Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Gogo Hellcross IV 2016

Publié le 30/11/2016 10:27   par David GUILLOT     1 Commentaire

Si le titre de cet article ne vous dit rien, a priori, pas de quoi s'inquiéter. L'événement dont il est question est particulier à plus d'un titre et un éclairage s'impose avant d'en faire le compte-rendu.


Photos : Geoffroy Libert

Le Hellcross est une course caritative de cyclocross qui a lieu en Belgique au mois de novembre. Organisé par un trio généreux en mémoire d'un ami disparu précipitamment, ce rassemblement d'une journée a rencontré le succès dès sa première édition, en 2012. En attirant un public varié issu de deux populations underground, le VTT singlespeed d'un côté et le pignon fixe urbain de l'autre, une alchimie s'était créée ce jour-là. De fait, même s'il n'était pas prévu qu'une deuxième édition ait lieu, les organisateurs ont rapidement décidé de remettre le couvert l'année suivante. Depuis, pour une petite population de fidèles, novembre = Hellcross.

Cette année, l'événement commençait le vendredi 11 novembre, dans une boîte de nuit privatisée pour l'occasion, à seulement quelques kilomètres de la frontière avec la France. Trois concerts au programme, mais surtout des retrouvailles avec d'autres participants venus de plus d'une demi-douzaine de pays européens. Comme les années précédentes, il y avait beaucoup de têtes connues pour les habitués des événements singlespeed européens (VTT ou cyclocross). Personne n'a donc été surpris de faire la fête avant de faire la course, un trait caractéristique de tout rassemblement de monovitesse digne de ce nom !

Le lendemain, c'est une ferme à Esquelmes qui accueillait la course pour la deuxième année consécutive. 200 participants et plus de 300 spectateurs ont bravé la fraîcheur tout au long de la journée. Et ce sont les enfants qui ont eu l'honneur d'ouvrir la journée, avant que les adultes ne jouent eux aussi dans la boue et les excréments bovins. Le parcours était intégralement tracé sur les terres jouxtant la ferme, sans dénivelé ou presque, mais technique et intense. Au programme de chaque tour : des portions sur herbe, un passage très sinueux dans un bosquet, quelques obstacles artificiels en bois, un arrêt bière, un bac à sable et... une traversée de caravane !

Sur le Hellcross, pas de règlement UCI à appliquer, on croise donc toute sorte de montures, principalement des cyclocross et VTT de tous âges et de tous les styles. La seule règle est qu'une seule vitesse doit être utilisée, les bricolages de dernière sont donc monnaie courante pour ceux qui ne roulent pas en singlespeed habituellement. La même constatation s'applique aux accoutrements des participants, puisque comme sur tous les événements de singlespeed, les déguisements sont très courants et généralement pas très sérieux.

À partir de midi et jusqu'au coucher de soleil, les manches qualificatives se sont enchaînées par groupe de 15 à 20 coureurs. Le parcours a rapidement évolué avec les nombreux passages, tout en restant roulable à quasiment 100% jusqu'à ce que la pluie ne vienne mettre son grain de sel en fin d'après-midi, en préparation de la finale. Ainsi, après la tombée de la nuit, une quarantaine de participants s'est retrouvée pour en découdre une dernière fois, de nuit, dans une atmosphère froide et rendue humide par les averses. Pourtant, les finalistes n'ont guère eu de mal à se motiver, peut-être parce le concert qui avait lieu dans la caravane (oui, oui!) leur mettait du baume au cœur ?

Après avoir équipé son vélo d'une lampe, chaque coureur l'a laissé aux soins des organisateurs avant de s'éloigner en groupe, à pieds, à quelques mètres de là, pour un départ de type Le Mans. Les montures étant hors de vue des finalistes, elles ont été bougées, cachées, de façon à ajouter un peu de piment au départ dans cette zone étriquée et sous le feu des projecteurs. Une fois le départ donné, la priorité de chacun était donc d'abord de retrouver son destrier, avant de pouvoir rouler, peut-être. Certains ont cherché plus longtemps que d'autres, mais peu importe, le parcours glissant a rapidement remis de l'ordre dans le classement. Les chutes ont peut-être aidé aussi et au final, le résultat importait peu...

La remise des prix du Hellcross est toujours un moment d'émotion, mélangeant joie et nostalgie. Les vainqueurs ont été récompensés et repartaient chacun avec un sac de pommes de terre en souvenir, une juste rétribution de leurs efforts ! Mais l'essentiel reste de ne pas oublier pourquoi l'événement existe et de rappeler que l'intégralité des bénéfices de la journée sont utilisés pour le financement de la recherche contre les tumeurs cancéreuses du cerveau. Et même si le souvenir d'Hugo déclenche toujours quelques larmes, l'évènement est à son image et on y revient forcément.  D'ailleurs, l'an prochain, VDR y sera de nouveau. Et vous ?

Lien web : thegogooohellcross.blogspot.fr

Le Go Goo Hellcross en video par le Team Triangle