Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai : Lezyne SUPER GPS

Publié le 16/05/2017 07:00   par Etienne Plouze     1 Commentaire

Déroutant. Plutôt étrange pour un GPS, non ? C'est pourtant le mot qui qualifie le mieux cet appareil, notamment lors de sa prise en mains. Le boîtier et l'interface utilisateur sont quelque peu austères et pourtant, il réserve de bonnes surprises qui pourraient satisfaire un public assez large.

Texte et photos : Emmanuel Denis

Présentation générale

Le pack comprend : un GPS, un support de cintre (ou potence), quatre élastiques en silicone, un câble micro-USB et un guide de démarrage rapide. Minimaliste ; on aurait apprécié trouver d'autres modes de fixation, notamment un "support avant".

Les finitions sont perfectibles, mais l'appareil, compact et léger, est de toute évidence de construction robuste. Une rotation de seulement un huitième de tour suffit à le "clipser" sur son support. Il faut appuyer fermement et tourner pour l'en sortir : on se dit spontanément qu'il ne craint pas les chutes et qu'on ne risque pas de le perdre sur les pavés et c'est là son premier point fort.

Côté prix, nous sommes à 160 €, second point fort ?

Configuration

Quatre boutons permettent de naviguer dans les menus de l'appareil. L'interface utilisateur est peu intuitive, le guide de démarrage rapide est vraiment succinct. Il faudra plusieurs heures et quelques sorties avant d'être complètement familiarisé avec l'arborescence des menus. Le plus déroutant (agaçant ?) est sans doute la sélection qui, si elle est indiquée à gauche de l'écran, est modifiée par les touches situées à droite de l'appareil.

Passée cette phase d'adaptation, la configuration se fait assez aisément, même si l'on doit (ou peut) parfois préciser des informations étonnantes. Par exemple, il faut spécifier quel type de capteur on utilise (Bluetooth Low Energy - abrégé BTLE ou ANT+) ou encore le type de téléphone auquel on souhaite coupler le GPS. On a également la possibilité d'indiquer le rayon de détection des segments Strava Live : la valeur par défaut est à 91 mètres. Pourquoi pas…

Il ne faudra que quelques minutes pour paramétrer les informations utilisateur (poids, âge, taille...) et coupler les différents capteurs. La personnalisation des pages (au nombre de 5 maximum) pouvant regrouper jusqu'à 4 paramètres (la taille des caractères est adaptée en conséquence) est rapide et, contre toute attente, d'une simplicité enfantine. Elle le serait encore plus si elle pouvait être réalisée à partir de l'application du téléphone, comme le propose une marque concurrente.

Avant de partir pour une première sortie, on nous recommande de mettre à jour le logiciel du GPS. Il revient à l'utilisateur de se rendre sur le site internet Lezyne et de trouver le logiciel approprié. Quelques clics suffisent pour lancer l'opération qui dure plusieurs minutes. Rien de compliqué, mais on regrettera l'absence de mécanisme totalement automatisé avec un système de notification.

L'application

Avec son internationalisation incomplète (ici, on parle "franglais"), ses icônes aux contours flous et ses boites de dialogues impossibles à fermer sur les téléphones dont la résolution n'est pas suffisante. L'app s'avère au premier abord assez décevante. Mais ce ne sont que des problèmes logiciels facilement corrigeables et certaines parties s'avèrent particulièrement réussies. Telles que l'analyse des sorties terminées ou la présentation des segments favoris Strava (malheureusement limités à 100 !)

L'interface web

L'application WEB "GPS Root" vient en complément de l'application du téléphone.

Un "Dashboard" propose quelques statistiques "globales" et récapitule l'historique des sorties.

Les fans de chiffres, de statistiques et de graphiques seront comblés par l'outil d'analyse qui propose de superposer ou d'aligner les paramètres de votre choix (altitude, vitesse, fréquence cardiaque, cadence, puissance, etc.). La présentation est claire, l'interface est conviviale et permettra à ceux qui suivent des programmes d’entraînement de vérifier avec précision qu'ils sont "dans les clous".

L'outil de création d'itinéraires, sans toutefois rivaliser avec OpenRunner ou RideWithGPS, est facile à utiliser et le choix des routes s'avère plutôt pertinent, notamment en milieu urbain.

Il n'est malheureusement pas possible de synchroniser les itinéraires créés avec d'autres outils, mais GPS Root autorise le chargement de fichiers GPX ou TCX : ce n'est pas très pratique, mais permettra de patienter en vue d'un futur développement.

En route !

Il ne faut que quelques secondes pour sélectionner un parcours, activer le turn-by-turn, le Strava Live Segment et saisir les coordonnées des destinataires du tracker.

