Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Paris-Roubaix, le matos

Publié le 17/04/2018 08:00   par Etienne Plouze  

Paris-Roubaix est un paradis pour les amateurs de matos vélo, c'est a contrario un enfer pour le matériel en lui même mis a rude épreuve pour les 54 km de secteurs pavés.

Certains coureurs comme Julien Duval utilisaient pour la première fois un tout nouveau Factor O2 CHPT3 One More Lap dessiné par David Millar reprenant les codes couleurs du vélodrome historique de Roubaix.

Un autre Factor O2 personnalisé, celui de Silvan Dillier qui prendra six heures plus tard la deuxième place après avoir fait la journée entière dans l'échappée.

Le vélo Specialized Roubaix chez Quick-Step et chez Bora était équipés pour la première fois d'un levier de blocage pour verrouiller le système Future Sock. Renseignement pris, il s'agit d'une demande des coureurs qui n'a pas pour but des commercialisée. Un "Black Project" mené par le service course de la marque californienne, le très secret "S Racing".

Nikki Terpstra a choisi un Tarmac pour cette édition de Paris-Roubaix, un choix qu'il regrette probablement après avoir vu Sagan gagné sur un Roubaix.

Sagan lui a faillit regretter le choix de cette potence Zipp après que celle-ci ce soit desserré dans le final, un choix pourtant très personnel puisque son équipe monte contractuellement des périphériques PRO.

À disques et avec une transmission électrique, le vélo de galerie de Peter Sagan est l'opposé de son vélo de course. Avec les nombreux risques de crevaisons, Paris-Roubaix impose aux coureurs de privilégier la rapidité de réparation et la fiabilité car les risques d'ennuis sont nombreux.

Nous avons constaté que seulement trois équipes, EF Drapac, Sunweb et Direct Energie avaient fait le choix du 100% disque.

Paris-Roubaix s'est traditionnellement la course des petites optimisations comme l'ajout d'un ou de deux leviers additionnels sur le haut du cintre. Ici sur le vélo de Greg Van Avermaet on note également la présent d'un satellite Shimano Di2 pour actionner le dérailleur arrière la main droite en haut du cintre.

Le champion Olympique était également équipé d'un capteur de puissance Shimano.

Wout Van Aert étrennait un Stevens à la décoration "pavé" avec son portrait en haut de la douille de direction.

Oakley partenaire de l'épreuve à profité de l'événement pour lancer cette lunette Flight Jacket officiellement après les traditionnelles fuites sur Instagram.

Nouvellement sponsorisé par Wilier, les coureurs de l'équipe Direct Energie ont pu profiter du confort du Cento10NDR équipé à la jonction entre le tube de selle et les haubans du système Actiflex.

Comme l'an passé, les Pinarello de la Sky était équipés de suspensions électroniques intelligentes.

De le technologie au service des coureurs, ces derniers font de leur mieux pour en profiter et limiter la casse avec plus ou moins de succès.

Heureusement que l'entraide entre les équipes existe toujours, c'est indispensable à Paris-Roubaix.

Le prêt d'une roue avant a sans doute permis à ce coureur de rallier le vélodrome plus rapidement.

Pour son premier Paris-Roubaix, Jeremy Lecroq a profité d'un bidon de l'équipe Scott Mitchelton sur la fin de parcours.

 


Dans la même catégorie


Autres news de Etienne Plouze