Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai Tubeless haut de gamme : Hutchinson Fusion 5 Galactik et Scwhalbe Pro One - PARTIE 2

Publié le 11/06/2018 08:00   par Nicolas Joly  

3000 KM plus tard un bilan sans concession !

Il faut bien achever un test, celui-ci s'est achevé au bout de 3178 KM, lorsqu'un cailloux tranchant a entaillé le flanc de notre pneu avant en pleine descente...jusqu'ici tout va bien aurait été notre avis 1 seconde plus tôt...mais il a finalement changé assez radicalement, voici pourquoi

Nos deux cobayes après 3178 kilomètres de routes de montagne

 

A l'automne 2017 nous avions démarré un test longue durée basé sur l'essai de deux leaders du secteur, que sont le Hutchinson Fusion 5 Galactik et le Schwalbe Po One. Nous voulions faire un vrai point sans concession sur le pneu tubeless, appliqué à la route, dans une optique de performance.

Dans cette partie 1, nous vous présentions essentiellement les deux candidats au test, leur installation, et les premières sensations. De bons enseignements déjà côté rendement, mais nous voulions surtout connaître leur praticité sur le long terme, et surtout leur performance routière dans le monde réel, loin des discours qu'on nous répète depuis 10 ans (moins de crevaisons, moins de pression, moins de poids, plus de confort et plus de grip). Nous vous livrons aujourd'hui la suite et fin de ce test, avec un bilan pour chaque pneu, mais surtout les enseignements plus larges que nous en avons tiré et nos recommandations finalement...mitigées.

 

 

 


SCHWALBE PRO ONE TUBELESS MICROSKIN -- distance parcourue : 2049KM

 

 

Il faut bien savoir arrêter un test, et celui-ci s'est achevé par notre première crevaison à 2049 Km. Déjà le premier constat, est que visuellement le pneu est encore très peu marqué, que ce soit à l'avant, comme à l'arrière. Durant toute la durée du test il n'y a vraiment que peu de chose à dire sur ces Schwalbe Pro One si ce n'est qu'ils ont fonctionné sans aucun incident. Il a confirmé son superbe grip sur l'angle

 

Étanchéïté sur le long terme : 3/5

L'étanchéité a peu à peu diminuée. Après démontage, il apparaît que le préventif a totalement séché, et que l'étanchéité "résiduelle" ressemble finalement à celle d'un boyau. Il faut faire la pression avant de rouler, et il n'est pas rare de perdre 1 bar, voire plus durant une grosse sortie, ou une nuit au garage. Rien de choquant, en soit, mais la conclusion, est que pour le côté "pratique", on n'obtient pas la simplicité d'une chambre à air qu'on peut souvent oublier pendant plusieurs jours, voire semaines.

 

LA crevaison

Il en fallait bien une, et nous avons roulé jusqu'à l'obtenir, mais pas comme imaginée...et oui, difficile de crever avec les Pro One ! Et vu que le préventif était sec, ce n'est pas que je ne m'en suis pas aperçu, au contraire. Elle est finalement arrivé en coupant le flanc sur un cailloux, pas très gros d'ailleurs... L'air s'est échappé de la roue avant en moins de 2 secondes, juste le temps de s'arrêter !

Le constat est qu'une banale coupure de ce type n'aurait pas occasionné d'arrêt sur un pneu monté en chambre. Le deuxième constat, est que vu la vitesse de dégonflage aucun préventif n'aurait pu éviter de se retrouver à plat, et le troisième, est que pour démonter un pneu tubeless....mieux vaut ne pas oublier une paire de démonte-pneu (merci Laurent !) Une fois la chambre installée, tout semblait prêt à rentrer dans l'ordre sauf qu'il manquait un petit détail. Il est difficile, voire impossible dans mon cas, de faire claquer un pneu tubeless avec une mini-pompe...impossible donc de replaquer les flancs contre la jante

Les performances 5/5

Le Pro One est un des tous meilleurs pneus actuel, tubeless ou non. Il a confirmé dans la durée son excellent rendement, mais là où il nous a réellement impressionné c'est dans sa tenue de route, son grip, que ce soit sur l'angle ou au freinage, apportant à la fois sécurité et plaisir, notamment à haute vitesse.

En un mot un pneu très rassurant, avec des caractéristiques idéales en haute montagne.

 

 

 


HUTCHINSON FUSION 5 GALACTIK 11STORM -- distance parcourue : 1119 KM

 

Pour le Fusion, le test s'est achevé moins brutalement, mais sur un constat très proche. La performance s'est avérée superbe, la praticité similairement moindre qu'une chambre à air.

 

Etanchéïté sur le long terme : 3/5

Comme pour le Pro One, l'étanchéité a peu à peu diminuée, vers le niveau d'un boyau ou d'une chambre latex. Rien d'insurmontable, rien de révolutionnaire.

LA crevaison

Le pneu avant perdant beaucoup plus de pression que l'arrière, nous avons penché pour la présence d'une crevaison lente. Après ajout de préventif nous n'avons pourtant pas réussi à endiguer la fuite....et nous sommes finalement résigné à mettre une chambre à air sur notre roue avant.

Une fin de test moins brutale que sur le Pro One, mais traduisant le même constat : nous n'avons pas réussi à atteindre la durée de vie finale du pneu sans recourir à une chambre à air.

 

Les performances 4/5

Tout comme le Pro One, le Fusion Galactik offre un rendement au sommet de ce qui existe. Sa gomme a probablement été étudiée en ce sens, sans doute au détriment de l'adhérence qui reste en deçà de ce qu'on peut espérer. La mise sur l'angle n'est pas naturelle, et la modulation du freinage un peu plus délicate, il sera plus à l'aise sur les parcours plats, et très certainement idéal en Chrono !

 

 


 

 

 

NOTRE RETOUR D'EXPERIENCE TUBELESS après 3178 KM

 

Avec des fortunes différentes, les deux pneus nous ont révélés sensiblement les mêmes enseignements sur l'utilisation du tubeless :

Des pneus très performants

La première constatation générale est que les deux pneus testés sont très bons. Ce sont des pneus qui offrent un rendement exceptionnel, proche, voire même meilleur, que les tous meilleurs. de ce point de vue, le test confirme que les produits actuels sont arrivés à combler leur retard, et même dépasser les pneus classiques sans complexe. Leur durabilité intrinsèque (hors problématique tubeless) semble tout à fait correcte pour la catégorie, en témoigne ce Schwalbe (Avavnt) après 2000km. Saluons au passage leur qualité de fabrication au top (constance du diamètre, rondeur, etc)

Un système pas encore universel

Côté pratique le bilan est partagé. L'installation n'est pas encore une simple affaire et peut s'avérer délicate. Une fois en place tout va bien, mais nous restons perplexe sur l'utilité du préventif sur le long terme.

Certains recommandent de rajouter régulièrement du préventif afin de conserver la capacité anti-crevaison du système. Mais dans la réalité, le préventif ne bouche que des "petites" crevaisons type épines, pas les pointes ou les coupures comme évoqué précédemment. Aussi plutôt que d'ajouter  20 ML de préventif toute les 5-6 semaines, ce qui conduirait à avoir rapidement le poids de 2 chambres à air, il nous semble plus rationnel de se contenter de la première dose, et de contrôler ses pneus à chaque sortie comme il se doit.

Des réparations difficiles

Ces pneus se sont avérés très résistant à la crevaison "classique".

Par contre lorsque celle-ci est survenue, nous avons appris que mettre une chambre dans un pneu tubeless est beaucoup plus compliqué qu'il n'y parait. Dans notre cas, le préventif ayant séché nous n'avons pas eu à gérer les projections de  liquide visqueux....par contre nous avons appris que les pneus qui étaient durs à monter...sont durs à enlever, et que sans l'assistance d'un collègue prévoyant et ses 2 démontes-pneu, nous aurions probablement du rentrer en voiture.

