Essai : Time Alpe d'Huez 01

LE vélo de montagne ! Alors que Time nous présentait son nouvel Alpe d'Huez en tout début d'année 2018, nous avons pu passer un peu plus de temps à son guidon et surtout sur des routes connues, et notamment les longues ascensions et les descentes sinueuses pour lesquelles il a été conçu...en un mot les conditions idéales et indispensables pour jauger un vélo de cette trempe.
Publié le 12/10/2018 18:20 - par
3035 vues - 2 commentaires
  • L'Alpe d'Huez 01 au sommet du Mont-Noir, une montée intransigeante du Vercors (et encore plus longue que l'Alpe d'Huez !) avec un PR à la clé !

     

    Notre version d'essai

    Pour cet essai, nous avons reçu un Alpe d'Huez 01 bien sur, la version haut de gamme du cadre, mais dans un montage plus modeste que celui du lancement (Dura-Ace Di2 + Roues Enve 3.4 à boyaux !). Un Time étant par essence sur mesure, nous ne nous attarderons pas sur le montage, mais bien sur la plateforme, et son potentiel final. Aussi, nous n'avons pas hésité à utiliser des roues/pneus connus pour encore plus se concentrer sur les performances de ce  chassis, clairement positionné comme un vélo "de montagne" ou encore "classique" par opposition aux vélos d'endurance ou aéro.

    Classique dans sa prise en main, l'Alpe d'Huez est résolument moderne quand la vitesse s'affole !

     

     

    Sur un Time, pas besoin de réajuster le jeu de direction lorsqu'on règle sa hauteur de potence (il est précontraint par une bague cachée sous le chache noir). A noter, même les entretoises sont faites maison, et pourvue d'une gorge et d'un joint torique interne pour un ajustement parfait.

     

    Spécificités Géométriques & Technologiques

    La technologie RTM (fibre carbone tissée dans les ateliers Time), a donc été utilisée pour optimiser le fameux rapport rigidité/poids.  Annoncé à 840 grammes en taille S (l'équivalent d'un 54-55), l'Alpe d'Huez est le Time le plus léger jamais produit, et il concède seulement une centaine de grammes aux concurrents les plus légers...mais les "récupère" astucieusement par ses pièces maisons, notamment la tige de selle droite et le jeu de direction dénué d'expandeur.

    Une des spécificités géométrique de l'Alpe d'Huez est d'avoir été conçu autour d'un angle de selle à 73°, ce qui lui permet d'adopter une tige de selle droite (et ultra légère). Le top tube s'en trouve allongé, ce qui donne un aspect racé au cadre, et accessoirement plus de facilité à s'assoir dessus en descente !

    La tige de selle de selle présente un profil en "D". Remarquez le support de chariot en carbone moulé par la maison.

     

    Deuxième point géométrique notable :  la douille de direction est "relativement" haute. Pas haute comme sur un vélo d'endurance, mais en tout cas pas basse comme on peut actuellement le voir sur les vélos aéro. A 149mm pour cette taille S (54 cm de Top Tube), il est ainsi possible d'obtenir une position relativement confortable sans recourir à une pile d'entretoise.

    Enfin, saluons les généreux passages de roues. C'est une tendance générale, et Time n'y déroge pas : l'Alpe d'Huez acceptera des pneus en 28mm, avec encore de la marge.

     

    L'Alpe d'Huez peut se rouler en gros pneus. Ici présenté avec un Compass en 28mm : 29mm réel, et toujours 3-4mm de dégagement autour !

     

     

     

    La tige de selle droite, "allonge" le top tube et renforce les lignes modernes de l'Alpe d'Huez

     

    En route

    Dès les premiers tours de roues, l'Alpe d'huez présente le caractère rassurant d'un vélo "classique". Dans le bon sens du terme ! Pas de trépidation, de vibrations, ou de sensibilité au vent...mais lorsque la vitesse croit on découvre des performances qui sont tout sauf classiques. Au contraire, stabilité et confort ne semblent jamais vouloir se dégrader.

    L'Alpe d'Huez utilise, en version carbone, le vieux principe des haubans prolongés dans le triangle principal pour brider cette jonction

     

    Sur le plat, le vélo répond très bien, on sent l'avant déjà bien verrouillé latéralement, alors que la fourche reste très confortable sur les chocs et les mauvais revêtements (alors qu'il s'agit de la fourche standard, une fourche-amortisseur étant également disponible en option). Sur des courtes bosses, en force ou en danseuse, la sensation de légèreté et de réponse est très dynamique. Sans être "aéro", l'Alpe d'Huez hérite tout de même de la fourche du Scylon, et d'un tube diagonale "fluidifié", de quoi conserver une certaine polyvalence en fond de vallée.

    Montée au train : un PR !

    L'Alpe d'Huez est clairement un grimpeur. Bien assis  pour une longue montée au train, l'Alpe d'Huez démontre tout son rendement. Pour autant les sensations ne se mettent pas immédiatement en place...car la rigidité est bien présente. Elle n'est pas démesurée...mais demande simplement a être apprivoisée, sans violence. Le pédalage s'installe donc assez facilement, en tout cas plus facilement que sur nombre de vélos de la même ambition.

    En relance  on retrouve bien le caractère vif et léger déjà ressenti sur des sorties plus courtes, notamment dans les sections très raides, ou les relances finales d'une longues ascension, un trait de caractère particulièrement agréable en haute-montagne surtout quand ce n'est pas au détriment du pédalage assis.

    Montagne de Lans : le Kom de Romain Bardet a portée de pédales

     

    Au sommet, le bilan reste difficile à établir, devant ce comportement nouveaux (et des manivelles un peu longues pour nous), mais les jambes en sortent indemnes pour le col suivant, ce qui est déjà le signe d'un vélo "intelligent" !

    Comme l'impression d'effort et la vitesse ressentie sont très subjectives...c'est Strava qui nous donne le dernier mot : un PR obtenu, en roue alu. Là c'est plus qu'un bon signe, surtout sur l'exercice de la longue montée (1200 mètres de dénivellé). Ici le chrono ne se joue pas sur l'enthousiasme, et démontre la vrai efficacité du vélo, parfois très éloignée de la vivacité perçue entre deux épingles.

    Ce résultat sera à nouveau confirmé par d'autres PR sur des montées moins longues (15-20 minutes), mais une fois de plus, cette efficacité est particulièrement intéressante, car reproductible sur plusieurs montées successives.

    Une hauteur de direction bien dosée, et surtout imperturbable au pire des freinage.

     

    En descente...PR encore !!

    Mais il y a mieux...quelques PR en descente aussi ! et encore mieux...sans les chercher. L'Alpe d'Huez est un très très bon descendeur. Difficile de dire précisément pourquoi, mais il est sur que Time a conjugué aux mieux plusieurs facteurs déterminants :

    - une géométrie "stable" (Avec 72° d'angle et 64mm de chasse) Time a choisi une géométrie rare sur un vélo de course, mais particulièrement adaptée à la haute vitesse !

    - une rigidité latérale sans faille, notamment de la fourche et du triangle avant

    - un "confort" et une absorption des vibrations au-dessus de la moyenne de la catégorie, et se rapprochant de ce que l'on connaît sur un vélo dit 'd'endurance"

    Le tout donne un cadre particulièrement rassurant, probablement le plus rassurant que nous ayons jamais testé.

     

    L'association classique : bases massives - haubans éfilés

     

    En résumé : une performance très finement dosée !

    D'un point de vue rendement l'Alpe d'Huez 01 fait preuve d'une rigidité bien dosée, clairement orientée pour le sport et la performance au plus haut niveau sans pour autant basculer dans la brutalité. Il en résulte un cadre performant, sans être usant, et du coup accessible "au plus grand nombre", ou en tout cas aux amateurs passionnés, y compris les jours où s'il ne sont pas dans la forme de leur vie. Pour ceux qui aiment bondir en sortie d'épingle, le dynamisme reste  bien présent, mais pas au détriment de la fraicheur.

    Là où ce Time est plus bluffant c'est dans son comportement routier, son confort et sa stabilité. Il en résulte une sérénité appréciable à haute vitesse...que ce soit à 50km/h dans un peloton ou 80 km/h dans une descente de col.

    La conjugaison de ces deux aspects en fait effectivement un  vélo aussi à l'aise sur les deux versants d'un col, et qui préserve son pilote sur des longs parcours ...en un mot un vélo très équilibré.

     

     

    Pirx indicatif de la version testée (Ultegra mécanique / jantes Mavic alu) : 5200 €

    Pour une version de rêve, il faut se rendre sur le configurateur pour composer son montage et choisir sa peinture !

     

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 2 Commentaires


    avatar  Publié le 2018-12-11 00:25:22 par tandem hell's as

    de nos jours ils n ont plus d originalité pour les noms!
    a croire qu'il y a que cette localité en montagne!
    avatar  Publié le 2019-02-01 21:01:01 par ryc73

    Hello, chouette article, j'imagine que vous avez été visiter l'usine Time de Voreppe par la même occasion.

    A savoir que celle çi va être fermé d'ici 2 ou 3 mois, annonce faite début janvier par le groupe Rossignol, la production sera intégralement transférée en Slovaquie, ce qui signifie la fin du made in France pour cette marque ( cela dit une grosse partie de la production provenait déjà de Slovaquie jusqu'à présent ).

    Pour l'instant les salariés de Voreppe continuent le travail afin d'assurer que les clients en attente de leur commande soit satisfaits, mais croyez bien qu'ils en ont gros sur la patate !

    tchuss



  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :