Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Le Prestige : 200km pour s’évader de San Francisco

Publié le 29/04/2013 04:09   par Julie Krasniak   2693 vues

Pour la deuxième année consécutive le cyclo club Rapha de San Francisco a organisé une course/cyclo/sortie entièrement dédiée aux féminines et par équipe. Retour sur une journée magique dans la baie et sur les monts de San Francisco. Un récit très personnel de ce ride à SF.

 

Rapha Prestige : Qu’est-ce que c’est ?

 

Le principe est simple, les équipes de 6 partent toutes les 2 minutes pour un parcours de 200km qui n’est connu que le jour de la course. 23 équipes étaient là ce matin. Rendez-vous dans le quartier de la Marina, pour un petit café avant une longue journée.

 

J’ai eu la chance d’aligner 5 filles bien préparées pour ce long parcours, nous avons eu l’occasion de nous entraîner sur des longues sorties, seule une de mes co-équipières commencent dans le vélo et est un peu nerveuse. Nous nous préparons à l’aider à donner le meilleur d’elle même aujourd’hui.

 

Chaque équipe est équipée d’un Garmin 500 dans lequel le parcours a été enregistré, en plus d’une petite fiche avec le récapitulatif de l’itinéraire, et oui, la technologie à ses limites au milieu de nul part. La course commence par une descente rapide en ville et traversée du Golden Gate Bridge à tout juste 8h du matin, encore un peu endormies.

 

Le soleil nous réchauffe déjà et le ciel est bleu azur. Une fois de l’autre côté du pont, nous descendons dans la fameuse ‘’Mill Valley’’, l’océan s’engouffrant dans les terres sur notre droite donne une vue imprenable. Par chance les 20 premiers kilomètres se font quasiment entièrement sur piste cyclable, nous savons que la première difficulté approche à grand pas. Une bosse très raide dans les habitations pendant 6 km, puis 8 autres kilomètres sur un col plus digne d’une course de marathon vtt qu'un ride sur route.

 

Impossible d'imaginer un ride organisé par Rapha sans une pénible montée dans les graviers!

 

Ravito d’abord !

 

Première pause petit-déjeuner avant d’attaquer le col. Par chance, nous pratiquons toutes le VTT à côté de la roue, le chemin n’est pas nécessairement très technique mais avec un vélo route, ça peut devenir aventureux, le but est de ne pas crever ou de ne pas détruire un dérailleur dans les rochers. La course se fait en 100% autonomie, si l’une d’entre nous a un problème mécanique, nous devons y faire face sans aucune assistance, dérive chaîne, une dizaine de chambres à air et autre multi-outils ont été emporté dans les poches. Il a fallu prendre de l’argent pour s’acheter des ravitos en cours de route, difficile de d'enmener l’équivalent de trois repas dans les poches ! Tête en l’air, j’oublie de prendre du liquide ; heureusement mes Co équipières ont glissé leurs CB dans leurs poches ce qui va sauver la mise !

 

La moins entraînée de nous peine dans ce chemin raide et technique et nous sommes toutes en souffrance, je décide de l’aider en la poussant mais réalise que le chemin est trop technique et commence à avoir une grosse douleur dans le dos. Il reste plus de 170km et pour moi aussi cette journée va être longue et difficile.

 

Finalement nous rejoignons le sommet et prenons le temps de faire une longue pause. D’après le parcours, il nous reste deux difficultés, le Mont Vision et les 7 sisters. Nous redescendons du côté océan pacifique et le vent se lève, les virages sont sérés et la pente et abrupte. Nous nous retrouvons rapidement derrière des voitures qui descendent moins rapidement que nous. Arrivée à Stetson Beach, nous choisissons de ne pas nous arrêter, la majorité des équipes ont fait leur premier gros stop ravito à cet endroit, et il est simplement impossible de se garer devant la minuscule épicerie de la plage. Nous attaquons une longue vallée le long de l’océan, sur notre droite des phoques font la sieste sur les bancs de sables. Le soleil commencent à taper sévère. Nous commençons l’allée retour de 50km qui va nous amener au mont vision, une sévère côte de 7km avec des passages à 18%. Par chance, le vent de l’océan nous pousse jusqu’au sommet, ce qui rend la descente un peu plus compliquée et surtout glaciale !

 

Plus de bosses…

 

Au retour de Mont Vision, nous entamons une longue partie roulante avec seulement quelques bosses jusqu’à la ville de Fairfax. Notre amie, et co-équipière, décide d’arrêter là, à 110km. Il est déjà presque 14h et nous avons évolué très lentement. Elle est aussi en souffrance après 6 heures dehors à pousser les pédales, nous avons passé la partie la plus difficile du parcours et les visages sont déjà fatigués, jamais je n’aurai pensé avaler aussi peu de dénivelé en si peu de km.

 

Nous repartons à 5 et sur un bon rythme en relayant efficacement, nous savons que d’ici peu nous attaquerons l’ultime difficulté de la journée, les ‘’seven sisters’’, un long col raide et tortueux qui démarre de la ville de Fairfax pour rejoindre le sommet des ''Seven Sisters''. Celui-ci donne une vue imprenable sur l’océan et continue sur une difficile route des crêtes très venteuse.

 

Ultime stop à Fairfax dans une petite épicerie. Je m’offre le plus délicieux des Snickers aux amandes que je n’ai jamais pu goûter et je remplie mes bouteilles avec du jus de cranberries, c'est comme un festin. Une de mes co-équipières commence à faiblir et nous l’harcelons pour qu’elle mange plus, il est facile de tomber dans la spirale de l'hypoglycémie après tant de km, et l'appétit diminue avec les km, il faut se forcer à manger par petites quantitée pour ne pas traumatiser les estomacs fatigués. Nous allons attaquer plus d ‘une heure de grimpette dans un col et on ne peut pas se permettre de repartir tant que tout le monde n’a pas rechargé les batteries à bloc. Dans ces moments, il faut laisser à chacun le temps de manger à son rythme et de retrouver ses esprits.

 

Les ‘’seven sisters’’

 

La route se fait entièrement dans la forêt dense et humide de cette partie de la montagne protégée des vents et tempêtes de l’océan. Un magnifique petit lac nous attend à mi chemin, la route est de plus en plus étroite et raide.

 

Après plus de 6 heures sur le vélo, tout le monde a encore le sourire!

Quand finalement nous atteignons le sommet et commençons à rouler sur les crêtes, c’est un soulagement en même temps qu’une petite peur, cette route est vraiment difficile, le vent est mauvais et il faut toujours être en prise pour garder le rythme. Nous sommes au kilomètre 175, bientôt nous redescendront dans la ‘’Mill Valley’’ pour rejoindre le Golden Gate Bridge.

 

La vue depuis les "Seven Sisters'', sur l'océan Pacifique et la baie le long de laquelle nous avons roulé ce matin après Steson Beach.

 

Le final, enfin enlever le cuissard!

 

Notre groupe s’élance dans la dernière petite montée avant le Golden Gate bridge, après 195km, celle-ci fait vraiment mal. Mais l’excitation d’en finir prend le dessus, et nous avons passé la dernière heure à raconter n’importe quoi et à s’étouffer dans de grands éclats de rires. Je ne sais plus si j’ai faim ou soif, si je veux dormir ou faire la fête. Il est presque 18h et nous avons carburé sur le retour malgré plus d’une heure e vingt minutes d’ascension. Arrivée au cyclo club en fanfare, la majorité des équipes sont déjà arrivées, la dernière mettra plus de 12h ! J’évite de prendre une bière, mais la majorité des filles se régalent, stand hot dog obligatoire, une fois le sandwich chaux dans ma main, je le dévore en quelques secondes. Je n’en peux plus de porter un cuissard après 12h, je file prendre une douche, abandonnant un peu mes co-équipières super excitées d’en avoir fini.

L'ultime traversée du Golden Gate Bridge, plus que quelques km et ce sera la libération!

Un travail d'équipe avant tout

 

Cette journée a été éprouvant mentalement, le point, sur cette épreuve et d’amener tout le monde du km 1 au km 200. Si nous avons failli à cette mission, c’est pourtant une satisfaction. Il a fallu veiller toute la journée au bien être de toute l’équipe, à s’alimenter, boire, trouver des endroits pour acheter de l’eau et de la nourriture, et veiller à garder un rythme que tout le monde puisse suivre sans trop souffrir, ce qui m’a obligé à passer presque 200km le nez dans le vent. Tout le monde m’a remercié d’avoir joué la capitaine de route sur cette journée, alors que je suis la plus jeune de l’équipe ! Parfois, on a peur de ne plus être amie après une journée pareille, mais tout s’est bien passé et cette journée restera dans ma mémoire comme l’une des plus belles expériences humaine que j’ai pu avoir sur un vélo.

 

 

 

Résultats Officiels:
1 Thirsty Fusion in 8 hours, 33 minutes 
2 Studio Velo 8:50
DFL 8:52 (winner of all the champagne)
4 OneSeven 8:55
5 Upper Echelon 8:57
6 Red Racing 8:58
7 Kitorder.com 9:23
8 Ritte Women's Race Team 9:39 
9 Strava 9:48
10 Early Bird 10:44
11 SF2G 10:45
12 Bike Effect 10:59
13 Mission Cycling 11:05
14 Clif Bar 11:07
15 Iron Clad-Yakima Lanterne Rouge in 11 hours 31 minutes

DNF (Les équipes qui n'ont pas fini à 6):
Rio Strada Racing
Trek Bikes
Rapha
Velo Girls
Girl Bike Love


Dans la même catégorie


Autres articles de Julie Krasniak


2 Commentaires

  • 30/04/2013 20:46:39 par Hadrien D.

    Joli article! ça donne envie!


  • 30/04/2013 21:21:20 par Krachy

    En voilà une belle aventure !