Essai : potence suspendue Shockstop de Redshift

Si la potence suspendue fut un (tout) petit pas dans l'histoire du VTT, Redshift nous promet bien plus pour nos aventures Gravel
Publié le 11/03/2019 07:26 - par
1661 vues - 0 commentaire
  • La potence Shockstop de Redshift a déjà fait parler d'elle pour avoir été utilisée par Ted King au Dirty Kansa 2019.

    Le concept est relativement simple : il s'agit de suspendre le pilote par le truchement d'une potence articulée qui vient compresser une paire d'amortisseurs en caoutchouc.

    Re-née des cendres (même plus tièdes) de la potence Flexstem, le concept nous semblait pour le moins éculé, et pour tout dire nous laissait septique.

    Il faut vraiment s'approcher pour déceler la Shockstop dont le design ne dépareille pas d'une potence standard

     

    Mais, pour en avoir le coeur net, nous avons accepté de rouler la petite merveille !

     

    Réception

    Au déballage, il faut reconnaître que la potence Redshift n'a rien à voir avec son ancêtre ! Le dimensionnement et l'usinage ne laisse planer aucun doute sur la rigidité et la fiabilité du produit.

    A 283 grammes, la potence Redshift inspire confiance, et même si le poids est conséquent il reste bien moindre que de changer de taille de pneu ou de passer à une fourche télescopique.

    Le tableau fait une recommandation d'élastomère en fonction du poids du pilote. Une bonne base de départ qui pourra être affinée, en fonction de la longueur de potence, de la position du pilote et du feeling souhaité.

     

    La notice présente un tableau permettant de choisir la bonne combinaison d'amortisseur en fonction du poids du pilote. Nous installons donc les 2 élastomères dans leur logement (en haut pour une utilisation potence -6°, en bas si l'on préfère une potence "montante")

    Pour le reste l'installation est en tout point celle d'une potence standard.

     

     

    En selle

    Une fois en route, rien de surprenant a priori.

    Ni de flexion, ni mouvement suspect... tout se passe normalement. Au fil des kilomètres, pourtant, nous finissons par admettre que les vibrations remontant au cintre sont nettement diminuées !

    idem pour les nid de poules ou tranchées d'écoulement. Elles restent présentes mais atténuées. Il faut dire que le "débattement" n'est que de 1 à 2 centimètres, ou plus exactement +/- 1 centimètre autour d'un point d'équilibre. En pratique on ne sent donc pas de mouvement dans le guidon, mais simplement un confort amélioré.

    Sur des passages caillouteux ou des successions de marches, s'approchant du VTT, notamment mains sur les cocottes, la sensation d'amorti se confirme. Il ne s'agit du passage à un vélo de Descente, mais plutôt de l'équivalent de baisser sa pression de 0,3 ou 0,5 bars. Quelques chose de subtil, et difficilement quantifiable, mais néanmoins notable.

    En danseuse, le mouvement est un peu plus présent. Rien à voir avec le "pompage" d'une fourche, mais le vélo perd un poil de dynamisme, alors qu'assis le mouvement est totalement imperceptible.

    Avec sa section carré, et son généreux pivot, la Shockstop ne souffre d'aucun mouvement parasite !

     

    En résumé, la potence Shockstop est relativement transparente d'utilisation, apportant un réel confort sans contrepartie notable.

    L'amorti (qui peut être affiné à l'usage) est réel. Il joue plus sur les vibrations des mauvais chemins, et apporte aussi une sécurité notable en cas de nid de poule imprévu. Nous aurions tendance à presque sur-gonfler le pneu avant pour diminuer le risque de crevaison tout en gardant un confort équivalent.

    Pour être totalement honnête, sur notre monture, à la fourche en carbone au pivot droit en 1" 1/8°, le surcroît de confort n'est pas aussi déterminant que sur d'autres configurations.

    Nous reviennent en tête quelques tests récents aux fourches particulièrement raides. Des vélos par ailleurs très intéressants, et dont les qualités dynamiques venaient aussi de leur fourche, mais qui auraient certainement gagnés à utiliser une potence Redshift.

    Nous pensons à la fourche Twin Tip des Rondo, ou à la fourche Whisky essayée sur le macho King All-City...

     

    Une présente discrète... mais efficace !

     

    Bilan.

    Nous devons reconnaître que le produit est parfaitement réalisé, et n'induit aucun compromis de pilotage.

    Si les potences suspendues furent un soubresaut dans l'évolution des VTT, c'est qu'elles ne répondaient pas au besoin de grip et d'absorbsion des chocs. A l'inverse, en limitant le débattement, la Shockstop travaille essentiellement à contenir les vibrations.

    Elle ne transforme donc pas un gravel en VTT tout-suspendu, mais diminue la fatigue liée au vibrations, un phénomène difficilement quantifiable, mais bien réel. A ce titre nous conseillerions la Shockstop aux fouches très raides, aux parcours très chaotiques, et bien sur aux aventures et courses de très  longues distances !

     

     

     

    Poids VDR : 283 grammes (en 100mm)

    Prix : 179,99€

    Dispo chez 2-11 Cycles

     

     

    Les deux élastomères trouvent leur place à l'intérieur de la potence

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :