Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Louison Bobet : pour affronter sereinement les frimas de l’hiver

Publié le 08/12/2017 11:56   par Amaël Donnet  

Les premiers froids se sont installés, nous avons profité de l’hiver pour mettre à l’épreuve les vêtements Louison Bobet. La sobriété et une fabrication européenne caractérisent parfaitement cette marque fortement ancrée dans l’histoire du vélo.

Texte : Amaël Donnet

Images : Vincent Becqué & Amaël Donnet

 

Un peu d’histoire

Nous n’allons pas offenser ce grand champion en résumant sa carrière à travers quelques maigres lignes…. Il mérite mieux que cela ! Louison est rentré dans la légende des cyclistes pour ses victoires sur les classiques et sur le Tour de France. Le monde du vélo gardera toujours en souvenir ce Breton un tantinet dandy, s’exprimant parfaitement, parlant de lui à la troisième personne et classe dans toutes les conditions.

La marque Louison Bobet naît en 2015 lors du passage du Tour de France dans le village natal du champion (Saint-Méens-le Grand). Le neveu de Louison et un ami de la famille sont aux commandes de cette entreprise. Petite coïncidence, les vêtements de test ont été apporté par François-Xavier Plaçais. Son grand-père était un des coéquipiers de Louison dans l'équipe Stella en 1948. Pour des raisons de morales et de valeurs personnelles, ce dernier ne voulait pas que son petit-fils fasse carrière dans le monde du vélo. C’est raté !

 

Extrait du palmarès de Louison Bobet

  • Vainqueur du Tour de France en 1953, 1954 & 1955
  • Champion du Monde en 1954
  • 1er Milan-San Remo 1951
  • 1er Tour de Lombardie 1951
  • 1er Tour des Flandres 1955
  • 1er Paris-Roubaix 1956
  • 11 victoires d’étape sur le TdF
  • 2 victoires d’étape sur le Giro

 

Saint-Malo 1948, Issambres 56 & Bédée 43 ML

Les dirigeants de Louison Bobet attachent une grande importance à la qualité des matériaux et à la proximité de la fabrication. De ce fait la conception est française tandis que la confection reste confinée à l’Europe.

La veste thermique Saint-Malo 48 est fabriquée au Portugal. Elle se compose de trois couches, la membrane interne est prise en sandwich. Le tissu est réalisé à partir de polyamide (85%) et d’élasthanne (15%), la membrane se compose à 100 de polyuréthane. La fermeture-éclair et les deux zips de ventilations sont étanches, le tissu extérieur est annoncé déperlant. Des empiècements réfléchissants assurent une sécurité passive et trois poches profondes permettent d’emporter le nécessaire pour une sortie journalière. Disponibles en S, M, L & XL, lavable à 40°. 300 euros et 568 grammes en M.

 

 

Le cuissard long Issambres 56, à bretelles, se compose d’un savant mélange de quatre matériaux synthétiques, la peau a pour objectif d’absorber les micro-vibrations en provenance de la route. Disponibles en S, M, L & XL, lavable à 30°. 230 euros et 330 grammes en M. L’ensemble est fabriqué chez nos amis Portugais.

 

Des étiquettes très complètes

Conçu et confectionné en France, le sous-maillot Bédée 43 ML se compose à 100% de laine mérinos (provenance de Nouvelle-Zélande). Il peut être utilisé dans de nombreuses occasions. Disponibles en S, M, L & XL, lavable à la main.  75 euros et 128 grammes en M. Plus d’informations

 

 

A l’essai

Durant nos essais, nous avons remarqué qu’il ne faut pas utiliser cet ensemble à des températures supérieures à 7°, les températures confortables se situent entre 6° et -3°.

La veste Saint-Malo 1948 possède une coupe proche du corps, sa relative souplesse offre une bonne mobilité. Intrinsèquement, la construction de cette veste offre une bonne thermorégulation tout en procurant une parfaite protection contre le vent. Et le côté déperlant ? Nous ne pouvons rien dire à ce sujet, la météo est certes froide ces temps, mais l’eau manque. Lors des ascensions ou lorsque l’air se réchauffe, les ventilations placées latéralement limitent la sudation. Leur efficacité n’est pas à remettre en question, mais pour encore plus de confort, nous aurions bien vu deux aérations supplémentaires situées sous les aisselles. Les trois poches, placées à l’arrières du maillot, sont grandes et profondes. On emporte ainsi tout le matériel nécessaire pour une belle sortie et on ne disperse pas ce dernier en cours de route, et ce, même dans le cadre d’une pratique gravel. On note également la présence d’une double-poche interne très pratiques.

 

FX Plaçais est lancé à nos trousses !

 

Plutôt fin, le cuissard Issambres 56 reste cependant assez chaud. Les coutures plates et l’intérieur gratté procurent un excellent confort. Bien que parfaitement ajusté, il ne comprime pas trop les jambes. Et si l’on rajoute une excellente souplesse, l’ensemble permet de pédaler efficacement. On se retrouve ainsi à des années-lumière de certains cuissards qui bloquent les jambes. Si les bretelles sont minimalistes, elles assurent un maintien efficace. La peau de chamois, synthétique, délivre un parfait confort. Cependant, certains d’entres nous la trouveront trop épaisse. Le seul point à améliorer, selon-nous, réside à l’absence de fermeture-éclair au niveau des chevilles. A chaque fois, votre humble serviteur a dû batailler sévère pour mettre ce cuissard… OK, je possède peut-être des mensurations en dehors des standards.

Le sous-maillot en laine mérinos s’est montré exceptionnellement agréable à porter. On l’adore, et on le porterait bien tous les jours ! Il isole parfaitement le corps du froid et sa thermorégulation s’avère plutôt bonne. Toutefois il ne faut pas qu’il fasse trop chaud ou que l’on transpire trop, car une fois chargé en humidité, celui-ci a de la peine à l’évacuer effacement. Comme de nombreux sous-maillot, c’est un produit relativement fragile. Nous l’avons déchiré suite à une rencontre inopportune avec un sapin. RIP le fidèle ami !

Ces vêtements techniques se distinguent par un aspect sobre et soigné, ils ne sont pas tape à l’œil même si les bandes réfléchissantes manque un peu de discrétion. Mais la sécurité à un prix ! Louison Bobet s’adresse aux cyclistes qui ne veulent pas singer les pros avec des maillots réplica et pour ceux qui désirent rouler avec des vêtements plus techniques et plus esthétique que les équipements de clubs. L’esprit de la marque et la fabrication européenne sont également deux plus qui séduiront les passionnés.

Petite photo de fin de journée

 

Le cadre de nos essais, il y a pire... Non ?

 

Le soleil se couche, il est temps de penser à se ravitailler avec modération !

Le slogan de Louison Bobet c'est "Rinding with Panache", de notre côté on dit plus souvent "Don't drinking Panach!"

 


Dans la même catégorie


Autres news de Amaël Donnet