Beaux vélos, belles routes

Pneus coton, chambre latex... Prudence !

Publié le 10/03/2019 07:55   par Nicolas Joly  

Alors qu'Enve tire la sonnette d'alarme après avoir constaté plusieurs incidents effrayants lors de l'usage de pneus à carcasse coton sur ses jantes, VDR fait le point sur la situation.

Les Faits

Il semblerait que les pneus en coton soit en effet susceptibles de s'abraser jusqu'à la déchirure au simple contact du flanc des jantes. Choisi pour sa souplesse et le rendement, il apparaît que le coton, utilisé en construction dite "boyau ouvert", conduit à une usure "prématurée". Cette construction, dérivée de celle des boyaux haut de gamme, n'est pourtant pas nouvelle. L'utilisation en boyau collé n'est évidemment pas concernée.

Les carcasses cotons, connues pour leur souplesse légendaire seraient susceptibles de s'abraser au contact de la jante !

A ce stade, les tests conduits par Enve démontreraient que l'effet se reproduirait aussi sur des jantes d'autres marques et également sur des jantes en aluminium, même si rien n'est formellement arrêté à ce stade. Ainsi la marque s'en tient à déconseiller l'association de ce type de pneus avec ses jantes, d'autant que cette usure se situant à l'intérieur de la jante s'avère relativement indétectable, et aboutit donc à un déchirement, fatalement suivi d'une explosion de la chambre à air et d'une perte de contrôle.

Deux gammes de produits sont spécifiquement ciblés par Enve :

Les pneus Challenge fait main type "Open Tubular" (Roubaix, Strada..)

Les Vittoria Corsa en versions non tubeless.

 

Flancs Beiges

Le coton est traditionnellement associé aux flancs beiges... MAIS ATTENTION :  tous les flancs beiges ne sont pas en coton, et tous les pneus coton ne sont pas beiges !

René Herse, (ex-Compass) a d'ailleurs immédiatement réagit à cette annonce, pour expliquer que ses pneus, justement connus pour leurs flancs beiges et leur souplesse, sont réalisés en polyester sélectionné pour sa solidité sans comparaison avec celle du coton. Ce communiqué apporte aussi un nouvel éclairage intéressant, pointant plus que la faiblesse intrinsèque du coton, l'irrégularité mécanique des fibres naturelles, créant des flancs naturellement hétérogènes, malgré un tissage parfaitement réalisé, et donc plus propices à des défauts structurels invisibles.

 

L'avis VDR : le rendement n'est pas tout !

Nous avons parcouru par le passé, plusieurs milliers de kilomètres avec l'un des pneus incriminés (Challenge Strada Bianca en 32 mm). En dépit des bons services rendus, il nous a toujours semblé que ces carcasses étaient particulièrement sensibles aux coupures latérales, ce qui nous avait déjà conduit à les mettre à la "retraite" prématurément. Nous n'avions toutefois pas constaté d'usure "pré-catastrophique" comme celle décrite par Enve. Une usure intervenue rapidement certes, mais qui n'a pas entaché le souvenir de performance offerte par ces pneus… Vous l'aurez compris, quand la performance est en jeu, la durée de vie reste un paramètre secondaire. L'usure "prématurée" peut intervenir rapidement, ou en tout cas trop rapidement aux yeux du consommateur. Mais concilier performance et sécurité est forcément coûteux !

 

Le Strada Bianca est l'un des produits incriminés par Enve... un pneu que nous avons roulé 3000 kilomètres sans rencontrer le problème évoqué

 

Autre produit, autre expérience

L'évocation du pneu coton, fait écho à un autre élément roulant, également en matériau naturel, et qui lui est souvent associé : la chambre à air en latex !

Leurs inconditionnels sont nombreux, et sont bien souvent les mêmes que les utilisateurs de boyaux ouverts, l'association des deux étant la meilleure façon de s'approcher des sensations d'un boyau collé.

 

Une fois encore, ce matériau naturel, particulièrement fin et souple, est également propice aux mêmes problèmes, et de surcroît sensible à la chaleur (freinage). Sur ce type de produit, nous avons pu expérimenter une explosion produite par une combinaison de ces facteurs : usure de pneu et surpression due à une surchauffe lors d'une longue descente. Le même incident, l'explosion d'une ernie par une fissure naissante dans le pneu, peut également intervenir sur une chambre en caoutchouc. Cependant, de part la finesse extrême du latex, l'explosion produit un trou nettement plus gros et une perte de pression bien plus rapide. Bref une marge de sécurité bien moindre, pour un gain de rendement infime.

La chambre latex, un gain marginal que nous avons renoncé à utiliser...

 

Si nous n'avons pas souvenir d'avoir lu de recommandation contre les chambres en latex (bien que Michelin s'interdit d'en commercialiser en Amérique du Nord par précaution juridique), notre expérience nous a appris que la performance n'est pas tout, et qu'en matière de pneumatique, le moindre signe d'usure est généralement annonciateur de problèmes bien plus graves.

 

En conclusion, nous sommes surpris que la note d'Enve n'incrimine pas spécifiquement un produit ou un lot de produits qui pourrait être défaillants, mais plutôt une famille technologique. Sans preuve d'une défaillance spécifique, nous ne voulons pas jeter la pierre aux fabricants incriminés, alors qu'ils essaient de faire progresser les performances de leur produits en réponse aux attentes de leurs clients. Dans le cas des pneus coton comme celui des chambres latex, il s'agit de matériaux plus délicats à mettre en oeuvre qu'il n'y parait et qui plus est fragile. Des produits qui ont également gagné en popularité ces dernières années sous l'effet de l'engouement pour les pneus larges, souples…a et beiges, sans que les constructeurs ne soient forcément très diserts sur la très courte durée de vie de ses produits.

Nous devons tous garder à l'esprit, en permanence, notre responsabilité dans l'utilisation d'un matériau extrêmement léger, destiné à un rendement d'exception. Ce matériau est un luxe dont la contrepartie est l'obligation d'une surveillance accrue, une durée de vie faible, un coût élevé... et aussi une part de risque qu'il appartient à chacun d'admettre et d'apprécier.

 

 

Nos conseils pour améliorer votre sécurité

Concernant spécifiquement les pneus et chambres à air, qui ont toujours été des cibles d'amélioration du rendement, la prudence devrait naturellement s'imposer. Voici nos conseils pour limiter au maximum l'éventualité d'un accident :

1 - préférer les pneumatiques de grandes marques

2 - contrôler l'état des pneus après chaque sortie (entailles, coupures, ernies, bosses...)

3 - jeter sans regret tout pneu présentant le moindre début de problème (l'évolution étant généralement imprévisible)

4 - éviter comme les chambres latex

5 - en tubeless... redoubler de prudence ! (relire notre essai tubeless pour les recommandations spécifiques)

 

 

 


Dans la même catégorie


Autres news de Nicolas Joly