Essai : Rapha Pro Team Winter Jacket

L'art de traverser les saisons !
Publié le 24/02/2021 07:00 - par
1734 vues - 0 commentaire
  • Pour de nombreux cyclistes, rouler l'hiver comporte de nombreux obstacles, et l'un d'entre eux, et non des moindres, est de s'habiller "correctement". Pas "correctement comme dans "tenue correcte exigée", mais plutôt comme dans "ni trop chaud, ni trop froid".

    Mais chez Rapha l'un ne va pas sans l'autre ! Ayant toujours oeuvré à corriger les errements vestimentaires du cyclisme, Rapha a également beaucoup fait pour corriger les errements climatiques de l'hiver britannique... décidément amateur de challenge, il n'est donc pas étonnant qu'après autant d'années de combat, la  Pro Team Winter Jacket soit la veste la plus proche de la perfection que nous ayons testé !

    Légèrement plus épaisse sur le buste, la PT Winter Jkt est aussi pourvue d'une poche poitrine et d'un solide zip manipulable avec des gants.

     

    Fit, coupe, matière et perspectives...

    Dans "Pro Team Winter", il y a Pro Team. Comme son nom l'indique c'est la gamme la plus ajustée de Rapha, designée pour rouler fort et bas ! Le sizing s'en ressent : juste dans la taille, mais ajusté dans le fit, et court sur l'avant.

    Si vous rentrez dans ce créneau, la PTWJ offre donc un fit racé, qui emprunte au maillot moderne (court et serré) tout en restant une veste, avec des manches suffisamment larges pour accueillir des manches longues (maillot OU sous-vêtement nous y reviendrons)

    Côté volume,  il est préférable de le dire honnêtement... si votre indice de masse corporelle dépasse sensiblement celui d'un cycliste pro, mieux vaut chercher du confort dans une autre gamme de la marque (Classic ou Brevet)

    La veste est réalisée dans un tissu type Softshell, "ni trop épais, ni trop fin" serait-on tenté de dire : nettement plus épais qu'un maillot manche longue, sans être aussi chaud que certaines vestes précédentes (Pro Team Softshell Jkt que nous avons utilisé de nombreuses saisons dans les conditions les plus rudes)

    Plutôt destiné aux temps froids et secs, tout en étant déperlante et pourvue de coutures étanches, la PTWJ cible une grande plage de température.

    Une veste hybride : ajustée comme un maillot à l'extérieure, mais bien isolée à l'intérieure.

     

    Couches

    Nous sommes donc bien en présence d'une veste (et non d'un maillot), et dans ce cas de figure, notre stratégie est d'éviter l'utilisation d'un maillot intermédiaire, mais uniquement d'un sous-vêtement adapté aux conditions du jour. L'utilisation d'un maillot manche longue reste possible si c'est votre préférence, mais compte tenu de l'isolation de la PTWJ, il nous parait possible de trouver une solution pour une grande plage de conditions, simplement en jouant du zip et de la couche de base. Avec un sous-vêtement relativement chaud, aucun problème jusqu'à 0°. Avec un fin à manches courtes... on peut supporter jusqu'à 10-15°c.

    Le tissu est particulièrement coupe-vent, et la couleur noire participe aussi à transformer le moindre rayon de soleil en calorie.

    Comme les poignets et l'isolation, les 3 poches arrières sont quasi invisibles. cela ne les empêche pas d'offrir un volume généreux, et un élastique pour mini-pompe

     

    Détails

    • 3 poches arrières invisibles
    • 1 élastique interne pour la pompe
    • 1 poche poitrine
    • Réflectifs bras / arrière / avant

     

    Les détails qui n'en sont pas: élastique anti-glisse dans le dos, élastique poignet invisible, zip indestructible, doublure isolante

     

    Roulage

    Comme on peut s'y attendre d'un produit aussi abouti, il n'y a rien à redire une fois en route. Les curseurs se manipulent facilement, y compris avec des gros gants et semblent très solides. Le confort en position est parfait, les manches à la longueur idéale. Les poignets, dépourvus d'élastiques, sont un peu durs à enfiler, mais présentent donc l'avantage de ne pas créer d'épaisseur ce qui est très pratique pour les glisser sur ou sous les gants.

    Nous avons utilisé la veste par une grande variété de conditions, hivernales, mais aussi automnales et printanières, et elle s'est avérée très polyvalente, dans la plage de température et d'humidité.

    Ce n'est bien sur pas une veste de pluie, mais qui supportera sans problème une averse, ou un brouillard tenace.

    L'isolation devient limite lorsqu'on passe sous les 5°c sans soleil, mais suffisante jusqu'au presque 0°c si le tempo est là !

    Le brassard blanc !

    What else ? Et bien le prix, le style... et le rapport entre les deux qui nous parait encore plus favorable que par le passé !

     

    En résumé, elle est idéale par temps frais, froid, neigeux, sec et venteux, même proche de 0°c tant qu'on roule ! Elle a aussi une bonne tolérance à une humidité "raisonnable", ce qui en fait une veste d'une grande polyvalence.

    Elle correspond à notre stratégie d'éviter les maillots et les superpositions sans fin de couches intermédiaires. Nous préférons une vraie veste de Novembre à Avril, et c'est pour nous LA pièce essentielle du vestiaire hivernale. (Pourvu qu'on lui associe un cuissard long de qualité, et un bon  éventail de sous-vêtement techniques)

    Sur un plan plus global, nous devons aussi avouer que cette veste a dépassé nos espérances, dans sa capacité de concilier la chaleur et la praticité d'une vraie veste d'hiver, avec l'élégance d'un maillot. Du grand art !

     

    Tarif 215€

    Comme chaque détail de la veste, la hauteur du col est finement dosée :  à peine moins haut que sur d'autres vestes hiver, elle s'adapte à une plus grande plage de température.

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :