Adidas Velosamba : tu as le look coco

L’an dernier, la marque aux trois bandes a lancé des chaussures de vélo au look néo-rétro particulièrement réussies. Avec les Velosamba, Adidas s’est fait l’auteur du sacré buzz dans le petit monde du vélo. Mais que valent ces sneakers à l’usage ?
Publié le 02/04/2022 08:24 -
1663 vues - 0 commentaire
  • Texte : Amaël Donnet

    Photo : Amaël Donnet & Vincent Lorimier

     

    Les Velosamba se basent sur le modèle iconique Samba lancé en 1949. Originalement, Adidas avait créé ces chaussures pour jouer au football sur des surfaces dures. Les Samba sont donc nées avec des prestations sportives et elle précèdent les mythiques Stan Smith et autres Superstar. Tous ces modèles ont connu leurs premières années de gloire dans les années quatre-vingt. Depuis cette époque délicieusement ou affreusement kitsch, cela dépend des goûts, ces chaussures sont remises sur le devant de la scène par les tenants de la pop culture.

    Tout comme sur les modèles originaux, la construction se base autour d’une tige en cuir et d’une semelle en caoutchouc. La transformation des Samba en Velosamba se situe au niveau d’une plaque en métal disposée dans la semelle, afin de la rigidifier, d’une découpe permettant l’installation de cales de type «SPD» ainsi que de la présence de bandes réfléchissantes. Ces chaussures existent en différents coloris, dans des pointures allant du 36 au 49.5 et même dans une version «végane» sans cuir et composées à 25% de matériaux recyclés ! Pour acquérir les Velosamba, il convient de visiter la boutique en ligne ou de se rendre dans un magasin Adidas. Actuellement, le prix de vente est fixé à 120 euros.

     
     

    Très réussies au niveau esthétique (cet argument reste avant tout subjectif), que valent les Velosamba en action ? Le ramage est-il à la hauteur du plumage ? Pour le savoir, nous les mis à l’épreuve sur des sessions de VTT enduro, en gravel, en enduro et en vélotaf durant la période hivernale et au début du printemps. Deux remarques s’imposent de suite : la tige est assez rigide, il est nécessaire de la former et de ne pas trop serrer les lacets lors des premières sorties. Après cinq ou six sorties, le confort s’améliore grandement. Puis suite à une dizaine journées d’utilisations supplémentaires, ce dernier devient vraiment bon. Ces chaussures ne sont pas rembourrées, ni très aérée. Histoire de ne pas grelotter et pour ne pas avoir les pieds en surchauffe, les Velosamba s’utilisent idéalement dans des températures comprises entre 9 et 25°. La rigidité de la semelle n’est pas excessive et les cales sont bien cachées sous la semelle : on marche avec style avec ces Velosamba sur des parties planes et sèches. Dans la pente, la tenue du talon n’est pas incroyable, dans le gras, ça manque cruellement de crampons. L’énergie du pédalage est honnêtement transmise tant que l’on pédale rond et de manière régulière.

     

    On essaie d’avoir du style, mais ce n’est pas si facile sur un transfer en gravel… ! Bon, OK c'est raté, mai  si ces chaussures faisaient le travail pour nous ?!?

    En voyant ces chaussures, ultra lookées mais peu techniques, on se pose vite la question suivante : «à qui s’adressent ces Velosamba ?». L’utilisation la plus rationnelle reste le vélotaf, mais nous avons également apprécié ces chaussures en roulant en gravel ou en VTT enduro à la cool, sans pression et sans aucune notion de performance. La vie est trop courte pour se prendre au sérieux. À petites doses, la «cool atitude» ça a du bon !

    Tarif : 120 euros

    Poids : 988 grammes la paire (avec les cales Shimano SPD)


    Galerie

  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :