Essai : Pneus Teravail Washburn

La réputation de la jeune marque américaine est grandissante depuis son introduction en 2015. Il était d'essayer par nous-même ce que Teravail a de beau à nous proposer pour le gravel !
Publié le 22/06/2021 08:49 - par
851 vues - 0 commentaire
  • Teravail est une jeune marque américaine de pneumatiques. Dès son introduction fin 2015, Teravail a fait du gravel l'un de ses marchés principaux, tout comme celui du bikepacking. La réputation de la marque est grandissante et elle devient un choix naturel pour certains pratiquants de gravel outre Atlantique, comme si elle avait un cran d'avance sur ce marché. Depuis l'an dernier, la marque est distribuée en France grâce à Traffic Distribution. Il était donc temps d'essayer ce que Teravail propose pour notre pratique !

    Sur le papier (ou l'écran !)

    Parmi la gamme gravel de Teravail, c'est sur le Washburn que j'ai jeté mon dévolu. Il s'agit du dernier profil dédié de la marque, présenté au public à l'automne 2020. Il a été pensé comme un pneu de transition entre bitume et tout-terrain, rapide et tolérant, avec sa bande centrale roulante et ses crampons latéraux rassurants. Disponible en deux largeurs en 700c, c'est la plus petite que j'ai dû choisir (38c), pour des raisons de compatibilité avec le vélo d'essai. Puis il a fallu choisir la carcasse et la couleur des flancs, parmi les nombreuses versions disponibles au catalogue. En cohérence avec le programme du pneu, j'ai joué la carte de la légèreté avec la carcasse Light & Supple.

    À la réception, sortis de leur packaging, les Washburn ont directement rejoint le plateau de la balance. La masse annoncée de 460g est vérifiée sur les deux exemplaires. Au toucher, la carcasse est conforme à l'appelation Light & Supple : relativement fine, assez souple, cela présage un comportement intéressant. Les tringles sont entourées d'une masse de gomme significative, ce qui est cohérent pour un pneu tubeless ready, et la finition de l'ensemble est bonne. Les plus pointilleux remarqueront que la transition entre gomme et flancs chairs forme une légère vague. Ça ne change rien au roulage, mais ça rend moins bien en statique (pour les photos Instagram !).

    Au premier montage, les tringles sont assez tendues, ce qui pourrait rendre certains montages tubeless difficiles, selon les jantes utilisées. Ceux qui n'utilisent pas de compresseur devront probablement faire un premier montage en chambres à air, afin de détendre un peu les tringles. Par contre, cela n'arrangera rien au volume du pneu, en peu décevant au montage. Mesurés au pied à coulisse, le ballon du Washburn est à 34,5mm et les crampons à 37,5mm, sur des jantes de 18mm entre crochets. Finalement, c'est à peine mieux que certains pneus de cyclocross en terme de volume. Cela n'est pas incohérent avec le programme du pneu, mais cette taille du Washburn limitera un peu les hardeurs de aficionados de tout-terrain.

    Sur le terrain

    Oublions un peu les a-prioris et en selle ! Avec un premier montage en chambre à air, ce Teravail a commencé à arpenter les routes et chemins en fin d'hiver. Dans ces conditions parfois humides, le profil roulant a été très appréciable pour donner un peu plus d'importance au bitume dans les sorties réalisées. Quelle que soit la qualité du tarmac, la bande de roulement centrale donne une facilité de roulement équivalente à un pneu de route. Avec un volume proche d'un pneu de cyclocross, c'est finalement des pressions dignes des labourés qui se sont avérées le plus adaptées (1,9 / 2,0bar pour un cycliste de 70kg équipé). Cela permet un confort appréciable sur les sorties au long cours, mêmes sur les bitumes dégradés ou les pavés.

    Quand on quitte le bitume, le Washburn garde sa grande facilité de roulage tant que la surface est dure. Il est tolérant à un peu d'humidité, plus qu'on ne le pense en le voyant, mais ne sera pas le pneu de choix pour les conditions boueuses, où le manque de crampons centraux se fait cruellement sentir. Mais si on reste sur des chemins adaptés, ce Teravail est un excellent rouleur. Le volume de cette version en 38c devient limite quand les cailloux font leur apparition, notamment quand ils sont immobiles, figés en terre. Avec la vitesse, on talonne vite la carcasse "légère et souple" et les risques de pincer deviennent importants.

    Quand on se penche pour tourner, les crampons latéraux donnent confiance sur les appuis, quelle que soit la surface (sauf la boue, on l'a déjà dit). Les petits crampons adjacents à la bande de roulement font une belle transition quand les roues s'inclinent. Les crampons les plus à l'extérieur ne sont utilisés que dans les virages les plus prononcés ou les surfaces plus souples (herbe, lit de gravier, sable). Il est donc difficile de mettre en défaut ces Teravail sur leur comportement en courbe, ce qui est d'autant plus rassurant que l'absence de crampons centraux peut limiter l'efficacité du freinage sur les surface les plus fuyantes.

    Pour finir l'essai, j'ai monté ces pneus en tubeless pour quelques sorties. Après le rodage des tringles en chambres à air, le montage s'est avéré très simple, à la pompe à pied. Les pneus ont gardé leur porosité jusqu'à la première sortie, où le liquide a pu imprégner convenablement toute la carcasse. Une fois étanches, ils se sont avérés encore plus souples et donc confortables avec ce montage tubeless, à pressions identiques. La différence avec les chambres à air latex utilisées en rodage est subtile, mais sensible, notamment sur les appuis. Il est donc judicieux d'augmenter légèrement les pressions en tubeless, afin de limiter le risque de crevaison de ce pneu au volume limité.

    Conclusion

    Dans la version testée (38c, carcasse Light & Supple), le Teravail Washburn intéressera particulièrement ceux qui passent autant de temps sur bitume que chemins lors de leurs sorties. Avec sa bande de roulement centrale, le Teravail Washburn est rapide et ne craint que la boue ou les surfaces très fuyantes. Son profil est très sécurisant en virage, quelle que soit la surface, et seul le manque de volume de la version 38c en limite les capacités tout-terrain. Le confort est excellent, notamment en tubeless, mais la carcasse Light & Supple n'apporte qu'une protection minimaliste contre les crevaisons.

    Sa rapidité est aussi intéressante pour ceux qui passent plus de temps dans les graviers. Mais dans la taille testée, le renfort de carcasse s’avèrera nécessaire pour les terrains plus agressifs ou rouler en charge (bikepacking). Teravail proposant de nombreuses variations du Washburn, beaucoup d'utilisateurs trouveront le pneu qui leur convient pour arpenter les routes et chemins de leurs escapades estivales !

     

    On aime :
    - Le profil rouleur rapide,
    - La confiance en courbe,
    - L'esthétique sobre.

    On aime moins :
    ​​- Le manque de volume de la version testée (38c),
    - La tension des tringles au sortir de l'emballage (montage tubeless difficile sur certaines jantes).

    Masse vérifiée : 460g (700 x 38c, carcasse Light & Supple)
    Tarif : 57,99€ dans la version testée

    Disponible en 700 x 38c, 700 x 42c, 650 x 47c, carcasse Durable ou Light & Supple, flancs noirs ou chairs

    Pour plus de renseignements, consultez teravail.com


    Galerie

  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :