Beaux vélos, belles routes

Essai : poignées Spirgrips – Du confort et de la traction

Publié le 07/02/2018 08:54   par Amaël Donnet  

Spirgrips, c’est l’histoire combinée d’un physiothérapeute suisse et d’extensions de cintre. Il y a plus de dix ans que Pascal Badollet s’est lancé dans cette aventure avec le souhait d’améliorer l’ergonomie et d’offrir un nouvel appui. De là est né ce palindrome à la consonnance anglophone. Pensé en premier lieu pour le VTT, Pascal a décliné son concept dans une adaptation «route».

Texte et images : Amaël Donnet

 

 

Présentation de la poignée Spirgrips

La poignée Spirgrips est moulée en Italie dans composite tenu secret. Cette matière, nommée «Swiss Composite» et un mélange de matières synthétiques et de fibres. Spirgrips souhaite conserver sa «recette» afin de protéger ses connaissances. La poignée possède un collier monté sur une charnière, une option qui facilite grandement son installation. La forme se montre très travaillée, ses buts sont d’offrir une bonne prise et de minimiser la place prise sur le cintre. La poignée se montre largement évidée histoire de limiter le poids. Nous avons pesé la paire à 118 grammes, un poids honnête mais pas forcément ultraléger. Pascal n’a fait aucun compromis concernant la fiabilité ou la sécurité. Cette poignée se décline en finitions mate, noire ou blanche, le diamètre du collier est de 31.6mm.Très logiquement, ces poignées ne sont pas compatibles avec les cintres aérodynamiques qui possèdent une partie supérieure en forme d’aile d’avion.

Pour ceux qui sont intéressé par cette aventure, nous vous comptons l’histoire de Spirgrips en fin d’article.

 

Passons au montage

Bien qu’étant ultra simple à installer, ces poignées nécessitent de prendre du temps lors de leur montage. Pour délivrer tout leur potentiel, il convient d’ajuster précisément les Spirgrips et de faire de la place si nécessaire. Il convient de définir l’espacement entre les poignées et leur inclinaison. A contrario du VTT, sur route il faut parfois précéder à quelques compromis avant de trouver la bonne position. Et oui, un cintre de route est plus étroit, cela complique les affaires. Prenez garde à serrer au couple préconisé et à utiliser la pâte de montage. En respectant cela, les poignées Spirgrips ne bougeront jamais.

 

L’essai

Après quelques mois d’utilisation, c’est dans deux situations que nous avons le plus apprécié ces poignées :

  • Sur le plat à allure tranquille
  • Dans les faux-plats passé en force

Sur le plat, la prise en main procure des sensations naturelles, les paumes trouvent immédiatement leur place, le confort se montre amélioré. Ce dernier se ressent encore plus sur les routes chaotiques ou dans le cadre d’un usage gravel. Attention tout de même à anticiper les freinages… ! Sur les faux-plats, on tire sans hésiter sur les poignées pour maximiser sa force. Les profils coordinatifs «marche par le bas» ou «terrien» apprécieront encore plus cet atout.

De prime abord, on pourrait penser utiliser ces poignées pour trouver une position aéro et filer vite sur le plat. Mais l’allonge et trop courte à notre goût, du coup nous préférons encore et toujours poser nos avant-bras sur le cintre pour lutter contre le vent de face. Relativisions nos dires, nous avons tous nos positions favorites, qui varient suivant notre physiologie et notre profil, du coup nos attentes peuvent varier grandement.

Offrant une position supplémentaire, sans gêner les autres prises sur le cintre, ces Spirgrips ne peuvent que vous surprendre… en bien ! Alors pourquoi ne pas les essayer ?

 

Tarifs et informations

  • Poids : 118 grammes
  • Prix : 59 à 69.90 euros suivant la finition (mate, blanche, noire)
  • Renseignements : www.spirgrips.com

 

L’histoire de Spirgrips

Le développement de Spirgrips fut tout sauf un long fleuve tranquille, et ce même si la jeune marque s’est développée petit à petit en consolidant ses acquis. Dans le cadre de son travail de physiothérapeute, Pascal Badolet s’est rendu compte que de nombreux cyclistes souffraient de troubles articulaires au niveau des poignets. Après diverses réflexions, en 2007 il se lance dans la fabrication d’un premier prototype. Ce dernier réalisé dans le laboratoire de Pascal, tout comme les suivants, repose dans un premier temps sur des poignées complètes. Puis via le retour des premiers testeurs, qui vont du rider pro en passant par le passionné et des marchands, Pascal dirige ses travaux sur de «simples» extensions de cintre. Des essais réalisés en milieu médical valident l’intuition de Pascal, les poignées Spirgrips apportent un réel plus. Vous trouverez ici une vidéo expliquant l’ergonomie des poignées Spirgrips

Dans un second temps, la forme évolue légèrement, puis vient la quête de trouver un bon fabricant. La production se fera en Italie. Dans un premier temps les premiers modèles sont en aluminium, puis afin d’abaisser à la fois les coûts et le poids, des modèles en composite voient le jour à la fin de l’année 2017.

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Amaël Donnet