Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai : Moyeux Alchemy / Wheels Manufacturing

Publié le 08/01/2018 09:11   par Nicolas Joly  

Peut être le meilleur moyeu au monde...

Le meilleur moyeu au monde....?!?...bien entendu, tout dépend ce qu'on privilégie dans un moyeu...poids, robustesse, étanchéité, qualité/prix...il faut donc en réalité cibler un peu plus, mais dès lors qu'il s'agit de monter une roue performante, que ce soit une roue ultra-légère pour la montagne (notre cas), une roue aéro plus ou moins haute pour courir en ligne ou contre la montre, les moyeux Alchemy présentent un compromis de poids, de géométrie, de rigidité et de fluidité de roulement qui en fait un des meilleurs tous candidats. Pourquoi ?...rien de moins simple à expliquer, mais essayons :

 

De Alchemy Bicycle Works à Wheels Manufacturing

En 2008, Jeremy Parfitt, introduit la première version de ses moyeux sous le nom Alchemy Bicycle Works. Dès le départ, le but a été d'obtenir un parapluie de rayons le plus équilibré possible, condition indispensable à une mise en tension la plus symétrique possible, la plus haute possible, et aux meilleures qualités dynamiques du rayonnage. Il n'en a pas pour autant négligé la mécanique interne (bien au contraire), ni le poids. Sans investisseurs, ni moyens industriels, la production est sous-traitée, et la production par lot, reste faible et la disponibilité aléatoire. Malgré cette rareté, les artisans qui montent des roues avec les moyeux Alchemy, sont comblés par leurs qualités mécaniques, et si la marque n'a pas acquis de vraie notoriété en France (ni ailleurs du reste), elle est pourtant encensée par quelques utilisateurs très avertis.

C'est dans ce contexte déjà confidentiel qu'arrive le passage aux 11 vitesses. Sans rentrer dans la chronologie exacte ni la nature des transactions, Alchemy marquera une pause, le temps, d'une part, d'adapter son moyeu arrière au standard 11 vitesses, d'autre part, de trouver une source de production et de commercialisation plus stable. C'est ainsi qu'est conclu un accord avec l'usineur et fabricant d'outillage bien connu Wheels Manufacturing Inc, qui est depuis Aout 2016, est le fabricant et distributeur exclusif d'Alchemy. A noter que les moyeux (et autre produits WM) sont disponibles à la vente en ligne depuis le Colorado, vers le monde entier à des tarifs postaux très raisonnables (dans un ultime effort de l'US Postal pour le cyclisme)

 

 

Le concept général : un moyeu de mécanicien

 

Nous l'avons dit, l'accent a été porté sur la géométrie, mais aussi sur la rigidité globale de la roue. Mécaniquement, les options sont limitées, simples et pourtant rarement appliquées de la sorte.

Il est plus commode de commencer par la roue avant. Pour améliorer la rigidité,la solution est de repousser les flasques au maximum vers l'extérieur de la roue, mais aussi les roulements. Les gains sont tels qu'Alchemy a même pu réduire le diamètre global du moyeu et obtenir ainsi un poids de 67 grammes, sans aucun compromis.

Ainsi a titre de comparaison, les flasques sont disposées à 39mm du centre, contre par exemple 35mm pour un Chris King, ou 37,5mm pour un DT Swiss. Il en résulte un parapluie plus marqué et une roue plus rigide, en dépit de flasque plus petite, et d'un axe de seulement 10mm, là où les principaux concurrents utilisent un axe de 17mm.

 

 

A l'arrière, un axe de 131,5mm...

A l'arrière la symétrie n'est plus de mise...il s'agit de limiter le déséquilibre entre les deux côtés, pour obtenir rigidité et stabilité, deux paramètres qui se sont vraiment dégradés lors du passage à 11 vitesses. Rappelons qu'une cassette 11v mesure 2,85mm de plus qu'une 10mm, ce qui vient déplacer la flasque droite vers l'intérieur du moyeu, et complètement écraser son parapluie. La première astuce d'Alchemy est, tout "bêtement", d'allonger son moyeu arrière de 1,5mm. En passant du standard 130mm à 131,5mm il passe toujours dans tous les cadres, mais l'espace gagné permet d'atténuer la modification géométrique imposée lors du passage de 10 à 11 vitesses

Ainsi la flasque droite est plus externe de 1,5mm que la concurrence. Celà peut sembler marginal, mais grace à la rigidité ainsi gagnée, il y a plus de marge de manoeuvre pour équilibrer les tensions de chaque côté.

Résultat, la différence de tension entre les 2 côté est de 47%, (à comparer à 49% pour un White Industries, 50% pour un CK, 52% pour un DT)

 

Des différences chiffrées qui peuvent sembler faibles, mais qui traduisent en pratique, la complexité d'optimiser la construction d'une roue, et replacent aussi l'importance du moyeu dans la rigidité d'une roue.

 

 

 

Un corps de roue libre mieux soutenu

Mais ce n'est pas tout. Jeremy Parfitt est un mécanicien, et un perfectionniste. A chaque bonne solution existante, il a apporté une amélioration, à chaque faiblesse...une solution nouvelle.

Ainsi,le moyeu arrière Alchemy réserve encore une grosse différence de conception avec la concurrence : traditionnellement, le corps de roue libre est relié au moyeu par son système d'entrainement (cliquets), et solidarisé par l'axe de roue qui "soutient" le corps via deux roulements de roue libre (ou 1 roulement à aiguille pour Chris King).

Alchemy a utilisé une autre approche : le corps de moyeux se prolonge à l'intérieur du corps de roue libre. Tous deux sont reliés par un palier et solidarisé par un axe vissé. L'ensemble ainsi créé, est beaucoup plus rigide que la liaison traditionnelle qui se fait uniquement par l'axe de roue et les roulements du corps de roue libre.

Ainsi, comme à l'avant, l'axe lui même est réduit à 12mm, là où les concurrents utilisent du 15 ou 17mm, réduisant ainsi le poids, mais surtout augmentant la rigidité.

Les deux roulements de corps de roue libre sont ainsi déplacés plus à l'extérieur, soutenant mieux la cassette.

 

Poids et positionnement.

Pour notre montage précis, destiné à la haute-montagne, le poids des moyeux nous a permis d'atteindre notre objectif sans recourir à des moyeux dit "ultra-léger". Grace a ses diverses optimisations mécaniques, les diamètres d'axe , de corps et de roulements ont donc pu être sensiblement diminués par rapport à des moyeux concurrents.

A 67 grammes l'avant et 202 grammes l'arrière, les moyeux Alchemy se trouvent dans un créneau de poids "intermédiaire". Et le poids est aussi un bon indicateur "mécanique" : ils sont (un peu) plus légers que les "classiques haut de gamme" (type DT Swiss 240 ou Chris KIng R45 par exemple), mais sans présenter les compromis des modèles ultra-léger. Pas d'usinage très fin, de corps carbone collé, de rayonnage direct sans flasque etc...De fait, ils se positionnent comme un compromis idéal entre les deux catégories, tout en appartement néanmoins à celle des moyeux "classiques".

Par ailleurs, WM a préféré des roulements classiques en Inox (des ABEC 5). Joe DePaemelaere, le manager de WM, juge que les roulements céramiques nécessitent un entretien beaucoup plus régulier que les roulement classiques, et sont de fait adapté à la course. Ainsi, les moyeux sont donc envisagés pour un usage quotidien, et d'ailleurs disponibles jusqu'en 32 trous. Il nous semble néanmoins, que compte tenu du prix et du poids, il n'y a pas réellement d'intérêt à les utiliser pour des roues d'entraînement.

 

 

Une fois rayonné...

Rayonnés en 24/28 sur des jantes (très) basses, les moyeux Alchemy nous ont permis de réaliser une paire de roue (à pneus) à 1320 grammes !

 

Après autant de théorie, et d'atelier, un petit tour d'oxygénation s'impose....

oublions toute la théorie, et concentrons nous sur le fonctionnement : comme pour tout matériel, les premiers tours de roues sont souvent les plus instructifs sur les vraies différences. Ici, la sensation dominante est la fluidité et le silence. Aucun jeu, les ajustements d'orgine semblent parfait et la roue libre fait le doux cliquetis d'une roue codeuse de coffre-fort. A la réflexion, la conception qui solidarise le corps de roue libre au corps du moyeu, doit y être pour beaucoup : le corps de roue libre est ainsi moins libre de raisonner de son côté. Effet collatéral sans doute, mais réussi...

 

Plus important, même si les jantes basses sont tout sauf aéro, la fluidité est là !

Enfin, on remarque aussi un engagement très rapide, équivalent à un Chris King R45.

Bref que de bonnes sensations pour le départ, que nous espérons conserver au fil du temps.

 

 

S'il est toujours difficile de montrer un parapluie sur une roue arrière, celui de la roue avant est très "parlant".

 

 

Comportement.

Bien entendu, en utilisant les moyeux sur une roue nouvelle, il est difficile de comparer comme si nous avions pu faire 2 montages "éprouvettes"

Etudié pour la montagne avec un grand M, notre montage à base de jantes alu ultra basse American Classic (2218) à 380 grammes l'unité ne partait pas pour être particulièrement rigide. Les jantes n'existant pas en moins de 24 trous, nous avons choisi un montage 24 radial à l'avant et 28 x3 à l'arrière. A l'usage la rigidité, notamment latérale s'est révélée surprenante. Sans pouvoir rivaliser avec un cerceau carbone, les jantes sont resté étonnamment dans leur axe, n'effleurant jamais les patins, et encore plus significatif : ne permettant pas aux pneus de marquer les bases très étroites de notre cadre. Ayant déjà eu le problème par le passé avec les mêmes pneus sur des roues d'entrainement classiques en 32 rayons, il semble que la promesse de rigidité soit tenue !

Même s'il faudra beaucoup plus de kilomètres pour juger de leur fiabilité réelle, les premières sorties nous ont surtout montré leur fluidité et l'absence de jeu de rodage, ou de manipulation de réglage et aucune faiblesse détectée

 

Le corps arrière garde un diamètre constant. On devine à gauche le roulement qui ne peux être plus externe

 

 

Conclusion

En dépit de leur apparence "frêle", les moyeux Alchemy n'offrent pas de faiblesse ou de compromis particulier sur la fiabilité....et s'ils sont, a priori, plutôt destinés aux roues des grandes occasions, c'est surtout de part leur prix.

Véritable prouesse d'ingénierie, ils grapillent pied à pied des millimètres de matière et de géométrie pour supplanter la concurrence sur la rigidité et la stabilité de la roue, tout en étant plus légers, et (théoriquement) plus fiables.

Sur un plan moins rationnel, ils offrent un design sobre et minimaliste sans négliger la finition. Les volumes s'accordent aussi bien aux roues ultra aéro qu'aux ultra légères, et le silence de la roue libre est particulièrement agréable.

Enfin, ils redonnent aussi une place centrale au moyeu dans la construction d'une roue, ne laissant pas l'ajustement de la rigidité au seul soin de la hauteur de jante, ou du nombre de rayon. C'est particulièrement intéressant (et vérifié) dans notre cas d'école, en permettant d'obtenir une rigidité satisfaisante à partir d'une jante "souple"...nous y reviendrons

 

 

 

Specs

Poids VdR : 269 grammes la paire (Avant 67 gr - Arrière 202 gr)

Tarif moyeu avant : 180 $ (de 18 à 32 trous)

tarif moyeu arrière : 440 $ (de 24 à 32 trous)

Couleur : Noir ou Rouge

Expédition : à partir de 32.25$

Les moyeux sont dispo uniquement en corps de roue libre Standard, mais Wheels Manufacturing commercialise une cassette spécifique pour les transmissions Campa

Commander en ligne Wheels Manufacturing

 

le moyeu avant est particulièrement svelte et élégant

 


Dans la même catégorie


Autres news de Nicolas Joly