Enfin, une fois la chambre en place, nous avons également appris à nos dépends qu'il est impossible de remettre dans leurs logements les tringles des pneus tubeless avec une mini-pompe. Il convient donc de prévoir 2 chambres (rien n'empeche de crever 2 pneus), 2 démonte-pneu, 2 cartouches de CO2, la pompe étant quasi inutile. La encore un bilan poids en demi-teinte...

Une sécurité moindre

Mais on ne peut choisir un pneu que sur des critères de performance. Comme pour une voiture, les paramètres de sécurité sont tout aussi important.

La coupure dans le flanc du Schwalbe est intervenue au bout de 2049 KM. Elle aurait pu arriver à la première sortie, elle aurait pu arriver à n'importe quel pneu haut de gamme. Elle nous rappelle surtout qu'un pneu Tubeless haut de gamme a nécessairement des flancs fins et souples, d'autant plus sensibles aux coupures qu'ils sont utilisés à haute pression. Ce genre d'incident arrive trrès fréquemment sur les routes de montagnes, et avec des éclats de verre ailleurs. Mais quand on est en chambre on ne s'en rend généralement compte qu'une fois rentré à la maison, en tubeless on s'en rend compte immédiatement avec un pneu qui perd son air en moins d'une seconde, laissant au pilote le soin de gérer la crise.. Aucun liquide préventif ne bouche une coupure. Aussi dans cette situation particulière, mais néanmoins fréquente (qui n'a jamais coupé un pneu ?), le tubeless est très dangereux. La chambre à air offre donc une sécurité supplémentaire non négligeable

 

 

En résumé...ces pneus sont très bons !

Ce qui est vrai :

Ils sont effectivement souples et légers, et Ils offrent donc d'excellentes sensations et un excellent rendement !

Ils se roulent à plus basse pression, mais surtout parce qu'ils ne "supportent" pas la haute pression (risque de déjantage au dessus de 7 bars).

Ils préviennent le risque de pincement

Ils préviennent l'explosion de chambre à air lors de surchauffe lors de freinage sur jante carbone

Ils sont "presque" plus léger. Une fois duments étanchéifiés, tous nos montages se sont avérés plus légers que l'équivalent chambre....mais il faut garder à l'esprit que l'avantage est infime (de l'ordre de 15 à 30 grammes), et peut basculer selon la quantité de préventif ajouté.

 

Les chiffres

 

Hutchinson 

FUSION 5 GALACTIK

Schwalbe

PRO ONE

Poids réel d'un pneu

Liquide préventif ajouté (moyenne pour 2 pneus)

Poids final

221 gr

40 gr

261 gr

254 gr

20gr

274 gr

Taille réelle au premier montage

Taille après rodage (3-4 sorties)

26 mm

28mm

27 mm

28 mm

Prix 65,90€ 69,90
     

Ce qui est ennuyeux

Pour ceux qui aiment rouler très gonflé, ce n'est tout simplement pas possible, en pratique 5,5 à 6 bars

La mise en place initiale n'est pas une simple formalité, et nécessite généralement un compresseur, ou une cartouche CO2

Les réparations en bord de routes sont laborieuses

La sécurité d'une chambre à air reste supérieure (prévention du déjantage, prévention des crevaisons "rapides")

 

Notre bilan d'ensemble reste partagé ! Oui nous avons aimé la performance de ces pneus, mais nous restons tout de même dubitatif sur l'usage "généraliste" pour route. La triple contrainte de souplesse et de légèreté et de tenue en "haute" pression d'un pneu de route, le mène dans un univers radicalement différent d'un pneu de VTT, ou même de gravel...pris en sandwich entre les exigences de sécurité et de performance. Notre expérience nous a révélé des pneus globalement délicats à manipuler et dont 2 sur 4 ont du être montés en chambre durant la durée du test. Nous saluons toutefois une technologie réellement aboutie et des performances superbes, qui semblent plus adaptées aux roues des grands jours qu'aux sorties quotidiennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Nicolas Joly