C'est parti pour les premiers tours de roue et découvrir que les instructions du turn-by-turn sont lisibles et d'une redoutable précision. Lorsque par mégarde vous sortez de l'itinéraire prévu, l'appareil affiche automatiquement la carte avec votre point actuel, l'endroit précis où vous avez quitté le parcours et la distance entre les deux points. Bien que l'appareil soit dépourvu de cartographie, il est difficile de se perdre dans ces conditions. Et dans le pire des cas et sous réserve de bénéficier d'une couverture GSM suffisante, il est toujours possible de créer un parcours "en live" depuis le téléphone et de le charger dans le GPS.

Ceux qui aiment titiller le chronomètre seront un peu déçus par la fonctionnalité "Live Segments" : si l'appareil les annonce correctement, un champ indiquant l'écart estimé avec le meilleur chrono manque cruellement.

Au retour, on demande leurs impressions aux destinataires du tracker et là, c'est carrément l'enthousiasme. Il y a tout : trace, vitesse, cardio, cadence... Un entraîneur pourra ainsi suivre son poulain depuis chez lui et lui envoyer des instructions en direct puisque les SMS remontent au GPS par l'intermédiaire de l'application du téléphone.

Les "plus"

Un bouton permet de forcer l’allumage ou l’extinction du rétro-éclairage sans avoir à atteindre un menu de configuration. C'est un détail qui prend tout son sens lorsqu'il fait nuit, que la batterie est presque vide et que l'on veut pouvoir regarder ponctuellement son écran...

Le bip est désactivable, permettant d'optimiser l'autonomie de la batterie.

Un unique écran fait la synthèse de l'état des capteurs, des niveaux de batterie du téléphone et du GPS.

La rapidité d'initialisation de l'appareil, notamment grâce à la puce Glonass.

L'écran est lisible, dans toutes les circonstances.

Les "moins"

La synchronisation des activités dans le "Cloud" n'est pas automatique au moment de l'enregistrement de la sortie : il faut que l'utilisateur en fasse explicitement la demande via le menu approprié du téléphone. Nul doute que cette étape manuelle disparaîtra avec les prochaines versions de logiciel.

L'appareil ne peut pas être éteint en cours d'activité. Il est donc nécessaire de créer une nouvelle activité à chaque pause significative lors d'une sortie longue, qui pourront toutefois être fusionnées à l'arrivée.

L'auto-lap par position n'est pas supporté ce qui est regrettable pour ceux qui fréquentent des boucles lors des entraînements ou des compétitions.

L'appareil ne gère qu'un unique profil de vélo et un seul capteur de chaque type (vitesse, cadence, puissance).

Le mot de la fin

L'appareil souffre de plusieurs limitations gênantes et le logiciel de quelques problèmes de jeunesse ; l'ergonomie est parfois discutable, mais sa construction robuste, son incomparable autonomie, son logiciel particulièrement stable et fiable et son bon rapport qualité / prix feront du Lezyne SUPER GPS un excellent compagnon pour un usage quotidien type trajets domicile-travail, pour les compétiteurs qui voudraient analyser leurs performances, mais qui refusent de courir avec leur appareil haut de gamme en raison des risques de chute ou pour les vététistes en terrains difficiles.

Les amateurs de longue distance seront également comblés par cet appareil qui, fort d'une autonomie d'une vingtaine d'heures, pourra être utilisé comme tracker et/ou en "appoint" pour pallier une éventuelle défaillance de leur GPS "principal", équipé de cartographie.

La cartographie justement : sur un écran de cette taille, elle ne serait probablement pas très lisible. Cela reste un vrai manque qui pourra être partiellement compensé par le turn-by-turn, qui s'avère convaincant et pourra être utilisé "en dépannage".


Prix : 159.95 €

Support avancé : 16.45 €

Distributeur : Apesud Cycling

Line web : www.lezyne.com


Dans la même catégorie


Autres articles de Etienne Plouze


1 Commentaire

  • 01/06/2017 14:11:39 par Geraldaut

    Bah, je l'ai depuis sa sortie l'année dernière. Le grand plus c'est la batterie, pas de risque de panne, elle survit largement plusieurs grandes sorties. La navigation a l'air basique mais c'est très utile couplé à l'appli (qui marche très bien sur mon iPhone 5). Je n'ai jamais eu des problèmes avec des capteurs (chinois d'Aliexpress, ceinture cardio, cadence, bluetooth).
    C'est simplement un compteur qui s'oublie. La synchro avec Strava marche en qq minutes après un click sur l'appli après la sortie. Il y'a aussi l'option de "beacon" comme avec strava, un lien est envoyé par email au demarrage de la sortie en automatique. Le destinataire peut suivre le parcours en cliquant sur le lien sans avoir un compte ou logiciel spécifique.
    Attention à bien acheter cette version, il y'a encore des exemplaires de l'ancien modèle dans le commerce.