Découverte : Koppel Frameworks

Amateurs de vélos custom et d'acier, voici un cas d'école qui nous vient de Hollande ! Sans fioriture, et sans concession, ni à l'artisanat, ni à la sportivité, ce Koppel est le bon sens fait vélo. Une leçon...
Publié le 23/11/2021 13:23 - par
2049 vues - 1 commentaire
  • Koppel : Plus qu'un vélo, un manifeste !

    Et oui, quand on affiche un vélo acier, à patin, à la géométrie presque carrée... on s'expose aux railleries des néo-cyclistes !

    Mais d'un autre côté, lorsqu'on voit des vélos en carbones au-delà des 8kg, des intégrations qui nous feront le même effet qu'une Renault Fuego dans moins de 5 ans, et qu'il n'est plus rare de fixer 2 ou 3 sacoches pour faire 90 bornes, il est bon d'avoir quelques repères...

    Non pas que "tout fout le camp", mais simplement que la conjonction de l'explosion des pratiques,  de l'appétit des consommateurs et aussi de la tendance à regarder avec condescendance toute technologie de plus de 18 mois, font qu'on abouti à un marché vaste, illisible et dénué d'échelle de raison.

    Alors, quand on découvre un vélo comme ce Koppel, c'est tout simplement une lumière au bout du tunnel, sûrement pas LA vérité, mais en tout cas l'idée qu'on se fait du bon sens.

     

     

    Koppel Frameworks !

    Nous avons découvert Koppel lors de notre récent reportage aux Pays-Bas (Encore en kiosque dans Gravel Magazine #2), où nous avons eu la chance de visiter un bikeshop d'exception, Koppel Bikeshop.

    Situé dans la petite ville d'Amersfoort, environ 20KM au Sud d'Amsterdam, Koppel Bikeshop est tout simplement à l'image du culte néerlandais voué au vélo : une lumière au bout de le route, une caverne d'Alibaba pour collectionneurs, et même un atelier capable de braser un cadre acier haut de gamme dans la plus belle interprétation contemporaine du genre. En un mot une adresse incontournable.

     

     

     

    Lors de notre visite, nous avons précédé de deux petites journées le commanditaire de ce vélo, et ainsi pu le photographier avant qu'il ne prenne la route... Une chance à plus d'un titre, car ce Koppel est évidemment sublime, mais il est aussi une réponse aux turpitudes cyclistes de notre époque !

    Il n'est pas faire offense à Tom et Mirko, les mains de Koppel, que de les décrire comme des artisans "débutants", mais à la vision hautement pointue. La production se limite à quelques unités par an, mais n'empêche pas qu'elle soit de la plus haute qualité, au contraire. Pour autant, on n'est pas sectaire chez Koppel, et on aime tous les matériaux !

    Alors qu'en on n'a (a priori) pas de limite du budget, et qu'on choisit l'acier, ce n'est pas pour singer les dernières tendances du carbone, ni pour tomber dans la nostalgie.

    Entre les deux, Koppel nous propose une vision de raison et d'équilibre qui fait de plus en plus défaut aux grandes marques. Tous les apports de l'acier (solidité, dynamisme, confort), tous les apports de la "modernité utile" (fourche à pivot conique, transmission Di2, roues aéro),  dans une logique de fiabilité, facilité d'entretien, de silence (!) et bien sur une esthétique néo-classique suprêmement interprétée.

    Pour nous ce Koppel est l'archetype du vélo acier contemporain. Bien sur, ce n'est pas le plus léger du monde, mais étant destiné à être utilisé dans le pays le plus plat au monde, les roues Enve 5.6 lui sont certainement plus profitables que de passer sous les 7kg.

     

     

    Artisanal

    Ce Koppel est donc réalisé à 4 mains, dans les plus nobles règles de la fabrication acier, à base de tubes italiens prestigieux et de soudo-brasure. Il est la preuve qu'on peut arriver à un très haut niveau de réalisation, avec simplement une scie à métaux, quelques limes et un chalumeau (et un gabarit tout de même).

    Le plus important étant surtout l'oeil et les compétences, que Tom et Mirko sont parti apprendre auprès de maîtres reconnus, en particulier chez Enigma en Angleterre, et Big Forest, en Allemagne.

    Après avoir fait leurs armes, les voici maintenant en mesure de produire des cadres du plus haut niveau dans leur atelier de Koppel Frameworks.

     

     

    Côté métal, ce qui marque est la pureté des lignes. Les "complications" ne sont pas évitées, avec notamment des passages de câble et de fil en interne (qui permettent surtout d'épurer les lignes), mais elles ne sont pas recherchées non plus. Se sont surtout les lignes et la logique de simplicité qui président au design.

    Pas de haubans "truncated" ou cintrés en tout sens, pas de headbadge grandiloquent non plus. Des tubes droits, des lignes simples, des tubes oversizes qui traduisent la finalité sportive du vélo, et même le fit sur-mesure ne sacrifie pas la ligne à quelques entretoises qui ne tueront personne, mais permettront les adaptions nécessaires à l'évolution physique du propriétaire. Dans le domaine du vélo custom, ce Koppel est un modèle d'équilibre, et n'ayons pas peur des mots, un cas d'école du ménagement du souhaitable sur celui des possibles.

     

     

    Côté montage, on retrouve la même logique, et surtout rien d'exotique ou de douteux : du Shimano Dura-Ace Di2, et des périphériques Enve. Point.

    Le reste n'est en rien n'est laissé au hasard, mais s'efface presque devant tant de rigueur

    JDD Chris King, Porte-bidon Arundel Mandible, Guidoline Supacaz et Pneus Vittoria Corsa en 28mm complète ce montage de rêve... Rien à dire la Hollande est vraiment LE pays du vélo.

     

    Contact : Koppel Frameworks

     

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 1 Commentaire


    avatar  Publié le 2021-11-24 15:58:44 par

    Magnifique. ça fait un bien fou de voir du sobre, efficace, pratique et beau.

  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :