Beaux vélos, belles routes

Velodux 2015 / Le taureau ailé met le feu au lac !

Publié le 09/11/2015 11:59   par Amaël Donnet  

La deuxième édition de la Red Bull Velodux s’est déroulée samedi dernier. Yves Corminbœuf et son équipe ont créé, avec ce cyclo-cross qui sort des sentiers battus, un événement exceptionnel. Spectacle, délire, soleil radieux, températures douces et bonne ambiance étaient au programme des festivités. Vélo de Route était de la partie avec deux équipes présentes en course, on ne le regrette pas… Les absents ont eu torts !

Texte : Amaël Donnet

Images : Julien Nayener, Sylvie Jaquet et Thierry Neau

 

Le Velodux se dispute sur les rives du lac de Neuchâtel à Estavayer-le-Lac, dans le pourtour majestueux de la cité médiévale. Si le tracé respecte en partie les codes d’un cyclo-cross classique avec ses courbes dans l’herbe, du sable et des passages grassouillets, il s’avère également très moderne, technique et osé. Nous pouvons citer pour exemples les 104 marches d’escalier montant à la place de Moudon, un tracé urbain pavé composé de virages serrés, d’un wall ride, d’un pump track piégeur, d’un tremplin à franchir et d’une abominable descente dans des escaliers irréguliers. Là nous avons expérimenté, un bref extrait, la vie des spécialistes du marteau-piqueur ! Le départ style 24h du Mans, la formule de course par relais, les nombreux spectateurs enjoués, le speaker Ivan Schuwey un brin taquin et des passages à thèmes (machine à laver, chalet, sapinière, soirée mousse) ont rendu cette course magique.

 

 

La participation mélange les spécialistes de cross, ceux qui sont venus relever un défi et les pros. L’ancien Champion du Monde de cyclo-cross et Champion Olympique sur route, Pascal Richard était accompagné des frères vététistes Flückiger, des routiers Danilo Wyss et Michael Albasini, des routiers-pistards Stephan Küng et Silvan Dillier, ainsi que de Ralph Näf qui disputait sa dernière course pro. Dans le peloton, nous avons également pu admiré des riders enduro tels François Bailly-Maître ou Florian Golay.

Chez les élites la victoire est revenue au duo Lukas Winterberg & Nicola Rohrbach qui ont réussi un bon coup dans le dernier tour. Nicola n’a pas passé son relais afin de profiter de son élan, il enchaîne ainsi deux tours sans coupure. Grâce à cette option, l’équipe devance, sur le fil, le duo composé de Simon Andreassen & Sebastian Fini Carstensen. Si deux équipes VDR ont pris le départ, celle composée de Valentin Berset & Kevin Laporte termine brillamment sixième en open. La deuxième équipe s’est plus distinguée par une crevaison et une casse de chaîne… Dans cette catégorie Open, la victoire est revenue à Arnaud Hertlig et Léo L’Homme. Sina Frei & Lara Krähemann s’imposent chez les femmes tandis que Loris Rouiller et Luca Schätti remportent la catégorie Rookies.

 

Si ce Velodux est un OVNI dans le calendrier cyclo-cross, il n’en reste pas moins une des meilleures publicités pour cette discipline parfois trop ancrée sur ces traditions ancestrales. L’organisation impeccable, le respect des participants et le tracé incroyable placent cette course parmi nos épreuves préférées… On peut le dire sans rougir, il s’agit de notre course favorite. Trouver mieux nous semble être très ardu !

 

L’avis de VDR bien résumé par Kevin Laporte

La ville d’Estavayer est superbe, avec son passé médiéval elle est recouverte de pavés qui collent parfaitement à l’image de l’épreuve, décalée et fun.

Un parcours technique et exigeant qui demande du physique mais aussi et surtout une union avec son vélo. Le kick en bois, la pum ptrack, les escaliers, le wall ride sont autant d’obstacles qui peuvent se révéler complexes à passer. Les plus routiers du peloton étaient plus handicapés que les anciens «bmxeurs».

Dans mon cas, j’ai trouvé l’épreuve extrêmement riche, c’est un cyclo-cross de l’extrême grâce à ses difficultés. Le premier tour de reconnaissance a été extra, nous allions de surprises en surprises. D’abord le sable sur la zone de départ, suffisamment épais pour faire de beaux dérapages et de belles pertes de contrôles - de la roue avant comme de la roue arrière-. Puis la prairie, parsemée de zone de boue et de mousse, un grand moment, surtout lorsque nous nous sommes rendu compte que les freins ne fonctionnaient plus vraiment. Un pic d’adrénaline supplémentaire ! Puis les éternelles questions qui se posent devant tout obstacle un peu original : est-ce que ça passe ou pas ? Bon allez go… et ça passe ! Une sensation de satisfaction extraordinaire et on comprend que le vélo de cyclocross est capable d’encaisser pas mal.

Ce que j’aime sur ce type d’épreuve s’est de pousser à la beauté et à l’originalité. Les tenues des riders sont parfois superbes, épurées et donne un style nouveau que j’apprécie énormément et qui colle parfaitement à l’image de l’épreuve et l’embellie. C’est ce côté décalé qui tranche avec les épreuves traditionnelles qui donnent envie d’en faire et d’en refaire !

Une organisation bien rodée qui se soucie du bien-être du pilote. De l’inscription du pilote avec dossard (et épingles), plaque de cadre (et rilsan), goodies, … jusqu’à la ligne d’arrivée avec une serviette de bain et la fameuse canette. Le pilote est choyé et se sent appartenir à la communauté des « Redbull Riders».

Plus l’heure de la course approchait, plus le stress de bien faire montait, mais l’ambiance, le lieu et le fait de courir en relais avec un coéquipier ont fait que cette course restera un superbe souvenir ! Sans parler de l’après-course bien arrosée J

Après, lors de la course élite, le niveau est encore monté d’un cran, avec des coureurs qui survolés littéralement les difficultés, qui descendaient les escaliers à une vitesse folle… Le spectacle de la course était superbe. Quant aux spectateurs, l’orga avait aussi pensé à eux puisqu’une buvette était disposée sur la terrasse du château avec une vue grandiose sur le lac et la zone d’arrivée. La sono et le fameux truck animaient la course et des produits du terroir étaient disposés sur une table, prêts à consommer !

 

Ils ont dit

Nicola Rohrbach (1er élite) : «Le dernier relai c’était extrêmement dur, les deux autres coureurs étaient plus reposés que moi, étant donné qu’ils venaient de faire une pause

Sina Frei (1ère femme) : «Descendre les longs escaliers ce n’était pas facile. Nous ne sommes pas tombées, ainsi nous avons pu maîtriser la course

Laurent Mollard (OT Estavayer-le-Lac) : «Nous avons beaucoup de touristes qui viennent faire du vélo dans la région. Cet événement présente ce sport sous une autre lumière et crée des images spectaculaires d’Estavayer-le-Lac. Ça correspond exactement à l’image que nous voulons transmettre

 

Les podiums

  • Femmes : 1ères Sina Frei - Lara Krähemann, 2èmes Chrystelle Baumann - Eliane Muggler, 3èmes Charline Fragnière - Ilona Chavaillaz
  • Rookies : 1ers Loris Rouiller - Luca Schätti, 2èmes Léo L'homme - Rémy Dénervaud, 3èmes Olivier Eliot - Sandro Trevisani
  • Open : 1ers Arnaud Hertlig - Léo L’Homme, 2èmes Sönke Wegner – Daniel Eiermann, 3èmes Emmanuel Allaz – Jonas Vuille
  • Elites : 1ers Lukas Winterberg - Nicola Rohrbach, 2èmes Simon Andreassen - Sebastian Fini Carstensen, 3èmes Mathias et Lukas Flückiger

 

Les vidéos

 

Le résumé sous forme de clip

 

Le parcours de la Velodux en embarqué avec Sir Claudio Caluori

 

Les courses de l’équipe VDR

 


Dans la même catégorie


Autres articles de Amaël Donnet