Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai Tubeless haut de gamme : Hutchinson Fusion 5 Galactik et Schwalbe Pro One

Publié le 30/11/2017 11:30   par Nicolas Joly  

Première partie : du montage aux premiers tours de roues, découverte guidée des meilleurs pneus Tubeless route 2018

INTRO

On reparle régulièrement du Tubeless et de ces avantages supposés...dans le même temps, si l'on ne connaît pas les chiffres, il suffit de regarder autour de nous pour se rendre compte que le Tubeless est toujours largement minoritaire sur la route.

Pourquoi ? Alors qu'on nous promet depuis plus de 10 ans moins de crevaisons, moins de pression, moins de poids, plus de confort et plus de grip....pourquoi le Tubeless ne s'est finalement pas plus répandu ?

Il est vrai que dans le même temps les pneus classiques n'arrêtent pas de s'améliorer, et les fabricants jurent qu'ils sont plus performants que les boyaux...tandis que de leurs côtés, les pros continuent de rouler en boyaux. Bref d'un point de vue strictement extérieur, le Tubeless semble à la fois plus performant et plus marginal que jamais.

Difficile de faire la part des choses entre les discours bien ficelés, les tests de labo et les sois-disant "conservatismes"....Alors décidés que nous sommes à y voir plus clair,  nous voici lancés dans une évaluation de l'état de l'art à l'aube de 2018, en mettant à l'épreuve 2 pneus de référence, à savoir les deux qui arrivent en tête des tests de résistance de roulement (tests "théoriques" en labo), et surtout qui s'intercalent dans le classement des tous meilleurs pneus classiques :

 

Chez Hutchinson, le FUSION 5 GALACTIK 11STORM, version "Tubeless Ready" - Taille 700x25C

Chez Schwalbe, le Pro One Tubeless MicroSkin, version "TL Easy" - taille 700x25C

 

Nos deux modèles de tests prêts pour la première épreuve : le montage

 

Dans cette première partie, nous nous attacherons à la prise en main, au montage, et aux premiers tours de roues. Des étapes qui permettent de se familiariser avec les techniques de montage...car en Tubeless, l'expérience a montré qu'il n'y a pas (encore) une technique universelle, mais des techniques, et que la mise en oeuvre de produits similaires peut varier du tout au tout...

Note : attention, s'il s'agit d'un essai très rigoureux de ces deux pneus, ce n'est pas pour autant un match ! Et pour cause : étant montés sur des roues différentes et roulés sur des vélos différents, il s'agit de deux expériences indépendantes, qui peuvent être comparées dans une certaine mesure, mais certainement pas quantifiées, notamment en terme de rendement.

 

HUTCHINSON FUSION 5 GALACTIK 11STORM

 

Hutchinson décline le FUSION 5 GALACTIK 11STORM en version classique, en version Road Tubeless, et enfin en Tubeless Ready. Une multiplicité troublante qui mérite quelques explications...Logiquement, la version classique (à chambre) est nettement plus légère (annoncée à 190gr en 25), la version Road Tubeless, est supposée offrir une étanchéité supérieure, donc une mise en place (a priori) plus simple, mais au prix d'un léger embonpoint (285gr en 25), tandis que la version Tubeless Ready, est supposée moins étanche, plus légère donc (240gr en 25)  et surtout plus souple...Donc dans la théorie, le Road Tubeless semble plus facile à mettre en oeuvre, tandis que le Tubeless Ready un peu moins, mais en offrant une meilleure performance routière.

Nous choisissons cette dernière version, pour sa performance supposée meilleure, car même si le Tubeless a des avantages pratiques, le rendement reste la valeur primordiale d'un pneu haut de gamme.

Notre échantillon de test s'avère plus léger qu'annoncé : à 221 grammes (pour 240 grammes annoncés), c'est de bon augure dans notre optique de performance ! Quand on pense que la plupart des pneus Tubeless avoisinaient les 300 grammes il y a encore peu de temps...on imagine que c'est aussi la marque d'une nouvelle génération, aux performances plus en ligne avec les pneus classiques actuels.

 

Montage 5/5

la première installation se déroule à merveille. La carcasse est très ajustée. Pas au point de nécessiter un démonte pneu, mais de s'employer un petit peu. Cela peut être agaçant si l'on n'est pas habitué au Tubeless...mais c'est généralement de bon augure pour la suite.

Le pneu monté, il est recommandé de retirer l'obus de valve pour améliorer le débit d'air. Idem pour l'introduction du préventif

 

Mise en Air 5/5

Et effectivement, au gonflage, l'étanchéité du contact s'avère parfaite. Le pneu, gonflé avec un petit compresseur domestique, se met en place au premier essai, les tringles "claquent" dans leur logement dès 5 bars. C'est en quelque sorte la situation idéale. Hutchinson, recommande un montage à la cartouche CO2, mais nous n'aurons pas eu besoin d'un tel souffle.

Le lendemain, les pneus sont dégonflés, mais pas non plus à plat...preuve que sans être totalement étanche, le Tubeless Ready, n'est pas aussi poreux qu'un pneu classique. Cette étape d'attente n'est absolument pas nécessaire pour rouler, mais dans le cadre du test, elle permet d'évaluer l'étanchéité relative du pneu, et d'estimer aussi la quantité de préventif à ajouter. 

Préventif. Justement, le pneu étant théoriquement 50 grammes plus lourds que la version à chambre, et une chambre standard pesant environ 100 grammes...ça laisse seulement 50 grammes de marge de manœuvre pour ne pas finir plus lourd qu'en montage chambre à air.

Dans un premier temps nous introduisons donc 30 ml de préventif par la valve (en prenant soin de démonter l'obus), gonflons à 6 bars et partons rouler immédiatement.

L'outil démonte obus

 

Étanchéité - Première sortie 3/5

Après deux heures de route, les sensations sont vraiment excellentes. Le grip ne laisse pas de surprise, même si la taille réelle (26 mm sur une jante de 18 mm interne) n'est pas "énorme" par rapport aux standards actuels, et nous demande un peu d'adaptation. Par contre, le rendement perçut, lui est effectivement d'un très bon niveau.

Et la pression...à notre grande surprise, il ne reste que 3 bars dans les pneus, sans que la sensation fût choquante, ni n'appelle à regonfler en bord de route. il faut dire que les flancs, sans êtres raides, ont une certaine tenue, plutôt rassurante d'ailleurs.

Il faudra donc rouler de nouveau, pour voir si le préventif continu son oeuvre, et éventuellement en rajouter, si les choses ne s'améliorent  pas...En résumé, pas de soucis majeurs, mais une situation pas encore totalement stabilisée...

Le Fusion 5 Galactik après quelques sorties

 

Specs

Prix : 65,90€

Poids : 221 grammes pour 240 annoncés

Taille : 26 mm, pour 25 mm annoncés

 

Bilan provisoire

Un montage facile et une situation plutôt saine. Les premiers tours de roues sont, n'ayons pas peur des mots, aériens (PR à la clé), reste à améliorer l'étanchéité, et surtout appréhender son comportement sur le long terme.

 


 

SCHWALBE PRO ONE TUBELESS MICROSKIN

Chez Schwalbe, notre choix s'est porté sur le Pro One

 

Chez Schwalbe, il n'y a qu'une seule version du Pro One, dénommée "TL Easy", ce qui évite toute confusion. Notre modèle d'essai aux dimensions 700x25 est pesé à 254 grammes, pour 255 grammes annoncés, difficile de faire plus juste.

À titre de comparaison, le Schwalbe One (non Tubeless) dans les mêmes dimensions est annoncé à 225 grammes, donc seulement 25 grammes plus légers. C'est intéressant, car cette fois notre "marge de manœuvre" théorique en liquide préventif est portée à 75 grammes, pour ne pas dépasser le poids du pneu classique monté en chambre à air. En dépit d'un poids supérieur au Fusion 5, la carcasse du Pro One semble similaire en terme d'épaisseur et de texture...la différence semblant surtout venir d'une dimension réelle légèrement plus volumineuse.

Une seule version pour le ProOne, nommée Tubeless Easy Microskin

 

Montage 4/5

Le premier montage est assez similaire, et même un peu plus ajusté (essayé sur la même roue que précédemment). Après quelques minutes de lutte inutile, nous achevons (délicatement) le montage au démonte pneu.

 

Mise en Air 2/5

Compte tenu de l'ajustement, la mise en air nous semblait une formalité....qui n'en fut rien. Impossible de "faire claquer" le pneu au compresseur, ni même d'arriver à un début d'étanchéité. Il s'avère que les tringles Schwalbe sont très raides, et demandent une pression importante, ne serait-ce que pour les sortir du "channel" (l'évidement au centre de la jante) et venir s'installer dans leur logement. Après multiples essais, la solution sera finalement l'utilisation de la bonbonne "Air Booster" de Schwalbe justement. Une pression initiale autour de 10 bars (dans la bonbonne) pour arriver à étanchéité, qui laisse un pneu monté, mais non clipsés, autour de 6 bars...après quoi on continu à pomper prudemment...et vers 7 bars les tringles intègrent enfin leur logement...ouf !

Avec l'habitude et l'outillage, nul doute que nous ne puissions arriver au résultat plus rapidement, mais ça reste bien sûr plus technique que la pose d'une chambre à air.

Malgré nos difficultés, il faut souligner le corollaire positif de cette tringle très rigide : une fois en place le Pro One est certainement un des pneus Tubeless les plus solidement installés, donc selon toute vraisemblance un des plus surs et un de ceux qui acceptera les plus hautes pressions.

Préventif

Reprenant le même procédé que pour le Fusion Galactik, nous avons pris le temps de laisser les pneus une nuit sans préventif. Pour les Pro One, l'étanchéité sans préventif est excellente. Les pneus ont tout juste perdus 0,5 bars dans la nuit.

Nous réduisons donc l'apport de préventif et nous démarrons donc l'essai routier avec seulement 20 ml, atténuant un peu l'impact poids

Pression de départ : 6 bars...et départ immédiat

 

Étanchéité - Première sortie 4/5

Comme on pouvait s'y attendre l'étanchéité est excellente, et pour une première sortie (de 150 km), pas un seul arrêt ou regonflage...exactement ce qu'on espère d'un pneu Tubeless ! Au retour il manque "seulement" 1 bar, c'est plutôt bien pour une première sortie réalisée avec aussi peu de préventif.

La section après installation est proche des 27 mm, ce qui procure un volume agréable. Côté routier, si le roulement semble très bon, l'impression qui domine vraiment c'est le grip ! Combiné au volume généreux (27 mm), le Pro One s'avère extrêmement agréable en descente.

 

Le Pro One après sa première sortie de 150 KM : pas regonflé une fois depuis l'installation.

 

Specs

Prix : 69,90€

Poids : 254 grammes pour 255 annoncés

Taille : 27 mm, pour 25 mm annoncés

 

BILAN PROVISIORE

Après une installation "technique", le Pro One se fait complètement oublier une fois installé. Le grip sur l'angle, donne une impression de sécurité au-dessus de la moyenne. A nouveau, nous avons hâtes de pouvoir en dire un peu plus sur ses performances et sa tenue à long terme.

 

 

BILAN GLOBAL : PARTIE 1

 

Au terme de cette première partie, il ressort un trait commun aux deux pneus : le caractère assez imprévisible de la mise en place. Au-delà du confort et des performances sur route, la mise en place initiale d'un montage Tubeless reste un art à part entière. Les puristes du boyau n'auraient pas complètement tort d'ironiser sur le caractère aléatoire de l'opération.....rappelons qu'il faudra être très prudent lors des premières sorties, et ne pas hésiter à s'adresser à un professionnel en cas de doute....

Néanmoins, une fois surmontées les affres de l'installation, les premiers essais de ces deux pneus montrent surtout des pneus "normaux", dans le sens où leur niveau de performances est tout à fait comparable avec leurs homologues non Tubeless. Il est clair que ces pneus n'ont plus rien à voir avec les générations précédentes, qui offraient des sensations de raideurs malheureusement assez indépendantes de la pression de gonflage.

Dans la seconde partie, nous pourrons justement "jouer" un peu sur les pressions, pour étudier les arguments de confort et de tenue de route souvent avancés par les fabricants, mais surtout affiner le niveau de performance à attendre de chaque pneu, et bien sûr observer leur tenu dans le temps. À suivre...

 

Une légère perte de pression sur les premières sorties est tout à fait possible. Si cela perdure, c'est que le pneu n'est probablement pas dans son logement, ou qu'il manque un peu de préventif...dans les deux cas prudence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans la même catégorie


Autres news de Nicolas Joly