Shimano DURA-ACE 2013, Part #2 : on a roulé le 9000 !

Détails complémentaires et premières impressions sur le nouveau Dura-Ace à l'issue d'une petite sortie d'une cinquantaine de bornes.
Publié le 07/06/2012 10:36 -
41452 lectures - 1 commentaire
  • Second volet donc sur ce nouveau groupe haut de gamme après une première partie statique (voir ou revoir : www.veloderoute.com/Shimano DURA-ACE 2013 Part #1), où l'on revient en détail sur certains points techniques. 

    Dérailleur arrière
    Tirage revu avec un angle du câble en sortie de butée assez surprenant mais n'altérant en rien le fonctionnement, bien au contraire.


     

    Dérailleur avant

    Une forme bien différente que ce que l'on avait l'habitude de voir et un tirage revu avec 2 possibilités de placement du câble. Le sigle "cable in" (voir ci-dessus) indique la façon dont on doit positionner le câble. Par contre, 2 options pour son orientation à l'arrivée (voir ci-dessous sur notre vélo de test à droite et le Pinarello d'un coureur Sky à gauche). Le but est d'obtenir une précision parfaite du changement de plateau quelque soit la sortie du câble en sortie de dessous de boîte de pédalier. Les vélos en carbone d'aujourd'hui ne sont pas tous identiques sur ce point. Shimano est capable de fournir aux constructeurs et aux détaillants cette information.
    La fourchette de dérailleur possède un "coussinet" en composite évitant les bruits éventuels de la chaîne claquant sur le dérailleur sur chaussée accidentée, aidant aussi le guidage de la chaîne lors du changement de plateau.
    Au niveau de la fixation sur le cadre, accroche type "à braser" uniquement, avec collier adaptateur en option.
    D'autres photos de ce dérailleur avant en galerie ci-contre à droite. 


    Cassette

    Pour faire une cassette 11 vitesses aussi légère qu'une 10, le carbone apparaît sur l'une des armatures liant les pignons entre eux (ici les 19/21/23). Cinq choix de dentures (voir news précédente en cliquant sur ce lien).

     

    Pédalier
    Chamboulement avec l'abandon des entraxes 5 branches 130 et 110 mm pour un système asymètrique à taille unique permettant de monder un grand choix de dentures (voir news précédente en cliquant sur ce lien).
    Construction Hollowtech (manivelles creuses) en 2 parties collées entr'elles. Ci-dessous, on distingue bien la colle liant les 2 éléments (à droite), et à gauche on peut voir la conception interne de la manivelle "décollée" sur ce prototype qui nous a été présenté.

    Côtés plateaux, comme sur le Dura-Ace précédent, le grand plateau s'inscrit dans le prolongement des branches de manivelles. Le petit plateau est très travaillé en terme d'usinage, pour grignoter le moindre gramme superflu sans pour autant sacrifier la rigidité. Plus de photos ci-contre à droite en galerie.  



    Boitier plus léger comme nous l'annoncions dans notre news précédente, nouvel outil pour le montage en raison de la réduction du diamètre des cuvettes. Existe aussi en roulement Press-Fit.

    Câblerie
    Nous en parlions aussi dans notre news précédente, câbles de freins et de dérailleurs bénéficient d'un nouveau traitement polymère, résistant et réduisant les frictions. Les embouts de gaîne en plastique ont 2 tailles au niveau de la longueur de l'extension "tuyau", suivant le positionnement sur le vélo, visant à étanchéifier la câblerie. Et il faut monter des embouts de gaine aussi dans la poignée, contrairement à ce qui se faisait dans le passé. L'embout se connectant sur la molette de dérailleur arrière reste en aluminium comme sur les Dura-Ace des générations précédentes.

     

    Poignées
    Pour rappel, cocottes à 2 densités différentes, plus de facilité pour changer de vitesse mains sur les poignées et une course des leviers de changement de rapport réduite de 30%.

     

    Poids constructeur annoncés
    - Pédalier : 683 grammes
    - Etriers de freins : 297 grammes
    - Cassette : 166 grammes
    - Chaine : 243 grammes
    - Dérailleur arrière : 158 grammes
    - Dérailleur arrière Di2 : 217 grammes
    - Dérailleur avant : 66 grammes
    - Dérailleur avant Di2 : 114 grammes
    - Poignées : 365 grammes
    - Câbles de freins et dérailleurs : 94 grammes
    - Poignées Di2 : 237 grammes
    - Batterie interne Di2 + connectique : 90 grammes

    Et sur le terrain !
    Nous avons donc utilisé le Dura-Ace en version mécanique, trop peu de temps mais déjà de quoi se faire une idée sur bon nombre de points. 

    Fidèle à sa réputation, Shimano propose un groupe où la fluidité et la souplesse de fonctionnement excellent. Déjà irréprochable sur l'ancien Dura-Ace, Shimano a poussé très loin le niveau de performances en proposant un groupe mécanique aux qualités proches d'un Di2 en terme d'agrément. La "douceur" dans le changement de rapport est vraiment impressionnante, les efforts nécessaires pour changer de braquet sont fortement réduits. Pas besoin de pousser bien loin les leviers pour que ça change de vitesse, et cela quasi sans effort. On a presque l'impression d'utiliser des boutons poussoirs électroniques tant les frottements ont été réduits au minimum, et les tirages aux dérailleurs revus. 
    Deux passages sur secteurs pavés (moyennement accidentés) nous ont permis de voir que le dérailleur arrière restait rigide, anéantissant les risques de changement de vitesse non demandé, qui aurait pu être la résultante d'un ressort trop mou par exemple. Shimano a réussi à concilier puissance et souplesse. 
    Autre point, lorsque l'on passe du grand plateau au petit plateau, il n'est désormais plus nécessaire de recliquer à l'inverse vers le haut pour se repositionner sur le cran intermèdiaire de façon à éviter le frottement de chaîne sur la face interne de la fourchette de dérailleur en milieu de cassette. On reclique une seconde fois donc que pour descendre complétement le dérailleur quand on arrive sur les derniers pignons.      

    Côté freinage, là aussi on est sur du très haut niveau. Shimano a poursuivi son travail commencé sur le Dura-Ace 2004, en améliorant toujours plus les performances en terme de puissance et progressivité. Ca freine fort et l'on gère très facilement au levier cette puissance sans toutefois devoir effectuer de gros efforts. C'est surtout la course du levier qui définit la puissance. On peut ainsi se concentrer uniquement sur l'amplitude du mouvement sans gaspiller d'énergie pour un freinage précis et efficace.

    Suivant la taille des mains, il est possible d'ajuster la garde des leviers. 

    Le parcours flandrien ne nous a pas permis de "martiriser" à l'excés ce groupe Dura-Ace 9000 (mécanique), nous reviendrons probablement dessus dans quelques mois avec un test plus long. 
    A suivre très prochainement la présentation des roues Shimano Dura-Ace 2013. 


    Suivez l'actualité de VeloDeRoute sur Facebook et Twitter !


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 1 Commentaire


    avatar  Publié le 2012-06-07 17:37:40 par Flulle

    Vraiment étonnant l'angle de sortie du câble hors de la gaine, on dirait que c'est pas fait exprès.
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :