Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Présentation et essai Kona 2018 / Le Major Jake

Publié le 27/11/2017 15:44   par Amaël Donnet  

En conclusion de trilogie andalousienne, nos essais prennent fin avec le Kona Major Jake. Cette famille ne nous est pas inconnue, elle possède une histoire riche de vingt printemps. Kona, en compagnies de quelques autres entreprises, a contribué à l’essor du cyclo-cross Outre-Atlantique. Les cyclo-cross sont conçus pour rouler à fond. Compacité, rigidités latérales et axiales résument parfaitement un tempérament relativement viril, sans compromis. A contrario des labours et des tirages de bourre, les randonnées dominicales sont rigoureusement proscrites… On n’ose pas pousser son fidèle compagnon vers la dépression !

Images : Geoff Waugh & Amaël Donnet

Textes : Amaël Donnet

 

Le Kona Rove NRB 2018, le Sutra ltd

 

La gamme Jake

Trois modèles composent la famille Jake, nous retrouvons deux châssis en carbone et un modèle en aluminium. La fourche, en composite, est commune, tandis que les géométries sont proches. Les passages sont majoritairement internes, un large puit situé sous le boîtier de pédalier facilite l’entretien. Les jantes sont tubeless ready. Pour ceux qui envoient du bois, le montage tubeless sera indispensable. Et ouf… Tous les freins sont hydrauliques ! Avec une hauteur de boîtier de pédalier légèrement abaissée et des douilles de directions raccourcies, le Jake The Snake possède plus de gênes «routes» que ses deux comparses. Doté d’une transmission 1X11, Sram Force 1, le Super Jake est prêt pour la compétition à haut niveau.

Super Jake : cadre & fourche en carbone, groupe Sram Force 1, périphériques Kona, roues Clément Ushuaia, pneus Clément MXP tubeless ready 33mm. Tailles 48, 50. 52, 54, 56 & 58cm. 4'999 euros.

Major Jake : cadre & fourche en carbone, périphériques Kona, transmission Shimano 105, freinage Shimano RT64, pédalier Shimano RS500 46-34 dents, moyeux Formula, Jantes WTB i19 Asym, pneus Clément MXP tubeless ready 33mm. Tailles 48, 50. 52, 54, 56 & 58cm. 3'499 euros.

Jake the Snake : cadre en aluminium 6061, tubes à épaisseurs variables, fourche en carbone, périphériques Kona, groupe Shimano Tiagra, freinage Shimano RT64, pédalier Shimano RS500 46-34 dents, moyeux Formula, Jantes WTB STP i19 pneus Clément MXP 33mm. Tailles 48, 50. 52, 54, 56 & 58cm. 1'999 euros

 

Les géométries

Super Jake & Major Jake (carbone)

 

Jake The Snake (aluminium)

 

Modernisé !

Vis-à-vis du modèle que nous avions testé en 2015, le Super Jake, le cadre évolue notablement. On pourrait vous parler d’un tas de chiffres et d’autres argumentaires technico-marketing, mais faisons fi de ces chiffres qui sont malléables aux grés des envies et concentrons-nous sur l’essentiel. Grâce à un nouvel assemblage des composites, le cadre perd quelques grammes tout en gagnant en rigidité axiale et latérale. Le triangle arrière s’annonce également plus souple verticalement et le whisbone passe à la trappe. Si tout cela ne révolutionne pas le vélo, en théorie on devrait gagner en nervosité, en confort et en grip. Les traditionnels serrages rapides passent à la trappe, ils sont remplacés par des axes de douze millimètres de diamètre. La précision de conduite s’améliore, tout comme le contrôle du freinage, tout du moins en théorie.

Les étriers adoptent le standard flat mount

 

Le Major Jake

La position, à la fois sportive et ramassée, ne laisse planer aucun doute…Exit les balades pépères ! Assis au guidon de ce Major Jake, les jambes fourmillent. A son guidon, on a envie de presser fort sur les pédales et de relancer à tout va. On tend les élastiques et on bondit telle une furie ! Notre ami Jake se montre aussi vif en relance que dans les changements de direction. Ces derniers sont rapides tel l’éclair. Il s’agit d’une véritable boule de nerfs ! S’il se montre rigide au boîtier de pédalier, ce n’est non plus pas une barre à mine indéformable. L’infime travail du boîtier pardonne ainsi les coups de moins bien, ce Kona possède ainsi une relative aisance d’utilisation.

Dans sa nouvelle robe, les axes «oversizes» apportent une meilleure précision de pilotage. On cisèle ainsi les virages et les roues restent en ligne même sur les très gros freinages et autres joyeusetés du genre «nose-turn». Et le confort ?!? Ce Jake se situe dans la bonne moyenne des cyclo-cross, il a progressé avec les années dans ce domaine. Mais vis-à-vis d’un gravel ou d’un monster cross, les pneus de 33mm et la raideur d’un vélo pour rouler à fond pendant une heure, font que ce n’est en rien comparable. Le montage de ce cyclo-cross n’appelle aucune réelle critique, cependant si vous roulez beaucoup, le Super Jake apportera encore plus de satisfaction grâce à sa transmission à la fois simplifiée et fiabilisée ainsi qu’un poids en légère baisse.

Le concepteur des Jake ne fait pas semblant quand il roule !

 

Une machine faite pour rouler à fond, peu importe les conditions !

 

Pour qui ?

Si le cadre et la fourche peuvent être classés haut de gamme, l’équipement se situe dans des catégories inférieures. L’ensemble fonctionne toutefois parfaitement. C’est vrai, le pédalier Shimano RS500 ne se montre pas très esthétique. Mais avec sa combinaison, 46-34 dents, il est parfaitement à sa place sur ce cyclo-cross moderne. Vous aimez la vitesse, le cyclo-cross, le confort n’est pas votre priorité première et vous ne désirez pas vous ruinez ? Si vous répondez par l’affirmative é deux de ces questions, le Major Jake est une alternative à retenir dans l’offre cyclo-cross.

 

On profite de la vie après le ride en cyclo-cross, pendant on reste concentré sur l'effort et la beauté du geste. Ce trait de caractère est une des innombrable différences qui différencie les monde du gravel et du cyclo-cross-

 

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Amaël Donnet