Beaux vélos, belles routes

Gravel road : rencontre du troisième type !

Publié le 19/08/2015 14:27   par Amaël Donnet  

Né officiellement aux Etats-Unis mais pratiqué depuis toujours par certains hurluberlus, le gravel établit un pont entre les univers de la route et du tout-terrain. L’idée est de chercher l’aventure là où elle se cache, sans être limité par ses envies. Curieux de nature, nous avons testé cet engin, repoussé ses limites… et pris un pari ! Nous vous donnons rendez-vous tout prochainement pour voir si le défi a été réussi ou si nous nous sommes plantés.

 

Tout comme le snowboard, qui a relancé le ski grâce à des idées nouvelles, le gravel s’inspire du VTT tant au niveau de la technique que de l’esprit. Cependant une mise en garde s’impose : intégristes de tous bords, passez votre chemin, ça vous évitera de vous étrangler. Un gravel c’est le mariage d’un vélo de route et d’un cyclo-cross, on rajoutera un zest de VTT pour pimenter l’affaire. Une sorte de bon bordeaux arrosé de coca et de gingembre ! Le cadre et la fourches autorisent le montage de pneumatiques larges (jusqu’à 42mm). Certains «romantico-passéistes» pensent que ce sont des randonneuses remis au goût du jour. Il en est rien, un gravel possède un tempérament beaucoup plus sportif et ludique !

Si nous apprécions les défis, nous ne sommes pas masochistes non plus. Afin de maximiser nos chances, voici notre cahier des charges pour du gravel orienté viril :

  • Pour le cadre, notre choix s’est tourné de l’acier haut de gamme. Un matériau qui réussit à allier des qualités antinomiques que sont la sportivité et le confort. L’acier filtre merveilleusement les vibrations et il attenue les chocs. Il se montre plus pêchu qu’un titane tout en accusant un certain surpoids. En prenant de l’âge on passera peut-être un jour au titane… Avec son cadre atypique, le cadre Caminade se distingue de la masse des productions, il a en plus le bon goût d’être fabriqué en France.
  • Pour la simplicité d’utilisation et pour l’excellente tenue de la chaîne, le 1X11 se montre un choix logique. Transfuge de la technologie VTT à la route, le nouveau groupe Sram Force 1 répond à nos attentes techniques. Notre montage reste toutefois bâtard, nous avons opté pour un pédalier VTT afin d’adapter la transmission à nos sorties montagneuses.
  • Au diable les freins sur jante, vade retro satana ! Les freins à disque délivrent une parfaite modulation de la puissance et de la constance dans le freinage.
  • Les roues tubeless réduisent les crevaisons par pincement. Des pneus larges auraient été parfaits, mais ils ne sont pas arrivés dans les temps. Nous avons donc bidouillé des pneus «normaux» en montage sans chambre à air… Avec moins de 1'600 grammes sur la balance, les roues American Classic restent légères et elles devraient être assez solides.
  • La fourche Columbus et les accessoires en carbone Syncros apportent une touche de modernité et ils permettent de contenir le poids à un niveau raisonnable. La visserie en titane est un luxe qui termine magnifiquement ce montage.

 

Petite prise en main

Si évidement les terrains cassants n’est pas la tasse de thé de ce vélo, qui plus est en pneus étroits, nous avons pu rouler sur des terrains bien plus techniques que nous le pensions de prime abord. Nous avons pris bien du plaisir à repousser nos limites, ça passe presque partout. Les cabrages ne sont pas faciles, bien moins qu’en VTT, mais les nose turns et les ollies se font sans souci. Ayant l’habitude de rouler en route, le cintre tout tordu ne nous gêne pas. Mais ça réclame un certain «coup de mains». Quand ça tape et pour les acrobaties il est préférable de tenir le cintre par le bas, la tenue se fait plus sûr et le contrôle s’améliore.

 

En relance et sur les parties roulantes ce vélo file tel l’éclair, mais ça ce n’est pas vraiment une surprise ! C’est le digne héritier du Route 66 que nous avions testé ici : http://www.veloderoute.com/article/8879/essai-caminade-route-66-ce-n%E2%80%99est-pas-de-la-limondade

Son relatif surpoids et des pressions faibles dans les pneumatiques ne nuisent pas à sa sportivité. Le cadre Caminade se montre très vivant et les roues American Classic accentuent la nervosité. C’est en brusquant cette monture qu’elle se découvre réellement. Racheté par Scott, les composants Syncros sont parfaitement à la hauteur des meilleurs accessoires actuels.

Nous avons tout de même relevé quelques modifications envisageables. Les deux première se situe au niveau de la fourche en axe de 9mm qui manque de rigidité axiale, la deuxième se trouve au niveau des pneumatiques : une section plus large améliorerait tant le grip, la motricité et le confort. Pour finir, une mini tige de selle ajustable du genre KS LEV Carbon (course de 65mm et corps en carbone) ne dépareillerait pas sur ce gravel road.

Ce type de vélo est évidemment moins performant qu'un VTT en tout-terrain et il n'a pas la vocation de lui piquer sa place, il s'agit simplement d'une autre façon de s'amuser et d'affiner son pilotage.

 

Petit CV

Cadre Caminade Gravel, acier Columbus et Caminade, taille M/L, 2’400g avec l’axe arrière 12X142mm et la direction Hope

Direction Hope

Fourche Columbus Mud Disc, axe 9mm, 530g avec l’expandeur

Potence Syncros XR1.5 -2°, 100mm, 162g

Cintre Syncros RR1.0, 42cm, 190g

Freins Sram Force 1, disques 160-160mm

Dérailleur ar. Sram Force 1, 260g

Manette Sram Force 1

Manivelles Sram carbone, hors groupe

Couronne Sram X-Sync 32 dents

Pédales Mavic Crossmax SL

K7 Sram Force 1, 11-36 dents, 360g

Chaîne Sram Force 1

Roues American Classic Argent, 1’580g

Pneus Contiental Cyclocross, 700X35mm

Tige de selle Syncros FL1.0 Carbone, droite, 400mm, 31.6mm, 200g

Selle Syncros RR1.0 Carbone, noir, 180g

Poids 9’400grammes (avec les pédales, la mini-pompe et une chambre de secours)

 


Dans la même catégorie


Autres news de Amaël Donnet