Itinéraire d'un gravel de 2eme zone

Ou comment survivre 7 saisons de gravel sur un cadre à 360€...
Publié le 11/02/2018 11:28 - par
2404 vues - 2 commentaires
  • En revoyant les photos successives de notre fidèle mulet, et de ses évolutions aux cours des sept dernières années, je me faisais la réflexion que le "Gravel" avait diablement changé, et s'était  déjà outrageusement technologisé....carnet d'évolutions

     

    2012 Gravel 1.0....

    Le cadre Forme acheté une misère en 2012, dans son montage initial, ou presque. A peine déballé, le cadre de cyclo-cross est équipé de pièces de récup, plutôt routières et finalement pas toujours appropriées (comme les roues Dura Ace à 16 rayons...mais tubeless !). Mais l'essentiel est déjà là, notamment des gros pneus semi-slicks en 40mm, des freins puissants (TRP), et des développements de tracteur. Après une brève période en pédalier Compact 50-34, peu pratique, c'est aussi le premier essai du mono plateau, avec une couronne Wolftooth en 38, et une cassette 11-34 (?)...comme on le voit sur la photo, le vieux dérailleur Dura-Ace n'est pas à la rigolade....

     

    Quelques moi plus tard, le montage n'a pas changé....mais la polyvalence d'un gravel n'est pas un vain mot...si l'on excepte le mordant léger des patins par -6°c, pour le reste tout fonctionne.

     

    2015.....Un coup de bombe rouge pour la vitesse, des roues avec plein de rayons et le retour du double plateau version CX en 46-36.

    Dans le détail c'était ici, avec aussi l'adoption (définitive) du cintre Cowbell, une pièce essentielle en Gravel.

     

    La forme de sa vie

    Après les déraillements en double plateaux...retour au Narow-Wide. Avec l'adoption d'une plus grande cassette monobloc (Sram 11-36) et la promesse du "Road-Link" de Wolftooth, le mulet tient la forme de sa vie : jamais il ne sera jamais plus léger que dans cette configuration, en dérailleur chape courte Ultegra + plateau Wolftooth direct mount (40) sur pédalier Force 1.

     

    2016 : L'age de raison

    Mais le dérailleur route a ses limites.....et inévitablement, nous finirons par adopter le groupe Sram Force CX1 au complet. Enfin un dérailleur qui peut gérer du 11-36 (en 10 ou en 11v), avec la meme performance qu'un dérailleur route sur une cassette 11-25, et sans jamais dérailler. Cher mais indispensable !

     

     

    Reste que 40x36, reste un peu gros dans les alpages. Retour donc au 38, et surtout, la révélation :  les gros pneus Slicks de Soma. Volume, légèreté, souplesse, vitesse...une nouvelle dimension du gravel (merci Compass d'avoir montrré la voie)

     

     

     

     

    2017. Nouvelle découverte : le plateau oval Absoluteblack. L'oval se révèle un atout majeur en situation de grip précaire...croyez en notre expérience !

     

     

    2018

    2018...la boucle est bouclée...?

    Oui, 2018 voit le retour surprise du double plateau, mais version sub-compact, grace au Easton ec90 SL en 46-30...avec une cassette 11-34 (toujours en 10v), c'est plus de vitesses que jamais ! Autres changements, un dérailleur arrière Sram X0 de VTT (fonctionne avec les cocottes Sram route 10 et 11v), et les pneus Compass Steilacoom....le mulet n'a sans doute jamais été aussi lourd, n'a jamais eu une telle plage de vitesse, ni autant de grip.

     

    Alors avec sept années on peut quand même se poser quelques questions :

    Est il mieux qu'en 2012 ?..pas sur du tout. mais il est plus adapté. Il continue simplement sa mutation permanente pour s'adapter à de nouveaux projets, et notamment des sorties plus longues, des dénivelés (encore) plus copieux, et le transport de bagages...

    Est-il performant ?...bof. Le cadre n'a rien de transcendant, mais au moins il n'est pas trop raide. Ce que nous avons appris, encore plus qu'en route et en VTT, la performance d'un gravel dépend à 90% de l'adéquation des pneus au terrain, avec un des terrains les plus changeants qui soit. Le cadre et les roues n'y peuvent pas grand chose.

    Est il un exemple ? surement pas si l'on en croit les modèles "du commerce". Encore moins selon nous, notamment car la géométrie d'un cadre de cyclo-cross est tout simplement casse-gueule, trop haut, trop court.

    Mais alors il a quoi pour lui ? finalement l'essentiel : il remplit totalement sa fonction d'évasion, de la place pour 42mm de pneu et un prix ridicule.

     

     

     

     

     


  • Classé dans la categorie: Matos | Voir les autres news dans cette categorie
Advertisement
  • 2 Commentaires


    avatar  Publié le 2018-11-02 16:24:04 par titalain

    Très sympa, cet historique.
    C'est l'anti-thèse du vélo "jetable".
    avatar  Publié le 2018-11-02 20:56:33 par Nico J

    merci ! même si sur ce dernier point, j'ai peur que ses jours soient néanmoins comptés...
  • Connectez-vous pour commenter

    Connectez-vous :


    Mot de passe perdu ?

    Inscrivez-vous :