Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai : Sélecteur de selle PRO, la Turnix au menu

Publié le 17/05/2018 08:00   par Kevin Laporte  

Il n’est pas toujours évident de savoir si une selle nous convient. Déjà, si aucune douleur ni engourdissement n’est ressenti au roulage, c’est que nous sommes sur la bonne voie... Mais pour ceux qui ont toujours des gênes, la marque PRO propose un sélecteur de selles pour trouver "la selle parfaite", nous l’avons testé pour vous !

 

Après avoir essayé de nombreuses selles à la rédac, nous sommes parvenus à trouver nos idéales. La Fizi’k Antares R3 sur le vélo de route et la Brooks Cambium C13 sur le Gravel. Deux styles différents, pour deux pratiques différentes. Mais nous sommes d’accord, ce choix provient d’une pratique empirique, rendu possible grâce à un large choix. Tout le monde n’a pas cette chance. C’est pourquoi, PRO BikeGear a lancé un sélecteur de selle. Celui-ci nous assure de trouver la selle qui nous conviendra le mieux. Pari osé, allons-y !

 

Nous sommes curieux et tentons l’expérience sur le site www.pro-bikegear.com et cliquons sur « Sélecteur de selle ».

- Étape 1 : Nous choisissons dans un premier temps notre pratique. Ce sera « Route » pour nous, sachant que cette catégorie inclut également la pratique gravel. Nous laissons donc de côté les catégories VTT et Contre la montre. En effet, chaque discipline a des types de selle bien distincts. Légère en route, plus aéro et généralement évidée en chrono et enfin assez rigide en VTT avec un revêtement différent pour faire face aux conditions difficiles.

- Étape 2 : Nous déterminons ensuite notre sexe, masculin donc. Cette étape est importante puisque une femme n’a pas du tout la même morphologie de bassin. Donnant la vie, celui-ci est plus large.

- Étape 3 : Vient ensuite le point de la « flexibilité ». Nous pourrons le baptiser « étape de la souplesse ». Pour cela, il suffit de s’asseoir au sol, jambes tendues, et d’essayer de toucher le bout des pieds. Moins vous êtes souples, moins vous irez loin. Et donc plus vous serez mobile sur votre vélo pour compenser ce manque de souplesse. Les coureurs souples sont généralement plus stable et bougent moins sur leur monture. Notre souplesse nous astreint à choisir le niveau intermédiaire, « Flexible ».

- Étape 4 : Continuons avec la position au roulage. Certains cyclistes sont plus droits que d’autres en fonction de leur pratique et de leur style. Pour caricaturer, nous sommes plutôt « touring » sur un vélo urbain ou randonneur, plutôt « sport » sur un vélo de route ou gravel et « aéro » sur un vélo de chrono. Nous cliquons alors sur le mode « sport ».

- Étape 5 : Finissons par la question fatidique : avec votre selle actuelle, ressentez-vous un engourdissement ? Nous préférons le « non » puisque nous sommes plutôt bien posés.

- Le verdict tombe : notre selle parfaite serrait la Turnix. À nous ensuite de choisir en fonction du budget, la version carbone ou acier. Seulement 35 grammes les séparent.

Nous partons sur la version carbone, viendra enfin le choix de la largeur, 132mm, 142mm ou 152mm. Comment choisir ? Pas de règle, c’est très personnel. En effet,  lorsque l’on s’assoit, un imposant muscle fessier baptisé le grand glutéal, protège la partie inférieure du bassin. Mais avouons que sur une selle, il n'est plus du tout efficace et laisse les tubérosités ischiatiques encaisser tout le poids du corps. C'est là que la douleur "osseuse" survient. Il faudra donc choisir en fonction de la largeur de son bassin.

 

 

Quelques jours plus tard, nous recevons la selle PRO Turnix Carbone conseillée par le sélecteur, que nous installons sans tarder sur notre monture.

Nous constatons que lorsqu’on la regarde de profil, elle a une forme semi-courbe, contrairement à notre Fizi’k Antares toute plate. Rappelons-nous du choix de la flexibilité. Celui-ci permet sur le papier de caler le coureur pour éviter les mouvements intempestifs et de compenser son manque de souplesse. Nous verrons le résultat plus loin.

Sous la selle, nous apercevons deux trous qui permettent de fixer des accessoires tel qu’un ass-saver, un kit de réparation ou encore un support de caméra. Très malin ! Il faudra en revanche passer à la caisse puisque le support n’est pas fourni avec la selle.

 

 

À titre d’information, le support de caméra coûte une dizaine d’euros et pèse 17 grammes. Il est particulièrement pratique pour photographier ou filmer les exploits de nos compagnons d’échappée. Vous nous direz que ce n’est pas pratique car l’accès à la caméra est difficile sous la selle. Mais comme aujourd'hui toutes les caméras ont une fonction Bluetooth, vous pouvez voir ce que filme la caméra et faire des photos, depuis l’application installée sur votre téléphone. Vraiment top !

 

 

L'installation se fait avec un réglage au plus proche de nos habitudes. Une assiette plate, le chariot au milieu des indications min / max des rails carbone. Nous n'aurons pas besoin d'ajustements supplémentaires. Il est vrai qu’une fois en place sur le vélo, nous bougeons beaucoup moins que sur une selle toute plate. C'est particulièrement remarquable sur les longs bouts droits, avalés assis, les mains en bas du cintre, en position de recherche de vitesse. Notre bassin reste en place et nous n'avons pas tendance à nous avancer comme c'était souvent le cas.

Nous ne remarquons pas non plus d'engourdissement après des sorties de plusieurs heures. Au roulage, nous trouvons que le rembourrage de la selle est particulièrement confortable, sans être mou. Et son aspect brillant n’est pas glissant, même lorsqu’il pleut. Pourtant nous avons traversés plusieurs orages ces derniers mois, dans nos contrées du Lauragais. La pluie ruisselle sans pénétrer le tissu dans un premier temps. Si l'exposition est trop longue, celui-ci va commencer à boire. Mais vous serrez détrempé avant lui !

 

 

Sous celle-ci, nous observons une belle finition carbone avec deux renforts pour rigidifier l'ensemble de la plateforme. Le bloc est parfaitement inflexible et ne bouge pas sous la contrainte. Plutôt légère, elle pèse moins de 200 grammes en largeur 142 mm. Notons qu'elle existe aussi en version évidée (AF), ce qui permet de gratter 10 grammes supplémentaires. Pour faciliter le montage et les ajustements, la marque a pensé à laisser une bonne hauteur entre les rails et la selle. En fonction des tiges de selle et des systèmes de fixations, cela peut être bien pratique...

 

 

En conclusion, nous trouvons ce sélecteur de selle efficace dans le sens où il va à l’encontre de nos idées reçues jusqu'à nous proposer un produit adapté à notre pratique. En effet, nous étions naturellement plus portés vers le modèle Falcon de la marque, toute plate, qui a des traits de caractères tout à fait similaires à notre Antares. Mais finalement nous trouvons que la Turnix, avec sa géométrie semi-courbe et son rembourrage confortable nous convient très bien. Bien joué !

 

 

Fiche technique :

Les + : Forme semi-courbe, rembourrage confortable sur tous types de route, trous prévus pour fixer support caméra mount ou ass saver

Les - : Support de caméra est à acheter séparément 

Diamètre des rails : 7mm x 9mm (7mm x 7 mm en version acier)

Largeurs existantes : 132 mm, 142 mm, 152 mm

Poids : 193 grammes en 132 mm, 199 grammes en 142 mm, 205 grammes en 152 mm (Ajoutez 35 grammes à chaque taille pour la version acier)

Coloris : Noir

Prix : 149,95€

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Kevin Laporte