un moyeu avant 100% carbone

    Il permet à lui seul un gain de poids important. La monture centerlock est collée au moyeu, tandis que le carbone supporte directement les rayons et les roulements. Nul doute que les 25 ans d'expérience dans le carbone, et la maitrise interne de la conception comme de la fabrication ont été mis à profit pour cette pièce sublime !

    Les écrous intégrés et réglables de l'extérieur !

    Campagnolo a ici adapté sa technologie de "porte écrou".

    En plus d'être placé en interne pour diminuer l'empreinte aéro, ils sont surtout supportés par un support polymère qui les isole mécaniquement et électriquement de la jante elle même. Le but est bien sur de diminuer le stress sur la jante, les vibrations transmises par les rayons et aussi de diminuer la corrosion des écrous en aluminium.

    Mais le problème bien connu de l'écrou interne est la nécessitée de démonter le pneu pour le moindre ajustement. Un problème résolu par un design d'écrou et un outil spécifique qui permet de manoeuvrer l'empreinte torx cachée dans la jante depuis le rayon.

     

    Un insert Torx spécifique  (et fourni) permet de retendre les écrous internes depuis l'extérieur

     

    Corps de roue libre interchangeable

    Système ouvert, les Bora Ultra sont disponibles en 3 corps de roue libre :

    - Le nouveau Campa N3W bien sur, qui sera compatible 11 et 12 vitesses, mais aussi 13, pour ceux qui voudraient utiliser le groupe gravel Ekar

    - Le traditionnel Shimano HG est reconduit

    - Le Sram XD q

     

    Enfin, celà va sans dire, mais les autres spécificité qui ont fait la légende Bora sont bien sur conservées.

    Nous ne nous étendrons pas dessus, mais les roulements céramic Cult, parmis les meilleurs du marché sont bien sur reconduis, comme le fameux rayonnage "G3" qui fait tout simplement part intégrale de l'histoire Bora !

     

      

     

    Les Profils / Les Specs / Le prix !

    Hormis les 33mm qui sont un peu plus larges, la gamme passe donc d'une largeur externe de 24.2 à 26.1mm, avec comme principe directeur l'utilisation de pneus de 25mm. Les résultats montrent des performances aéro en ligne avec les concurrents les plus performants, et y compris pour la roue en 33mm qui s'est révélé plus aéro même que Campagnolo ne l'espérait !

     

    33mm la roue des grimpeur.

    Pour la 33mm, l'objectif de Campagnolo était un peu différent du reste de la gamme... Avec une hauteur faible, le choix a été fait d'adopter une largeur supérieure aux 45 et 60, afin de préserver une rigidité optimale. Il en résulte une largeur interne de 21mm, qui reste toujours assez rare en jante carbone.

    Par ailleurs Campagnolo confirme que les 33 sont notablement plus rigides que d'autres produits concurrents de hauteur similaire... ce qui semble vouloir perpétuer le légendaire dynamisme des Bora 35

    Largeur Externe / Interne  27.4mm / 21mm

    Poids 1385gr (A comparer au 1483gr des Bora One 35

     

    45mm la roue polyvalente par excellence

    Renonçant donc aux 50mm, Campagnolo mise sur cette hauteur plus consensuelle de 45mm qui devraient représenter le gros des ventes.

    Si les 5mm sont anecdotiques, la "barrière" des 50mm est ainsi évitée !

    Largeur Externe / Interne 26.1mm / 19mm

    Poids 1425gr (A comparer au 1507gr des Bora One 50 ou aux 1435gr des anciennes Bora Ultra à patins)

     

    60mm la roue des sprinteurs

    Conséquence logique... débarrassé de la 50mm, restait donc la place pour un produit plus typé, un peu moins "grand public" mais qui ravira les pros et les coursiers de régions plates.

    Largeur Externe / Interne 26.1mm / 19mm

    Poids 1530gr

     

                       LE tarif, unique pour les 3 hauteurs, 3150€

     

    Vieux comme le monde : le coup des pros qui abandonnent les boyaux... sauf que, après 2-3 ans de transition maintenant achevée vers les disques, la tendance semblent également s'amorcer du côté des pneumatiques. Pour étayer sa stratégie, et son discours, Campagnolo nous a fourni nombre de photos pour attester de la présence de pneus tubeless lors des classiques belges 2021, et jure que la Bora Ultra WTO n'existera pas en version boyau.

     

     

    BILAN

    Contrairement à son présupposé conformisme, Campagnolo a mis en oeuvre le seul vrai critère qui l'ait jamais animé : l'efficacité !

    Force est de constater que les poids annoncés sont à la hauteur du défi : plus aéro, plus larges et en même temps plus légères d'une centaine de grammes que l'offre disque actuelle (gamme "Bora One"), la mission de base est clairement remplie !

    Inutile de comparer aux poids des versions patins+boyaux, qui est a considérer comme une donnée du passée... Les gains aérodynamiques de la nouvelle génération et les gains de roulement du tubeless sur le boyaux finiront d'enterrer le débat.

    Jugeant la technologie aussi mature que le marché, Campagnolo a donc franchi le pas, ou même une belle marche, et c'est finalement la rationalité qui s'est imposé aux traditions, passant outre les habitudes du peloton.

    Une gamme plus que jamais tourné vers le futur !

     

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :