Email : Mot de Passe :
Se souvenir de moi ?
Mot de passe perdu ?

Devenir membre

Essai : pneu SOMA Vitesse EX et SL 42mm

Publié le 09/11/2016 17:00   par Nicolas Joly  

Performance et polyvalence pour terrain sec.

Soma n'en est pas à ses débuts dans le pneumatique, mais prend, avec cette gamme "Vitesse" un tournant clairement axé sur la performance.

Comme nombre de "petit" fabricant Soma fait appel à Panaracer pour la construction de ses pneus conçus à partir d'une carcasse très souple et légère, similaire au boyau, dit le marketing, et enrobée d'une gomme de très bonne qualité.

La gamme est déclinée en 2 versions : Super Léger et Extra Wear. Seule différence, l'épaisseur de gomme. La version EX offre simplement plus d'épaisseur de gomme, occasionnant un surcroit de poids et de longévité, au détriment de la souplesse et du prix.

Les Specs

Du volume !

Après notre essai récent et éclairant des Compass Stampede (32 mm), nous voulions bien sûr aller "plus loin" dans cette recherche de volume, et cette gamme dispo en 23, 28, 33, 38 et 42 mm s'avérait idéale pour poursuivre notre exploration. Donc cette fois, nous avons compté sur la capacité de notre cyclo-cross "teste-tout", et choisis le plus gros, en 42 mm.

Mensurations

Avant le montage, la pesée : 320 grammes pour la version SL, exactement comme sur l'étiquette.

Ensuite montage. À la première installation sur jante étroite, le pneu présente un volume certes généreux, mais le pied à coulisse s'arrête à 37 mm, tout de même un peu loin des 42 mm annoncés. Par acquis de conscience, une vérification sur une jante plus large (18mm entre crochets), et après une centaine de kilomètres donnera 38,5 mm.

Bref, on ne va pas chipoter, ça fait pas 42, mais c'est peut être pas plus mal, car il faut maintenant que ça rentre dans le cadre. Par contre, 320 grammes pour 38 mm, c'est très très léger. Non vérifié, la version EX est annoncée à 380 grammes

Tubeless....Non !

Ils ne sont pas tubeless., c'est le fabricant qui le dit...ils peuvent probablement l'être avec un peu de bonne volonté et de précautions (ne pas faire claquer un pneu léger au compresseur...on prépare un gros dossier sur ce sujet), mais après avoir déjà passé beaucoup de temps à essayer ce genre de montages non recommandés, je préfère m'en tenir à une bonne vieille chambre à air, tellement simple d'utilisation...

En route, du rendement !

Le plus important, le roulage. Bon tout d'abord, il ne se passe rien !

Effectivement, sur le goudron, rien à signaler. Le pneu roule comme n'importe quel pneu slick. sans bruit, sans vibration, et vite. On peut même dire comme n'importe quel très bon pneu. En montée, la différence de poids est finalement négligeable. Bref, on ne sent pas l'embonpoint, c'est particulièrement bluffant !

Sur le plat, ou en tout cas quand on va vite, on sent bien que l'aérodynamique souffre un peu, d'autant que le vélo est passablement haut, et les jantes passablement étroites.

En descente le bilan est étrangement plus mitigé : certes, la section et la gomme de qualité offrent une adhérence en courbe, comme au freinage, tout simplement phénoménale, mais la hauteur du vélo ne permet pas d'exploiter pleinement ces atouts . Ce n'est pas la faute du pneu, mais si l'on ajoute les deux centimètres dus au cadre de cyclo-cross et le pneu, on est au minimum trois centimètres plus haut que sur un cadre de route en pneu de 25/28 mm. Cela commence à faire...En pratique, la configuration photographiée ne m'a pas permis ni de battre, ni même d'approcher mon temps de référence en descente de col (établi avec les pneus Compass).

En gravel,  confort et adhérence

Mais quand la route s'arrête commence le chemin. Et c'est bien là que volume est réellement utile :

Aux alentours de 40mm de section, le vélo flotte sur le gravier, c'est un régal. Sur des chemins généralement parcourus en pneus de même volumes mais plus ou moins cramponnés,  à flanc caoutchouc, la différence de souplesse et de rendement est vraiment impressionante. La surface adhère très bien, même sur du terrain meuble, et légèrement humide, l'accroche reste très correcte. Les micro-lamelles qui couvrent partiellement la surface du pneu y sont probablement pour quelque chose, et l'adhérence n'est pas moindre qu'avec des semi-slicks type "pointe de diamant". Dans la boue...ça patine, normal. C'est la limite évidente d'un pneu slick.

En descente. Là, c'est une nouvelle (bonne) surprise. Une fois encore la souplesse du pneu, et l'absence de crampons procurent beaucoup moins de vibrations que mes pneus habituels. Si c'est évident sur le goudron, c'est aussi sensible sur un chemin. Il semble qu'à volume égal, l'absence de crampons offre un meilleur contact avec le sol.

Pression

Après quelques essais j'ai adopté des pressions de 3 bars à l'arrière, 2,5 à l'avant quelque soit le terrain, et jusqu'ici sans crevaison. La légèreté des flancs rappelle les premiers pneus VTT d'antan, et donc le spectre du pincement reste très présent à l'esprit...la prudence reste de mise, mais après 200 km de gravel rustique, en chambre, c'est plutôt un bon bilan.

En un mot : la meilleure recette pour le gravel en condition sèche !

Au final, ces Soma Vitesse 42 mm s'avèrent les pneus de gravel idéaux pour conditions sèches.

Leurs performances routières sont irréprochables, et permettent de rouler dans un groupe à vitesse soutenue, tout autant que sur un tour de 150km.

Mais surtout leurs performances en chemin sont vraiment excellentes. La combinaison d'un gros volume sur un pneu slick procurent à mon avis la meilleure polyvalence dont doit faire preuve un "gravel". Bien sûr certains terrains extrêmes ou conditions humides requièrents des crampons, mais toujours au détriment de la polyvalence et du rendement.

Un pneu qui appelle un nouveau vélo

Seul bémol, ce volume, et surtout cette hauteur soulève un nouveau problème : trouver un vélo adapaté. Bien sur la plupart des cyclocross acceptent cette taille de pneu, néanmoins, il en résulte une géométrie dégradée : centre de gravité surélevé, trail augmenté, globalement une perte de stabilité. Rien de critique ou dangereux, ça reste dans la nuance, néanmoins, dans une optique de performance, il reste à trouver un cadre apte à tirer le meilleur de ses pneus.

Idéalement, il s'agirait de retrouver une géométrie de route "surbaissée" pour tenir compte de la hauteur de pneu...un vélo qui n'existe pas encore.

 

Prix

  • 82€ en version SL
  • 74€ en version EX

L'avis VDR : Si la version est SL est bien évidemment plus souple et offre un meilleur rendement, la EX procurera donc le même rendement après quelques millers de kilomètres. Plus de distance avec moins d'euros, c'est certainement un compromis très recommandable.

Distributeur pour la France : Notion World

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Nicolas Joly