Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai longue durée : pédales Speedplay et cales Walkable

Publié le 18/05/2017 09:15   par Nicolas Joly     1 Commentaire

6000km en Speedplay

Loin d’être nouvelles, les pédales Speedplay connaissent au contraire une progression lente mais constante, que ce soit chez les amateurs ou dans le peloton professionnel, tant leurs qualités s'affirment au fil du temps...c'est justement ce que nous avons pu apprécier nous même lors d'un essai de très longue durée, soit près d'un an et pas loin de 6 000 bornes sur une paire de pédales "Zero Inox", soit le modèle le plus répandu de la gamme, ainsi que les cales, standard d'abord, puis les nouvelles "Walkable" par la suite. Voici notre bilan :

 

les Zero Inox au début du test


Un concept différent


Une part de la méfiance et de la magie du système Speedplay tient à la mystérieuse simplicité de la pédale elle même. Si petite qu’on la suspecte de manquer de surface…et pour cause, le mécanisme est en réalité dans la cale, la pédale étant « inerte ». Conséquence, la pédale est particulièrement compacte, légère et robuste, tandis que les cales sont plutôt encombrantes et assurent la bonne connection de l'ensemble.

 

 

La caractéristique principale : une plage de réglages sans équivalent.

La première raison de choisir une Speedplay est sans aucun doute sa plage de réglage, à la fois large, pratique et aisément reproductible lors d'un changement de chaussure.

Et cette cale présente des caractéristiques uniques : les 2 principales sont l’indépendances des différents réglages (latéral, longitudinal, angulaire) et la très grande liberté angulaire.

Enfin, la compacité du système favorise la transmission d'énergie

Slim....seulement 11,5mm séparent la chaussure de l'axe de la pédale...qui peuvent encore tomber à 8,5mm avec les chaussures spécifiques.

 

Le montage réclame donc un peu de méthode, mais permet de comprendre parfaitement le fonctionnement, et les évolutions futures

Première étape : on commence par transformer la chaussure "3 trous" en "4 trous" en lui installant une interface, elle même parfaitement calée à la courbure de la chaussure. (Différentes cales sont fournies ainsi qu'un tableau, pour le montage adapté à chaque chaussure du marché)

Cette première "couche" permet de régler la position longitudinale de la cale, et d'obtenir une stabilité parfaite de l'ensemble.

 

 

Préanbule à l'installation de la cale elle même : placement de l'interface "4 trous" dans une semelle classique à 3 trous, avec les cales qui permettent de s'adapter parfaitement à la courbure de la semelle (plusieurs sets sont fournis, ainsi qu'un tableau avec les combinaisons pour toutes les chaussures du marché)

 

A noter, certaines chaussures offrent directement un perçage 4 trous, ce qui élimine cette étape et offre encore plus de stabilité, moins de hauteur, moins de poids. Malheureusement elles sont plutôt rares (chercher chez DMT, Gaerne, Lake, Northwave, Sidi et Vittoria)

 

La première couche prête à recevoir la cale elle-même

 

Deuxième étape : on ajoute donc la cale elle même. Les 4 visses permettent cette fois de régler la position latérale, c'est à dire de venir ajuster le Q-factor d'environ +/- 5mm autour de la position centrale.

Un réglage qu'on ne trouve pas sur d'autres pédales, et qui permet de compenser certains problèmes physiologiques, un changement de pédalier, voire de faire la place aux surchaussures. Quoiqu'il en soit, nous avons adopté la position centrale.

 

A ce stade la pédale est prête à fonctionner.

Dernière étape : le réglage angulaire, qui pourra facilement être retouché au bord de la route si nécessaire.

Réglage angulaire : la liberté vers la droite ou la gauche se règlent individuellement. totalement ouverte (comme ici) la liberté est de 37° mais peut être réduite à néant.

 

 

 

 

Sur la route


Une fois la cale en place, nous pouvons prendre la route : avec la cale standard, le chaussage s’avère plutôt ferme, et n'évolue pratiquement pas dans le temps. Durant tout le test nous n'avons jamais connu un seul déchaussage involontaire, et celui-ci a toujours été facile, par simple rotation.

La pédale est réversible, et le chaussage double face (comme en vtt) facilite la vie, par rapport aux modèles de route traditionnels.

 

On se rend rapidement compte que le système est effectivement plus compact qu'une pédale traditionnelle, et nécessite d'ailleurs de baisser la selle : selon notre estimation il faudra descendre sa tige d'environs 6mm. (Et donc pratiquement un centimètre (9mm) si on utilise une chaussure " 4 trous").

 

Dès qu’on pédale on comprends le bien fondé du système :
pour ceux qui préfèrent une grande liberté angulaire, cette liberté est non seulement grande (jusqu'à 37° !), mais aussi souple : c’est comme si la chaussure étaient montée sur un roulement.  Aucune friction ne vient freiner ou limiter cette mobilité en rotation, ce qui procure une sensation de fluidité particulièrement agréable au niveaux du genoux.

Tous ceux qui gardent des séquelles aux genoux, liées (ou pas) aux réglages de pédales, devraient absolument essayer.

 

Par ailleurs le "système" s'avère très stable, et supporte les pédalages les plus énergiques sans broncher. Si les chaussures sont à la hauteur, c'est toute la jambe qui en bénéficie, par un meilleur alignement des articulations.

Côté inconvénients, ils sont limités. Sans doute la tension de chaussage un peu plus forte que la moyenne, et la rigueur nécessaire à maintenir la propreté des cales.  Il faut impérativement éviter les terrains meubles lors des arrêts, sous peine de collecter des débris et de compromettre le chaussage suivant.

 

Fiabilité : un sans faute

Durant toute la durée du test, les pédales se sont avérées particulièrement économes en entretien ! Je n'ai pas graissé une seule fois l'axe de la pédale puisqu'il n'a pas semblé le nécessiter, et les roulements sont toujours totalement fluides. Du côté des cales,  l'armature est un peu marquée par la marche, et j'ai du ressérer quelques fois les visses, et graisser l'étrier-ressort quand il commençait à se faire entendre. Idéalement deux gouttes d'huile de transmission toutes les 3-4 sorties suffisent à assurer un fonctionnement parfaitement silencieux.

 

la cale « Walkable »

Revers du concept : la cale originale est plutôt volumineuse, et, de fait, particulièrement difficile à marcher. C’est là qu’arrive la cale « Walkable » (marchable), que nous avons adopté après environ 5000 km en cales standard.

A gauche, la cale standard après 5000 km, à droite la walkable prête pour les 1000km suivants.

 

Elle est en tout point similaire à la cale standard, mais elle est revêtue d’une « semelle » caoutchoutée permettant de sécuriser les évolutions pédestres.

L'installation est identique.

Par ailleurs, la cale est fournie avec des « bouchons » visant à fermer l’emplacement de la pédale afin d’éviter qu’ils ne collectent terre ou gravillons.

le kit complet de cales walkable (le tournevis en moins), avec les options pour toutes les chaussures du marché

La cale est réalisée dans une tôle emboutie, plus fine que la standard, ce qui laisse la place nécessaire pour la recouvrir du sabot caoutchoutée.

 

 

Au passage, l'idée des bouchons de propreté est très bonne sur le papier, et très bien mise en pratique, mais nous parait un peu gadget dans la vraie vie :  que ce soit au quotidien, dans la précipitation d'un matin de course ou face aux poches de maillots débordantes d'un long brevet, je pense que peu d'entre nous en feront réellement usage.

 

 Une fois installée, la Walkable est toujours aussi haute. Cependant le gain d'adhérence, notamment sur les sols carrelés des petits troquets, peut être salutaire...la forme arrondie fluidifie (un peu) la marche, même si nous n'iront pas jusqu'à la recommander pour courir le dernier kilomètre du Ventoux.

Réglages et pédalage reste absolument identiques, et la cale walkable s'avère donc un vrai plus lors des évolutions terrestres.

 

 

 

 

Mot de la fin : malgré quelques contraintes inhérentes à leur design, les Speedplay offrent la meilleure combinaison de stabilité et de liberté angulaire. L'amplitude et la fluidité qui accompagne cette liberté, procure un confort inédit aux genoux sensibles.


+
Réglages indépendants
Liberté angulaire record et sans friction
Faible épaisseur

Fiabilité

Durabilité de la cale

-

Relative complexité de la mise en place

Hygiène de la cale

 

 


Infos :


Poids VdR : 206 grammes (la paire de pédales)

 

Tarifs des versions testées :

Pédales Zero Inox + Cales Standars "V2" : 185€

Cales Walkable seules : 74,90€

Kit Pédales Zero Inox + Cale Walkable : 209,90€

 

toute la gamme et encore plus d'options sur site Speedplay


Distributeur pour la France : Dagg

 


Dans la même catégorie


1 Commentaire

  • 19/05/2017 13:21:22 par Zoko

    Je retrouve parfaitement mes sensations dans ce test.
    Très intéressant.