Scott Foil RC Disc : une main de fer dans un gant de velours

Nonobstant le fait que la déclinaison «disque» s’avère récente, le Scott Foil RC n’est plus une réelle nouveauté. N’empêche, ce vélo attise notre curiosité depuis de longs moins. Sa silhouette à la fois aérodynamique et bodybuildée en fait un modèle très attirant. Une question se pose : ce modèle est-il aussi radical que la première version sortie en 2011 ? Très efficaces, les premiers Foils réclamaient une bonne dose de puissance pour s’exprimer tandis que le confort était aux abonnés absents. La deuxième génération de Foil a-t’elle corrigé ces petites lacunes ?
Publié le 24/03/2019 12:30 - par
2205 vues - 0 commentaire
  • Texte et photos : Amaël Donnet

     

     

    Un châssis semi-intégré

    A par une certaine allurée profilée, les deux versions du Foil n’ont rien de commun. Scott a revu intégralement sa copie. Les ingénieurs, basés à Givisiez (canton de Fribourg, en Suisse), ont cherché à améliorer les rigidités axiales et latérales tout en apportant une certaine souplesse verticale. La virilité reste de mise mais le confort n’est plus oublié. Le sloping est accentué au maximum. La longue sortie de selle accentue la flexibilité de cette dernière. Il est difficile de savoir à quoi correspondent les chiffres, Scott annonce une souplesse de 86% supérieure à la première version des Foil. Pour avoir ce modèle, je peux vous dire que cette tige de selle ne bougeait pas d’un poil. Afin d’assurer un rendement extrême, la partie basse du cadre a pris du volume. Le tube diagonal, les bases et la liaison avec le boîtier de pédalier (de type PF86) sont impressionnants. Au niveau aérodynamique, Scott a remodélisé les formes des tubes afin d’améliorer la pénétration dans l’air et la polyvalence du cadre. Les détails sont assez poussés, le déflecteur de l’étrier du frein avant en est un parfait exemple.

     

     

    Si l’intégration de ce Foil n’atteint pas celle des dernières productions, par exemple le Cannondale SystemSix, elle reste cependant réussie. Le combo cintre-potence se raccorde discrètement sur le cadre, les cales de hauteur adoptent une forme identique. Ceux-ci existent en 2, 5, 10 et 20mm. La tige de selle est profilée, son serrage est dissimulé sur le tube supérieur. En option, la potence se dote d’un support de type «Garmin»., le porte-bidon peut intégrer un outil et la selle une petite sacoche. Avec sa robe faite de jaune, de noir et de gris, Scott a misé sur une décoration inspirée de son histoire. On apprécie ce clin d’œil rétro-moderne.

     

     

    Différentes qualités de carbone

    Depuis de nombreuses années Scott utilise différentes qualités de carbone selon ses cadres et le niveau de gamme. Pour la famille Foil, la marque suisse propose des fibres HMX et HMF. Tout comme le modèle Premium, le RC utilise la meilleure qualité, à savoir la HMX. Cela permet un gain de près de deux cents grammes sur le cadre, sans perte de rigidité. Voici les différences de poids entre les constructions HMX et HMF pour un cadre M :

    • Cadre HMX, 970g
    • Cadre HMF, 1’090g
    • Fourche HMX, 335g
    • Fourche HMF, 390g

     

    Les géométries & les tailles

    Scott a quelque peu assagi la géométrie de son Foil. Avec une douille en 150mm pour la taille M (54cm) et des bases coupées à 410mm, une longueur imposée par le freinage à disque, ce Foil de deuxième version s’annonce légèrement moins turbulent. Scott décline ce modèle en sept tailles :

    • XXS, 47cm
    • XS, 49cm
    • S, 52cm
    • M, 54cm
    • L, 56cm
    • XL, 58cm
    • XXL, 61cm

     

    Du Shimano et un grand zest de Syncros 

    Il n’y a pas une once de surprise sur ce vélo, les choix se sont portés sur des valeurs sûres. La transmission et le freinage proviennent du groupe Shimano Dura-Ace. Nous retrouvons la version mécanique de ce groupe. Ce choix permet d’éviter de faire une attaque au moment de passer à la caisse. La santé est sauve, mais ce petit bijou n’est tout de même pas accessible. Avec une somme flirtant avec les sept mille euros, ce vélo n’est clairement pas à la portée de toutes les bourses. Depuis le rachat de Syncros par Scott, il y a déjà sept ans, nous retrouvons majoritairement ces composants sur les vélos helvético-coréens (l’actionnaire principal est Coréen). Le combo cintre-potence et les roues, disposant d’un mécanisme de roue-libre DT Swiss, sont d’excellente facture.

    Annoncés à 28mm, les pneus Schwalbe font en réalité 31.5mm sur les jantes larges Syncros. Pas de panique, il y a largement assez de place ! On pourrait mettre même plus large, que ça passerait…

     

    Sur nos route… puis cap au Sud !

    Etant possesseur d’un Scott Foil dans sa première déclinaison, nous avons pu ressentir durant cet essais les évolutions entre ces deux premières versions. Nous pouvons tuer tout suspense, un mode sépare ces deux vélos ! Sous des airs très brutaux, nous retrouvons une main de fer dans un gant de velours.

    Nous avons testé ce Foil sur nos parcours habituels et en Espagne. Après un rapide rodage, nous avons changé la selle et rallongé les manivelles (175mm) afin de retrouver nos points d’appui usuels. En soupesant ce vélo, nous ne l’avons pas trouvé très léger. Histoire de ne pas être influencé et de préserver nos sensations, nous l’avons posé sur la balance qu’une fois l’essai terminé. Les pneumatiques Schwalbe font visuellement très large. Annoncés à 28mm, sur les jantes Syncros ils prennent du volume. Nous les avons mesurés à 32.5mm de large via notre pied-à-coulisse. Nous n’avons pas eu l’impression de perdre en rendement avec ces pneus, peut-être très légèrement en nervosité... Mais quels gains en confort et en adhérence dans les courbes rapides !

    C’est sur le plat, les parcours vallonnés et en descente que ce vélo nous a le plus impressionné. Il nous a semblé nettement plus facile que l’ancien modèle, sans toutefois que l’on ressente la moindre défaillance en matière de rigidité. A contrario de son prédécesseur, il économise son possesseur.  A son guidon, on peut attaquer sans se poser de question. Il possède cependant un tempérament plus typé rigide que nerveux. La vitesse une fois acquise se conserve facilement. Et en cas de coup de mou, il a le bon goût de tolérer les baisses de régime. On n’est jamais vraiment planté avec ce Foil. Son confort est étonnant : les petits chocs et les vibrations sont filtrée. La flexibilité de la tige de selle se ressent. La fourche ne tape pas. Si on ajoute des qualités telles qu’une parfaite stabilité et une précision de conduite excellente, il n’est pas difficile de comprendre que le Foil est un bon descendeur. Dans ce domaine, il fait partie des meilleurs vélos que nous ayons testés. Nous avons lancé des sprints en descente, à plus de 70km/h, le vélo ne bouge pas. C’est à la fois fou et très rassurant ! Une seule remarque négative : si la précision du freinage Shimano Dura-Ace est un modèle du genre, après un freinage appuyé, les pistons ne reviennent pas assez rapidement en place. Cela occasionne des bruits de frottement peu agréables. Ce type de désagrément sera un vrai «frein» pour tous les sceptiques avec du disque. Monsieur Shimano, il va falloir urgemment revoir votre copie !

     

     

    La montagne n’est pas son terrain favori, mais après avoir gravi un peu plus de 25’000m de D+, on peut dire que son poids et que son caractère soient réellement pénalisants pour les cyclistes puissants. Même si dans les pentes raides et les longues lignes droites son inertie peut se faire ressentir négativement, globalement il s’en sort très bien le bougre, même. Pour le faire vivre, il ne faut pas hésiter à augmenter la cadence de pédalage et à relancer le tempo de temps en temps.

    Au final, nous avons trouvé ce Foil à la fois puissant et doux, le mélange est savoureux pour notre gabarit (178cm, 74kg, typé sprinteur/puncheur). Nous cherchons une excuse pour ne pas le rendre. Perdu, volé, cassé… ?

     

    Complément d’enquête – Essai avec les DT Swiss ERC 1100

    Par curiosité et pour pousser plus loin cet essai, nous avons installé sur ce vélo des roues DT Swiss ERC 1100. Celles-ci sont, avec leur hauteur de 47mm, un peu plus basse (-4mm) que les roues montées d’origine, elles s’orientent vers un usage endurance/performance. Au passage, nous avons installé des pneumatiques Vittoria Corsa en 25mm (mais qui mesurent en fait 27.7mm sur les jantes suisses) et des chambres à air en latex. Ce type de montage est à réserver pour les personnes soigneuses et qui contrôlent régulièrement l’état de son matériel. Notre idée c’était de rendre ce vélo plus nerveux sans toucher à ses qualités intrinsèques. Sur le papier, enfin sur la balance, ces changements allègent le vélo de 130 grammes.

    Ce montage ne transfigure pas ce Scott Foil RC, il devient cependant un peu plus nerveux dans les relances et ses aptitudes en montagne progressent légèrement. Au niveau du confort et de l’adhérence, c’est pour ainsi dire pareil. Notre monte pneumatique est toutefois à notre avis plus adéquat avec le caractère sportif de ce vélo. Dans cette version, ce Scott gagne en polyvalence et en facilité d’utilisation. Toutefois, dans les sprints et sur le plat, les roues d’origines nous ont parues légèrement plus bridées. Alors si votre terrain de jeu s’avère plat ou très légèrement vallonné, ne changez rien.

     

     

    Pour qui ?

    Même s’il est devenu plus confortable et plus tolérant, le Foil ça reste une machine de compétition destinée aux rouleurs, aux sprinteurs et aux puncheurs puissants. Son univers se compose de plat, d’itinéraires vallonnés et de courtes bosses avalées sur le de cinquante-trois dents. Oui, point de compact ici ! Donc, si vous ne pouvez pas emmener les braquets des professionnels, nul doute, passez votre chemin, ce Foil n’est pas conçu pour vous.

     

    Les plus et les moins

    • Les plus : rigidité impossible à prendre en défaut, géométrie, tolérant et confortable pour son domaine d’utilisation, excellent descendeur
    • Les moins : RAS ! Sauf les pistions un peu lents…

     

    Nous sommes à un tournant… du freinage !

    Si ces dernières années, la progression des freins à disque s’est montrée timide, l’accélération est en marche. Pour ses familles Foil et Addict, Scott propose désormais plus de modèles équipés de ce système de freinage que de freins à jantes !

     

    Prix et poids

    • 6’999 euros
    • 7'860 grammes (avec pédales Time Xpro 10 et porte-bidon)

     

    Curriculum Vitae

    Cadre et fourche Scott HMX

    Direction Syncros intégrée

    Cintre Ritchey WCS

    Potence et cintre Syncros Foil Combo

    Groupe Shimano Dura-Ace 9100

    Roues Syncros Merit 1050 Disc

    Pneus Schwalble G-One Evo 38mm

    Tige de selle Syncros Foil

    Selle Syncros Belcara 10

    Tailles 47, 49, 52, 54, 56, 58 et 61cm

    Plus d’informations https://www.scott-sports.com


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :