Essai : Chaussures S-Works Arès

Ergonomie novatrice, silhouette sculpturale, ambition stratosphérique : la famille S-Works 7 s'agrandit vers le très haut de gamme !
Publié le 21/01/2021 18:00 - par
3672 vues - 2 commentaires
  • Le Covid n'aura pas ralenti tout le monde, et surtout pas Specialized qui nous a encore surpris avec un produit que l'on n'attendait pas !

    Après avoir testé les S-Works Vent cet été, il nous semblait que leur gamme de chaussures étaient passablement bien fournie et abouti... Une vision a priori différente des designers de la maison, qui semblent, au contraire, avoir identifié une niche, destinée aux plus exigeants des coursiers, à commencer par les Pros, mais qui finalement pourra aussi séduire nombre d'entre nous, amateurs exigeants et passionnés de matos d'exception...

    Le look musclé et les puissants bridages des Arès cachent un confort de premier plan !

    La ARES : aussi sculpturale qu'un dieu grec !

    La S-Works Arès n'est dont pas une S-works 8, ou une nouvelle S-works 7, mais  bel et bien un modèle spécifique de la gamme S-Works, dont elle reprend la base, à savoir, sa plateforme en carbone d'indice 15, et son chaussant universellement apprécié.

    C'est donc la tige qui est totalement différente, basée sur une construction "chaussette" en mesh, et un système de bridage en dyneema visuellement impressionnant, avec ses 2 boas sur-dimensionnés.

    Des choix qui produisent une silhouette sculpturale, et confèrent aux Arès un look particulièrement saisissant et disruptif !

     

    LA Vidéo !

     

    LE PITCH : 10 ans de développement !

    On sent visuellement une certaine "puissance" dans les Arès, et ce n'est pas un hasard (c'est après tout le dieu grec de la guerre !). Leur ambition est de s'adresser avant tout aux cyclistes les plus exigeants en terme de transfert de puissance, mais sans pour autant oublier le confort... Difficile ? Oui ! Utiliser des semelles toujours plus rigides ne va pas sans difficultés, et continuer à améliorer transfert de puissance sans se soucier de confort n'est pas une voie d'avenir. Au contraire : plus on rigidifie les semelles, plus la stabilisation du pied et l'ergonomie deviennent critiques, c'est le point clé du projet Arès.

    Aussi, plutôt que de se satisfaire d'un compromis, Spécialized a entrepris un projet de longue haleine, initié dès 2011 avec l'aide de Cavendish et Kittel. Il va sans dire que les protos furent nombreux, et durent attendre la S-Works de 7eme génération pour enfin aboutir, en 2021. La solution finalement retenue a été de construire une tige spécifique visant à améliorer le confort et l'ergonomie, avec cette technologie de "chaussette" en mesh, équipée de brides très enveloppantes qui visent à réaliser la quasi fusion du pied à la semelle !

    C'est surtout la large bride du coup de pied qui distingue visuellement ces S-Works Arès, prenant appui depuis le talon à l'extérieur, et sur une très large zone autour de la voute plantaire, sur pratiquement 80% de la semelle à l'intérieur du pied.

    Il faut un long câble boa pour faire le tour de tous les points d'ancrage, mais le résultat offre une stabilité maximale sans point dur.

     

     

    DEBALLAGE

    Nous avons reçu ces "chaussons" à la veille de Noël, ce qui nous a permis d'aligner quelques sorties riches d'enseignement.

    Tout d'abord, il faut un certain "coup de pied" pour s'introduire la première fois dans le chausson. En réalité, celui-ci se fait assez vite, et l'enfilage devient justement aussi simple que celui d'une chaussette dès la 4eme sortie !

    Ensuite le fit se révèle à la fois familier, mais avec quelques nuances. Théoriquement les Arès sont construites sur les mêmes "Last" (le moule) que les S-Works 7, mais les matériaux différents produisent aussi quelques sensations différentes. Aussi si l'on retrouve les caractéristiques habituelles des S-Works, à savoir un pied plutôt universel, avec un talon ajusté et un avant plutôt large, celles ci paraissent plus typées. Le volume global reste "moyen" et adaptable, l'avant reste "large" (en relatif par rapport à d'autres marques), mais le talon nous parait encore plus ajusté, et encore mieux calé que dans les S-Works Vent.

    ça c'est pour les sensations avant de serrer les Boas !

    La bride de coup de pied est de loin la partie qui a demandé le plus de travail pour aboutir à cette solution qui s'appuie sur 3 points d'accroche, et permet un serrage réparti sur une très grande surface.

    La bride avant, comparativement beaucoup plus simple, diffère pourtant du reste de la gamme qui n'est équipé que d'un velcro sans grande capacité d'ajustement. Sur les Arès on peut réellement moduler le volume frontal et parfaire la tenue de l'ensemble, sans contraindre les orteils.

    Si les Arès utilisent bien sur les Boa Li2, ce n'est pas la version aluminium exclusive Spé, mais une autre version, spécifique elle aussi, mais par son sur-dimensionnement. Elle permet ainsi d'enrouler une plus grande longueur de câble.

     

    Côté semelle pas de surprise, que ce soit en externe ou en interne. Specialized recommande toujours l'utilisation de semelles internes "body geometry", destinées au soutien plantaire, une adaptation qui prend une importance capitale avec ce nouveau niveau de bridage, nous allons y revenir.

    Côté poids, nous pesons la chaussure 254 gr en 43, ce qui est dans la norme des offres haut de gamme de cette rigidité (et seulement 10 gr de plus que les S-Works 7 Vent aux semelles pourtant plus souples)

    Enfin, pas de surprise non plus pour la pointure... les habitués de la marque retrouveront leur taille habituelle.

     

     

    EN ROUTE !

    Compte tenu de la période, nous avons commencé l'essai sur Home Trainer, une bonne idée d'ailleurs pour affiner les réglages avant de prendre la route, avec peu de kilomètres, mais quelques milliers de mètres de dénivelé tout de même.

    Comme on s'y attend, le serrage obtenu est particulièrement puissant, et il faudra prendre son temps pour l'apprivoiser, car plus que jamais, le dosage est important pour trouver le bon équilibre. Le talon est vraiment impossible à décoller, tandis que les orteils conservent malgré tout un volume supérieur à bon nombre de chaussures de VTT : on peut clairement parler d'un aboutissement en terme d'ergonomie !

     

    Sur la route, les sensations sont encore meilleures, tout d'abord parce que le chausson s'est un peu relâché, mais surtout parce que les relances en danseuses permettent de percevoir ce haut degrés de connexion avec les pédales. Une sensation, certes subtile, mais portée à un niveau inconnu jusqu'alors.

    Pour autant le pied n'est pas "broyé" ou mis au supplice par une languette, et il faut noter à nouveau un confort remarquable.

    Au passage, nous remarquons qu'il y a une réelle différence entre l'indice flex "13" des Vent et le "15" des Arès. Difficile d'affirmer que le 15 est intrinsèquement mieux, car il reporte aussi des contraintes sur les pieds, mais le feeling, en danseuse notamment, est particulièrement agréable ! Nous utilisons généralement des chaussures moins rigides (indice 10 à 13) car, justement, jusqu'à présent nous avions trouvé trop d'inconvénient aux modèles plus rigides (confort, poids, vibrations...). Ces Arès marquent certainement un tournant dans ce domaine ! Si leur poids ne bat certainement aucun record, le confort global, ou plus exactement la conjugaison de confort dans un maintient aussi puissant est réellement impressionnante !

    La tige est composé d'un assemblage sans couture de mesh largement ventilé et de zone plus rigides en dyneema.

     

    Pour nous le point sensible a été de trouver le bon volume interne.  Avec le talon totalement calé, par le large bridage, le pied n'a que peu de marge de manoeuvre dans la semelle interne. Aussi il est crucial d'ajuster celle-ci, c'est à dire de trouver la/les épaisseurs nécessaires au maintient parfait. Après un essai avec la semelle  Body Geometry  de volume intermédiaire, nous sommes revenu, à regret, à la semelle d'origine, simplement pour nous donner plus de volume au niveau de la voute plantaire. La sensation était parfaite, mais le volume manquait à la longue. Une démarche qu'il appartient à chacun de réaliser pour trouver un confort parfait quel que soit la longueur de la sortie.

    Au final, nous pressentons ces chaussures comme un produit assez pointu à prendre en main, et qui nécessitera, selon les pieds, un peu de recherche pour aboutir à la perfection, mais avec, à la clé, un compromis incroyable (et même sans doute unique) entre performance ET confort, sans que l'un prenne la pas sur l'autre. Comme les autres S-Works, le chaussant raffiné de génération en génération a en plus la particularité d'être un des plus universels du marché.

    Il est d'ailleurs étonnant de remarquer que si les Arès avaient été, à la base, imaginées pour les quelques secondes décisives d'un sprint professionnel, leur version finale apporte bien plus qu'un transfert de puissance hors norme, à savoir un confort sans limite de kilométrage, et des sensations nouvelles quelque soit le domaine de jeu. Pour nous, grimpeurs invétérés, c'est la connexion au vélo qui nous a bluffé. Des sensations de connexion et d'immédiateté particulièrement criantes dès lors qu'on se dresse sur les pédales. Nous ne doutons pas que les punchers et sprinters sachent en tirer encore bien plus d'avantages !

     

     

    Bilan : Une nouvelle ère...

    En un mot Spécialized a réussi à améliorer notablement une chaussure qui était déjà une des références du marché. Les S-Works Arès semblent être la culmination (ou le début d'une nouvelle ère ?) dans la conciliation du confort et de la performance. Certes, il y a d'autres chaussures aussi confortables, mais peu (ou pas) à ce niveau de rigidité, et en plus dans un chaussant aussi universel.

    Et si ce niveau de sportivité "World Tour" n'est pas un pré-requis pour tous, il faut reconnaitre que les sensations offertes sont assez bluffantes, et compte tenu du confort, sans contre partie... la quadrature du cercle !

    La "boîte talon", étroite, et son rembourrage interne qui prévient tout mouvement.

     

    +

    Un niveau de confort-ergonomie-stabilité unique à ce niveau de rigidité (15)

    Un fit universel, et adaptable qui devrait apporter une solution "au plus grand nombre" (génétiquement parlant)

    Enfilage "chaussette" super pratique (après la période de rodage)

     

    -

    Poids : très léger pour ce niveau de rigidité, mais "standard" dans l'absolu.

     

     

    Tarif : 419,90 €

    4 Couleurs :

    Noire (testées)

    Blanche

    Team Blanche (avec talon noir et marquage Spécialized)

    Rouge

     

    Le chausson Mesh qui s'enfile comme une chaussette pour un ajustement parfait

    La "box" avant, avec sa forme carré, conserve une large place aux orteils. Une évidence  bio-mécanique souvent (et bizarrement !) ignorée sur les modèles haut de gamme.

    Une semelle à l'indice de flex 15, la norme actuelle sur le World Tour !

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 2 Commentaires


    avatar  Publié le 2021-02-15 21:53:39 par Nico_Thor

    Pensez-vous qu'elle convienne à un coup de pied fort?
    avatar  Publié le 2021-02-19 19:19:47 par Nico J

    Difficile d'être formel à votre place, mais comme indiqué dans l'article les S-Works Arès (comme les S-Works 7 d'ailleurs) offrent plutôt un volume généreux en milieu de pied, et la bride permet d'envelopper au mieux le coup de pied... Donc plutôt oui selon nous, mais l'essai semble recommandé.
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :